A Nice un policier tue un conducteur qui tentait de fuir

Nice un policier tue un conducteur qui tentait de fuir

Nouveaux refus d’obtempérer qui se soldent par un drame à Nice et à Rennes le même jour

A Nice, le conducteur d’un véhicule volé est abattu par un policier lors d’un contrôle. Le véhicule a été repéré par une brigade de sécurité routière,« zigzaguant dangereusement » sur la voie rapide, selon la Direction départementale de la Sécurité publique.

Le conducteur aurait refusé de s’arrêter et tenté de prendre la fuite. Il aurait fait demi-tour pour se retrouver face à la voiture de police, qu’il aurait percutée « à plusieurs reprises », selon la DDSP.

Deux personnes sont décédées, à Nice et à Rennes, depuis le début de la semaine succombant aux tirs de policiers, suite à des refus d’obtempérer.

En effet, ce même jour à Rennes, une femme de 22 ans a été tuée et un homme de 26 ans blessé à la suite d’une d’interception menée dans le cadre d’une opération antidrogue.

Dans ces deux affaires, les policiers auteurs des tirs mortels sont entendus par l’IGPN (Police des polices) pour homicide involontaire à Nice et pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner à Rennes.

Au-delà de la légitime défense — dans le cadre de loi — pour un policier menacé dans l’exercice de ses fonctions, il apparait que ces refus d’obtempérer se répètent de plus en plus. Les raisons sont diverses.

Ces refus d’obéir aux ordres des policiers vont du malfrat manifestement hors-la-loi, au conducteur n’ayant plus de permis de conduire ou pas d’assurance, par exemple.

Mais face à ces situations extrêmes qui sont de plus en plus fréquentes, la question de la formation des policiers confrontés à ces risques est posée. Les policiers sont-ils préparés et aptes à répondre de manière adéquate et proportionnée à de telles opérations ? C’est une question que se posent également bon nombre de policiers.

Réactions

Pour l’avocat du barreau de Nice, codésigné avec Maître Ouadie Elhamamouchi pour défendre la famille de la victime : la réaction du policier « est clairement disproportionnée » ; « qu’importent les circonstances ou la réalité de son comportement antérieurement, il n’y avait pas de danger de mort qui justifie qu’on tue de sang froid cet homme ».

Pour la famille du jeune conducteur tué, il n’y a aucun doute, il s’agit d’un « homicide ».

INFOSPLUS

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x