Partager et Vivre l'Info – Courriel (email) : [email protected]

Créteil : un lycéen braque sa professeure pour qu’elle le note « présent »

Créteil : un lycéen braque une professeure
Créteil : un lycéen braque une professeure

A Créteil, un lycéen braque sa professeure avec une arme factice pour l’obliger à l’inscrire « présent » sur (semble-t-il) la feuille de présence.

Nous sommes loin du débat idéologique (pour ou contre l’école privée) qui opposait partisans de l’école privée et ceux de l’école publique. Des millions de gens descendaient dans la rue pour défendre leurs idéaux qui, au moins, avaient l’avantage de défendre une conception de l’enseignement. C’était en 1984 ; il s’agissait du projet de loi Savary. Nous étions dans le débat d’idées, dans les projets de société. 

A Créteil la faillite de l’école publique n’est plus un signe elle est devenue une réalité quotidienne.

Aujourd’hui, à l’image de ce qui s’est passé à Créteil (commune francilienne du Val de Marne), nous ne sommes plus dans un débat idéologique, ni même sociétal, mais dans une quasi faillite de l’école publique gratuite et obligatoire. 

En effet, nous sommes nombreux à avoir été choqués en voyant, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, un lycéen braquer sa professeure, avec un revolver factice, pour l’obliger à l’inscrire présent. Mais il ne faut pas se leurrer, ce nouvel acte très grave n’est que l’expression infime d’une réalité inquiétante et d’une situation alarmante et explosive. Cela fait plus de trente ans que collégiens et lycéens manifestent régulièrement pour un droit d’étudier en toute sécurité.  

La ruée vers les écoles privées aurait dû inciter les pouvoirs publics à réagir

Aujourd’hui, il ne s’agit plus pour les parents de se poser la question de savoir si l’école privée est une sélection par l’argent, mais de rechercher à mettre rapidement leurs enfants à l’abri. L’école privée s’est érigée en un rempart, une protection contre les établissements publics devenus des lieux où désordre et anarchie règnent en maîtres. 

L’exemple de Créteil démontre l’abandon, à des voyous, de quartiers entiers.

L’abandon par l’Etat de quartiers entiers à des bandes de voyous — certes minoritaires mais très activistes — a créé des scissions dans la société. Les parents sont désemparés et totalement perdus entre autorité parentale et autorité de l’Etat. Alors que les deux sont complémentaires et devraient aller de pair. 

Le Président Macron a dénoncé ces actes par un Tweet : 
« Menacer un professeur est inacceptable. J’ai demandé au ministre de l’Éducation nationale et au ministre de l’Intérieur de prendre toutes les mesures pour que ces faits soient punis et définitivement proscrits de nos écoles. »

Les Françaises et les Français attendent que l’on remette de l’ordre dans les écoles de la République et que l’on rétablisse l’autorité et la sécurité dans tous les établissements. C’est quand même la moindre des choses. Enfant de l’école publique, je revendique le même droit à mes petits-enfants. 

Touhami – INFOSPLUS

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
Subscribe To Our Newsletter
Enter your email to receive a weekly round-up of our best posts. Learn more!