Noël Le Graët et Karim Benzéma, ça continue encore et encore !

Noël Le Graët et Karim Benzéma, ça continue encore et encore
Noël Le Graët et Karim Benzéma, ça continue encore et encore !

Noël Le Graët avait dit au sujet de Karim Benzéma et les Bleus : « C’est de l’histoire ancienne. »

S’exprimant dans un entretien accordé à l’AFP, le Président de la FFF Noël Le Graët avait affirmé que Karim Benzéma et les Bleus « c’était de l’histoire ancienne« . L’attaquant du Real Madrid n’a pas tardé à répliquer : «Monsieur Le Graët, avec tout le respect que je vous dois, vous avez perdu une occasion de vous taire car je découvre votre vrai visage qui n’est pas celui qui disait beaucoup m’aimer et ne pas se mêler de la sélection et des choix du sélectionneur !» Avant d’enfoncer le clou : « Monsieur Le Graët, je vous demande de me laisser tranquille. » La messe est dite.

Similitude entre l’affaire Rabiot et celle de Benzéma ? 

Didier Deschamps n’a pas convoqué Adrien Rabiot en vue des rencontres face aux Pays-Bas et à l’Uruguay (les 17 et 20 novembre prochains). Celui-ci avait refusé d’être suppléant pour la Coupe du Monde 2018. Noël Le Graët est revenu sur l’affaire Rabiot et celle de Karim Benzéma.

Interrogé sur RMC Sport (affaire Adrien Rabiot), le Président de la FFF est revenu sur Benzéma : « je ne change pas d’avis sur ce que j’ai dit il y a quelques mois. Benzéma reste pour moi un bon joueur, il est encore très très bon sur ce début de championnat. Mais il ne faut pas se raconter d’histoire, on peut toujours faire semblant, mais vous croyez vraiment que Didier va rappeler Benzéma demain ? »

Noël Le Graët a par ailleurs confirmé ce mardi 13 novembre, toujours sur RMC, qu’il s’entretiendrait avec le milieu de terrain du Paris Saint-Germain (Rabiot) sur cette fin d’année 2018. « Les erreurs ne doivent pas être éternelles. Il en a fait une à 23 ans, il ne doit pas être puni tout le temps. Ceci dit, c’est aussi une question d’état d’esprit… S’il n’a pas envie de porter le maillot bleu, il n’a pas envie. Et je le verrai sûrement au mois de décembre, explique le Président de la FFF.

La différence, [avec Karim Benzéma] c’est que Rabiot a 23 ans, il a commis une bêtise de gamin. C’est mon ressenti, je peux me tromper » a-t-il précisé.

On ne refera pas l’histoire, elle s’est déjà écrite en Russie. 

On ne va pas refaire l’histoire, elle s’est déjà déroulée en Russie en juin et juillet 2018. Le sélectionneur aurait-il eu définitivement raison d’évincer  Benzéma puisqu’il a remporté la Coupe du monde ? Rien n’est sûr. Avec Karim Benzéma en attaque, la France aurait sûrement gagné, mais avec la manière. 

L’histoire retiendra une coupe du monde « anormale ou paranormale » marquée par une hécatombe qui frappa les plus grandes Nations de football, et la chance inouïe des Bleus dès le tirage du premier tour. Elle retiendra aussi l’avènement de l’un des plus grands futurs joueurs : Kylian M’BAPPE qui, au cours du match Argentine – France, creva l’écran et inspira aux Bleus leur future stratégie sur le terrain : défendre en bloc et contre-attaquer en bloc par des « offensive-éclair. » On a vu les résultats fracassants. Le problème, avec cette tactique, c’est que les équipes adverses finiront par trouver la parade, notamment en fermant les couloirs. 

Ce que je retiens de ce titre mondial des Bleus ? Personnellement, je suis solidaire des joueurs. Ils méritent et inspirent le respect. Ils l’ont fait, avec ou sans l’aide de la chance. A ce niveau, il en faut même beaucoup. Je crois aussi que l’équipe de France était mentalement programmée pour remporter le tournoi. C’était presque écrit d’avance au vu des événements. La grande déception est que Didier Deschamps n’a rien apporté au football ; ce n’est pas l’équipe qui a produit le plus beau jeu qui a gagné. C’est comme si un pilote de formule un gagnerait parce que le premier aurait eu des problèmes mécaniques. En somme, un coup du sort. 

Du sélectionneur national, je ne retiendrai pas le champion du monde, je garderai surtout en mémoire qu’il a, en son âme et conscience, empêcher un excellent joueur, de classe mondiale (Karim Benzéma), d’abord de disputer l’EURO-2016 chez-lui en France, ensuite une coupe du monde en Russie (2018). Cela fait beaucoup pour un joueur « non condamné ». S’il peut vivre et dormir avec cela en tête, alors c’est signe qu’il est moralement très costaud. Cependant, on sait que la conscience n’oublie rien. Elle garde tout, absolument tout, en héritage de nos actes. 

Touhami – INFOSPLUS