Samuel ETO’O dans une tourmente Mondiale

Samuel ETO’O dans la tourmente d’un Mondial

Samuel ETO’O se sert de la FECAFOOT comme marchepied

La FECAFOOT (fédération camerounaise de football) est en contrat avec la société française Le Coq Sportif (LCS) qui est un équipementier connu et reconnu mondialement. Le contrat court jusqu’au 31 décembre 2023. Mais à quelques mois du début de la coupe du monde, qui va se dérouler au Qatar du 20 novembre au 18 décembre 2022, et pour des raisons plus politiques que sportives, Samuel Eto’o va résilier le contrat qui le lie à LCS.

En effet, nul n’ignore que Samuel Eto’o caresse en secret un rêve : celui d’être élu à la présidence de la République du Cameroun. S’attaquer à une société française, donc à une ancienne puissance colonialiste, peut, dans son calcul politique, lui attirer la sympathie du peuple camerounais et donc des voix.

Revenons sur un événement majeur qui s’est déroulé le 29 mars 2022 à Blida (Algérie) au stade Mustapha Tchaker. Les Fennecs reçoivent les Lions camerounais en match retour de barrage comptant pour une qualification au Qatar 2022. Les Fennecs l’avaient emporté au match aller ; un match nul suffisait pour propulser les Algériens en territoire qatari.

Samuel ETO’O et corruption font bon ménage

Samuel Eto’o est une star mondiale du football. Il connait ce sport par cœur. Il sait parfaitement que ses joueurs, fussent-ils des Lions indomptables, ne pourront pas gagner à Blida devant des Fennecs impériaux soutenus par leur public. Qu’importe, quand le destin semble vous échapper, une seule chose vous vient à l’esprit : tenter de le dompter et en faire un allié. Mais à quel prix ?

Bakary Gassama, arbitre gambien connu et reconnu sur le continent africain, va entrer en scène, non pas pour le meilleur, mais pour le pire. Délibérément, consciemment et volontairement, il va vite accorder un but non valable pour le Cameroun et invalider un but valable pour l’Algérie. Autant en emporte l’argent. Cet homme cupide va jusqu’à ignorer la VAR et les injonctions des assistants vidéo. On appelle cela manipuler un match. Le mot corruption est lâché.

Malgré leur bravoure, leur combattivité et leur supériorité sur le terrain, les Fennecs sont poussés par le sinistre gambien Gassama vers la prolongation. Déconcentrés, frustrés, trahis et victimes d’un arbitrage impitoyablement orienté, les Fennecs plient sous le poids de l’injustice à trente secondes d’une fin de match que Gassama s’empressera de siffler vite. Après 1982, il y aura désormais 2022, un nouveau scandale, un nouveau match de la honte.

Gassama, Eto’o, Fouzi Lekjaa et autre Debbouze (cité par des témoins français) ont sévi. Le drapeau algérien a été sali, piétiné, et son honneur entaché. Pour un peuple qui s’est battu à main nue contre l’une des plus redoutables puissances colonialistes, c’en est trop ! Aussitôt, les Algériens déposent une réclamation auprès de la FIFA. Un compte à rebours va débuter. Les événements vont alors s’enchaîner.

La FIFA joue sa crédibilité et celle du football professionnel

Dans une correspondance ambiguë, imprécise, désinvolte et indifférente, la commission des arbitres de la FIFA, dirigée par l’ancien arbitre Pierluigi Collina, prétend que le match s’est déroulé dans les règles de l’art. Autrement dit : circulez, il n’y a rien à voir !

Devant cet affront sans précédent, vont entrer en scène des Algériens de l’ombre. Leur mission : démontrer la corruption, démanteler ces réseaux mafieux, notamment au sein de la CAF (Confédération Africaine de Football), exiger des postes clés dans les Principles instances internationales, particulièrement à la FIFA, et éliminer un à un tous ceux qui ont comploté contre l’Algérie. Un combat dur, impitoyable, sans merci, mais vital pour rétablir l’honneur et la dignité de tout un peuple dupé, trompé et humilié.

Ce n’est ni Samuel Eto’o, ni Rigobert Song — Impossible que l’entraîneur camerounais n’ait pas été mis au courant — ni Lekjaa, ni tous les lobbies israéliens (l’Algérie est un soutien indéfectible de la cause palestinienne), ni tous les traîtres arabes qui empêcheront, si Dieu le veut — car nous sommes avant tout des Croyants musulmans — l’Algérie d’être présente au Qatar.

On ne s’attaque pas à l’Algérie impunément.

Pour que le football triomphe, il faut que toute corruption soit vaincue et éradiquée. Comme le dopage fut en son temps durement combattu dans tous les sports, la corruption dans le football doit être également annihilée.

INFOSPLUS 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x