Tsahal l’armée « la plus morale » contre une guérilla « d’animaux humains pire que les nazis » ?

Tsahal l'armée « la plus morale » contre une guérilla « d'animaux humains pire que les nazis » ?

Amar Djerrad, journaliste et analyste algérien :

L’action palestinienne du 7 octobre est une riposte à des dizaines d’années de barbaries contre une colonisation de peuplement qui a érigé l’apartheid et le racisme en valeurs humaines. C’est une lutte contre un «terrorisme pire que les nazis» avec une armée «la plus morale», disent-ils, appuyés par des occidentaux sionisés aidés de leurs médias mensongers. 

Voyons cela, après ce rappel :

– Un peuple palestinien spolié depuis 75 ans à qui l’on ne cesse d’infliger les pires humiliations en le tuant, trompant sans honte.

– Un colonisateur arrogant et raciste, qui assassine, emprisonne arbitrairement des milliers de Palestiniens sans distinction, qui piétine les résolutions onusiennes, sans que l’Occident n’y voit rien d’offusquant. «Le gouvernement israélien a déclaré qu’il ne respecterait pas la résolution du conseil de sécurité de l’ONU du 23 décembre condamnant sa politique de colonisation des territoires palestiniens», annonce La Croix à titre d’exemple.

– Des Occidentaux, qui le laissent faire, sous le prétexte du «droit de se protéger», quels que soient ses crimes tout en ayant rien vu de la ghettoïsation des 2,5 millions de Palestiniens. Une prison à ciel ouvert. 

– Des Occidentaux qui n’ont rien vu aussi des atrocités de leur protégé, depuis des années, mais qui subitement perçoivent, un 7 octobre, que la riposte au colonisateur est une «action terroriste» contre un pays pacifique avec l’armée «la plus morale». A titre d’exemple, Libération signale que «la veille de cet assaut, Bernard-Henri Lévy qualifiait l’armée israélienne» d’«armée la plus morale du monde». 

Des mensonges tellement gros qu’ils ne passent pas. Les sionistes sont dans la perversion. Goebbels, le propagandiste d’Hitler, a dit, comme le rappelle Ouest-France, «plus le mensonge est gros, mieux il passe». Les sionistes ont – cette fois – innové en faisant de leurs mensonges, des mensonges tellement gros qu’ils ne passent pas. Malgré cela, ils insistent en rajoutant d’autres mensonges aussi fous en persistant à mentir, non pas sur ce qui est supposé arriver, mais sur ce que l’on voit de nos propres yeux.

Le mensonge est compulsif chez eux. Pour cela, ils passent par les médias mensongers sionistes ou sionisés, dont certains (Anglo-Saxon) sont obligés de rétropédaler, face aux preuves, avec précaution toutefois, contrairement aux médias «mainstream» français qui persistent – de la façon la plus servile – à le répéter, même si la vérité est dite par la presse israélienne. Toutes les abominations imputées aux Palestiniens, se sont avérées des mensonges, inventées; même celles réelles commises par leur l’armée sur sa propre population. 

Plus de 700 journalistes ont signé une pétition demandant aux médias de changer de narratifs en utilisant les termes appropriés et en rapportant les faits honnêtement. «Pour 750 journalistes, les médias devraient qualifier les actions d’Israël de «génocide et d’apartheid», stipule The Times of Israël.

Négligée, cette pétition reste toutefois un témoignage, une empreinte indélébile, mettant à nu les États qui se targuent d’être les défenseurs supérieurs des valeurs humaines. Ces médias rapportent – systématiquement – les communiqués de l’armée israélienne sans citer la source au même moment où elle cite partiellement ceux des Palestiniens en ajoutant «selon le ministère de la Santé du Hamas». Même avec cette formule, elle ne rapporte pas qu’au 67e jour, les attaques ont fait 18.600 morts dont 8.000 enfants et 6.200 femmes, 86 journalistes, 50.600 civils blessés, 7.700 disparus.

En date du 28 décembre dernier, 20 Minutes rapporte 21.320 morts et 55.603 civils blessés. 

 Par ailleurs, l’ONU a rapporté que «101 membres» de son personnel ont été tués à Gaza. Le Figaro titre: «20 des 36 hôpitaux de Gaza ne sont plus opérationnels». 

Le Hamas est «pire que les nazis»? Les dirigeants israéliens s’évertuent à assimiler les Palestiniens à des nazis pour justifier leurs crimes. Observons qui fait mieux que qui? L’ambassadeur d’Israël en France, Raphaël Morav, déclarait sur la chaîne CNews à propos du Hamas: «Cette violence est d’une cruauté que nous n’avons pas vue même pendant la Seconde Guerre mondiale». Admettons! 

Si le Hamas (en fait les «combattants palestiniens» regroupant toutes les factions) est «pire que les nazis» pour avoir tué – acceptons leurs chiffres –1.200 Israéliens/Juifs, c’est que, logiquement, les nazis en ont tué moins et/ou fait moins d’atrocités. Ainsi, c’est, donc, toute leur propagande sur les crimes nazis, de Shoah etc. qui tombe à l’eau. Les nazis ne seraient donc pas ces monstres que l’on ne cesse de vendre depuis 78 ans, comme ces «terroristes du Hamas».

Ajoutons à cela ce que ce pervers, Yoav Gallant, ministre de la Défense israélien, a dit: «J’ai ordonné un siège complet de la bande de Gaza. Il n’y aura ni électricité, ni nourriture, ni carburant, tout est fermé. Il a, par ailleurs, rajouté comme le député français, François Ruffin, le fait remarquer: «Nous combattons les animaux humains». 

Non, ce n’est pas Werner von Blomberg ou Goebbels, mais bien Yoav Gallant ministre israélien de la Défense qui dirige l’armée «la plus morale» dont la mère serait une survivante de la Shoah.

Écoutons ce captivant témoignage de cette petite fille, nommée Hadar Morag (cinéaste israélienne): «Quand ma grand-mère est arrivée ici … l’Agence juive lui a promis une maison …toute sa famille a été exterminée. Elle a attendu longtemps dans une tente, dans une situation précaire. Ils l’ont ensuite emmenée à Jaffa, dans une belle maison sur la plage. Elle a vu que sur la table, il y avait encore la vaisselle des Arabes qui y vivaient et qui avaient été chassés. Alors elle est retournée à l’agence et a dit: «Ramenez-moi à la tente, je ne ferai jamais à quelqu’un d’autre ce qui m’a été fait». Comment pouvons-nous devenir ce à quoi nous nous opposions?»

Le «rabbin» membre de la Knesset, Amihai Eliyahu, lui, dépasse les limites en annonçant la possibilité «d’une bombe nucléaire sur Gaza» qui a soulevé des questions, dit-on. Disons qu’ il a donné les réponses sur la question de savoir si Israël possède cette arme et il a apporté la certitude qu’elle est entre les mains d’irresponsables, aux réactions démentielles instinctives, qui ouvrent la voie à d’autres pour la posséder légitimement. 

Quant à Hadiya Nassar, une vieille Palestinienne «plus âgée qu’Israël», elle a été tuée, devant la porte de sa maison, par un tireur d’élite israélien, selon M. Aljafarawi. Hadiya est devenue populaire après être apparue dans une vidéo alors qu’elle se remettait des blessures lors d’une frappe aérienne.

Ajoutons cette vidéo montrant des soldats sionistes se filmant en train de piller et vandaliser les maisons palestiniennes, confirmant la bonne moralité de leur armée. 

Enfin, ce curieux ordre: n’ayant rien obtenu de significatif par ses bombardements aveugles – ni l’élimination du Hamas, ni soulèvement populaire – les «services» israéliens auraient reçu l’ordre d’assassiner des dirigeants du Hamas où qu’ils se trouvent. Si telle est l’extension, il est certain que les Palestiniens répliqueront en visant tous les responsables impliqués; sans entamer leur volonté et les soutiens. 

Génocide, résistance tenace: vers un embargo sur l’énergie? L’arrogance sioniste et de «l’Occident sionisé» est telle qu’ils n’envisagent même pas une possible réaction: plus d’énergie aux États soutenant Israël qui peuvent paralyser leur économie déjà éprouvée. L’erreur est de croire que les arabo-musulmans ne peuvent pas s’entendre quand les limites sont dépassées. Les multiples visites récentes entre responsables du bloc «multilatéraliste» et celle trilatérale à Pékin entre, l’Iran, la Chine et l’Arabie saoudite ne sont pas des comédies à ce niveau de décision, surtout en ces temps dramatiques. On ne doit pas préjuger des résultats ou réagir avec une façon sentimentale, déraisonnable. 

Il est vrai que l’Arabie saoudite demeure l’État arabe du golfe influant, qui peut changer le rapport de force, mais il doit s’assurer des alliés fidèles en cas de représailles.

L’autre facteur d’importance est la manière de réagir des peuples arabes et musulmans qui peut être ce facteur déterminant. 

À ce stade, la résistance, par sa guérilla, tient bon dans sa guerre d’usure, qui impacte le moral de l’armée sioniste avec son «invincibilité» et l’économie israélienne; aidée par le Hezbollah qui «immobilise» une partie de cette armée et par les actions militaires persistantes de groupes divers d’Irak et du Yémen. Une situation sur le terrain que reconnaît le général de réserve, Yitzhak Brik, qui précise (médias israéliens): «C’est un miracle que la guerre n’ait pas éclaté en même temps, et que la Force Radwan ne soit pas entrée ce jour-là; (elle) aurait pu atteindre Haïfa et Tibériade …» 

«Israël n’est pas un État juif». C’est le rabbin new-yorkais Yisroel Dovid Weiss membre de l’organisation Neturei Karta qui l’affirme. Ce rabbin a toute sa vie durant été contre le sionisme qu’il considère comme une tromperie qui s’abrite derrière la religion juive. Pour Weiss, les sionistes utilisent l’Holocauste à leur profit. Il se déclare pour la libération totale de la Palestine «afin que le pays puisse revenir aux Palestiniens et que nous puissions vivre avec eux». 

À propos du cette riposte, Weiss dénonce les atrocités d’Israël dans cette vidéo du 12 décembre: «Le conflit à Gaza n’a rien à voir avec le judaïsme et l’islam. Nous vivons ensemble depuis des centaines d’années. … Ce n’est qu’une représentation d’un mouvement politique appelé sionisme qui utilise le judaïsme pour déclarer la guerre au peuple palestinien, le discréditer en l’accusant d’antisémite et d’antijuif … En tant que juifs nous devons nous dresser et dire que ce n’est pas vrai, que ce n’est pas en notre nom. Nous nous y opposons totalement. Nous … souffrons avec le peuple de Palestine. Israel n’est pas un état juif. Ils utilisent le nom d’Israel en lui accolant l’étoile de David. C’est une entité criminelle». 

Ceci nous emmène à l’argument que «l’antisémitisme» est un concept créé par les sionistes – qui ne sont pas tous des Sémites – par tromperie dans le but, avec son insertion dans la législation occidentale, de faire taire les critiques, menacer et en tirer profit. L’expression est réservée aux Juifs au sens «d’antijuif». Rappelons que les «Sémites» se caractérisent par leurs parlés inclus dans les langues «sémites» qui regroupent les Hébreux, les Ethiopiens, les Arabes et plusieurs autres d’Afrique et du Moyen-Orient. Les Juifs convertis d’occident n’ont rien de «sémite». Comparée, aux 400 de millions de Sémites qui ne sont pas juifs, il y a donc supercherie. 

Amar Djerrad, journaliste et analyste algérien 

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

source :

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter