La Troisième Guerre mondiale est-elle inévitable ?

La Troisième Guerre mondiale est-elle inévitable ?

Le père de la Constitution argentine, Juan Bautista Alberdi, dans son ouvrage Le crime de guerre (1870), déclare: «Il ne peut y avoir de guerre juste, car il n’y a pas de guerre judicieuse. La guerre est la perte temporaire du jugement». Il ajoute que «les guerres seront plus rares dans la mesure où la responsabilité de leurs effets sera ressentie par tous ceux qui les promeuvent et les invitent». 

Cela est prévisible près d’un siècle après la fin de l’escalade nucléaire qui a connu un tournant avec la crise des missiles de Cuba et qui a culminé avec la signature par Kennedy et Khrouchtchev de l’accord de suspension des essais nucléaires (1962) et la mise en œuvre de la doctrine de la coexistence de la paix pacifique, prolongeant les stigmates de la guerre froide jusqu’à la fin du XXe siècle avec la chute du mur de Berlin. 

Cependant, l’axe anglo-juif préparerait un scénario de triple guerre qui couvrirait pratiquement la totalité de la cartographie terrestre et se déclencherait simultanément au printemps et à l’été 2024, laissant l’Amérique latine comme un îlot dans un océan boueux. 

L’objectif avoué des mondialistes dirigés par Soros et l’Open Society Foundation (OSF) serait la mise en œuvre du Nouvel Ordre Mondial (NWO), ce qui impliquerait le rétablissement du rôle des États-Unis en tant que gendarme mondial suivant la doctrine Brzezinski. 

Cependant, l’isolationnisme du possible nouveau président des États-Unis, Donald Trump, serait un missile dans la ligne de flottaison du complexe militaro-industriel qui a tracé pour le prochain quinquennat la récupération du rôle des États-Unis comme gendarme mondial à travers une augmentation extraordinaire des interventions militaires américaines à l’étranger pour rétablir l’unipolarité sur le plan géopolitique mondial.

La Troisième Guerre mondiale est-elle inévitable?

Zbigniew Brzezinski, dans son livre Entre deux âges: le rôle des États-Unis à l’ère technotronique (1971), indique que «L’ère du rééquilibrage de la puissance mondiale est arrivée, puissance qui doit passer entre les mains d’un nouvel ordre politique mondial fondé sur un lien économique trilatéral entre le Japon, l’Europe et les États-Unis». 

Une telle doctrine impliquerait l’assujettissement de la Russie et de la Chine et inclurait la possibilité d’une frappe nucléaire préventive des États-Unis utilisant des missiles Trident II contre des cibles russes et chinoises vitales en cas de déclaration de la Troisième Guerre mondiale. 

Ainsi, le candidat républicain Donald Trump a déclaré sur ses réseaux que «nous n’avons jamais été aussi proches d’une Troisième Guerre mondiale» et qu’il doit y avoir «un engagement total pour démanteler le groupe de pouvoir mondialiste néo-conservateur responsable d’entraîner le monde dans des guerres sans fin». 

Aussi, dans un discours prononcé à la Conférence d’action politique conservatrice (CPAC), le futur candidat républicain a déclaré: «Je suis le seul candidat à pouvoir faire cette promesse: j’éviterai la Troisième Guerre mondiale», tout en dénonçant la «quantité excessive d’armes qui circulent actuellement dans le monde». 

Par conséquent, la victoire de Trump aux élections présidentielles de novembre 2024 serait un missile dans la ligne des intérêts géopolitiques connu sous le nom de «Club des Îles» avec des actifs proches de 10.000 milliards d’euros et dont la tête visible serait le financier et expert concepteur des «révolutions de couleur» de George Soros. 

L’OTAN contre la Russie. Le conflit ukrainien aurait signifié un retour à la guerre froide entre la Russie et les États-Unis et un retour à la doctrine du confinement, dont les fondements ont été posés par George F. Kennan dans son essai Les sources du comportement soviétique, publié dans la revue Foreign Affairs en 1947 et dont les principales idées sont résumées dans la citation: «Le pouvoir soviétique est imperméable à la logique de la raison mais très sensible à la logique de la force». 

Cela comprendrait l’entrée de la Finlande et de la Suède dans les structures militaires de l’OTAN et l’augmentation des forces militaires avec quatre nouveaux bataillons déployés à la frontière européenne avec la Russie et la réponse russe à l’installation de missiles Iskander-M en Biélorussie équipés d’ogives polyvalentes ainsi que des missiles anti-aériens S-40 suivant la dynamique de la guerre froide (action-réaction). 

De son côté, la Russie aurait installé à Kaliningrad des missiles Iskander-M équipés de têtes nucléaires polyvalentes ainsi que des missiles anti-aériens S-400 et en cas de fermeture par l’OTAN de la sortie de l’enclave soviétique de Kaliningrad vers la mer Baltique. , pourrait être réédité la crise des missiles Kennedy-Khrouchtchev (octobre 1962) qui aurait pour épicentre Kaliningrad. 

Cependant, la perte du contrôle du Congrès par les démocrates après les élections de mi-mandat en novembre a signifié la fin de l’aide en armements à l’Ukraine, l’augmentation du traçage minutieux de ces armes par les États-Unis pour empêcher leur passage sur le marché noir, ainsi qu’une vague croissante de de désaffection politique à l’égard de Zelensky qui couvrirait l’ensemble du spectre politique américain. 

De ce qui précède, il s’ensuit qu’une victoire républicaine en novembre 2024 représenterait le déclin de la stratégie atlantiste de Biden et Soros déterminés à défendre Poutine du pouvoir, la signature d’un accord de paix en Ukraine et le retour à la doctrine de coexistence pacifique avec Russie. 

Cela signifierait l’intronisation du G-3 (États-Unis, Russie et Chine) comme «primus inter pares» dans la gouvernance mondiale et la fin du rêve obsessionnel des mondialistes dirigés par Soros et de la fondation Open Society (OSF) d’atteindre les objectifs fixés de la Balkanisation de la Russie, «la baleine blanche que les mondialistes tentent de chasser depuis des décennies». 

Alors que les États-Unis sont plongés dans la campagne électorale pour les élections présidentielles de novembre, la France, la Pologne et le Royaume-Uni seraient le trident choisi par les mondialistes pour faire imploser le front ukrainien au printemps prochain et provoquer l’entrée ultérieure de l’OTAN dans un conflit ouvert avec la Russie avec Poutine réélu jusqu’en 2030. 

OTAN contre Organisation de coopération de Shanghai (OCS). La doctrine Kissinger préconisait la mise en œuvre du G2 (États-Unis et Chine) comme arbitres mondiaux. Ainsi, dans un article publié par le New York Times, intitulé The occasion for a new world order, Kissinger considère déjà la Chine comme une grande puissance (co-superpuissance). Il appelle également à porter les relations entre les États-Unis et la Chine à un nouveau niveau sur la base du concept de destin commun (sur le modèle des relations transatlantiques d’après la Seconde Guerre mondiale), ce qui verrait l’intronisation du La route du Pacifique (Amérique-Asie) comme principal axe commercial mondial au détriment de la route de l’Atlantique (Amérique-Europe). 

Mais l’objectif sans équivoque du Pentagone serait une confrontation avec l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), fondée en 2001 par les Cinq de Shanghai (Chine, Russie, Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan) auxquels s’est ensuite ajouté l’Ouzbékistan, l’Inde, le Pakistan et l’Iran avec les pays de l’ALBA. Ils constitueraient le noyau dur de la résistance à l’hégémonie mondiale des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Cette organisation aurait été renforcée après la visite à Moscou du ministre chinois de la Défense, Li Shangfu, au cours de laquelle il a qualifié les relations militaires russo-chinoises de «stratégiques» tout en soulignant «la nécessité d’une stratégie de sécurité alternative à l’OTAN», symbolisée dans le SCO. 

La Chine est pleinement consciente que l’accord stratégique entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, connu sous le nom d’AUKUS, symbolise un changement dans la cartographie géopolitique mondiale en déplaçant le scénario atlantique à travers l’Indo-Pacifique comme épicentre du pouls géopolitique entre les États-Unis et la Chine.

L’objectif des États-Unis serait donc d’établir un arc de crise nucléaire autour de la Chine qui s’étendrait du Cachemire indien au Japon, en passant par la Corée du Sud et les Philippines et fermant l’arc avec la Nouvelle-Zélande et l’Australie pour dissuader la Chine de sa quête de domination de la mer de Chine avec une frappe nucléaire préventive américaine utilisant des missiles Trident II contre des cibles chinoises vitales en cas de tentative chinoise d’occuper Taiwan n’est pas exclue. 

Nouvelle guerre au Moyen-Orient? Les signes de sénilité de Biden, la crise du fentanyl, le coût de la vie élevé et l’augmentation de l’insécurité des citoyens auraient fait chuter la popularité de Biden à des niveaux historiquement bas, ce qui faciliterait le retour triomphal de Donald Trump aux élections présidentielles de novembre en ouvrant la voie à la Maison Blanche suite aux dernières décisions de la Cour Suprême. 

Cependant, l’isolationnisme trumpien serait un missile sur la ligne de flottaison du complexe militaro-industriel. Au cours des cinq années suivantes, le rétablissement du rôle des États-Unis en tant que gendarme mondial s’est manifesté par une augmentation extraordinaire des interventions militaires américaines à l’étranger pour retrouver l’unipolarité sur la scène géopolitique mondiale. 

Ainsi, l’invasion de Gaza par Israël ne serait que la pointe de l’iceberg d’un accord secret conclu entre Biden et Netanyahou dans leurs efforts pour éviter de retarder les élections dont ils semblent clairement perdants. 

Selon ce plan, Israël et les États-Unis procéderont à la déstabilisation du Liban et de l’Iran par des méthodes accélérées, ce qui signifierait le début d’un grand conflit régional qui marquera l’avenir de la région dans les années à venir et qui constituera une bouée de sauvetage pour Biden lorsque les élections américaines prévues en novembre seront suspendues et pour Netanyahou qui parviendra à échapper aux procès et à l’éventuelle inculpation de crimes contre l’humanité contre la population de Gaza. 

Un tel conflit pourrait impliquer les trois superpuissances (États-Unis, Chine et Russie), comptant comme des collaborations nécessaires avec les puissances régionales (Israël, Syrie, Égypte, Jordanie, Irak, Arabie Saoudite et Iran) et couvrirait l’espace géographique qui s’étend de l’arc méditerranéen. (Israël, Syrie et Liban) au Yémen et en Somalie dans le but avoué de dessiner une cartographie du nouveau Moyen-Orient favorable aux intérêts géopolitiques des États-Unis, de la Grande-Bretagne et d’Israël. 

Germán Gorraiz López, analyste politique

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Source : Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter