Au collège c’est la loi du plus fort qui règne

La violence est partout présente dans notre société jusque dans les écoles et les collèges

Au collège c’est la loi du plus fort qui règne

Le collège, la plaque tournante entre délinquance et futurs lycéens

L’école primaire est chaque année de plus en plus menacée par des élèves rebelles et à la limite voyous. Dès la classe pré-collège, c’est-à-dire en cours moyen 2ème année (CM2), de nombreux élèves manifestent déjà une violence précoce, qu’elle soit verbale ou physique. Les maitresses et les maitres s’en plaignent souvent auprès de parents qui sont, pour de multiples raisons, dépassés, voire démissionnaires. Il ne faut pas mettre tous les élèves dans le même sac, mais force est de constater qu’il y a une accélération vers des comportements brutaux d’une importante minorité.

Pour un élève, le collège reste le passage le plus délicat et le plus difficile. En effet, au collège il y a les bons élèves qui passeront sûrement en seconde (lycée), et également les élèves perturbateurs, bagarreurs, cancres et qui se fichent éperdument de toute règle ou comportement en rapport avec l’environnement scolaire.

Parce que le collège est le lieu ou transitent l’excellence, la volonté et le travail, mais aussi la médiocrité, la paresse, l’insuffisance et le futur bandit. A force de redoublement, il n’est pas rare de trouver des élèves âgés de 16 ans, 17 ans en classe de 3ème. Un potentiel danger pour les arrivants en classe de 6ème âgés, eux, de 10, 11 ans. Harcèlement et racket sont devenus chose courante.

La violence des enfants prend le pas sur l’autorité des professeurs

Devant cette violence verbale et physique les professeurs sont désorientés, non préparés et démunis. Ils sont eux-mêmes victimes de violences verbales, parfois physiques. Il se produit, malheureusement de plus en plus, des cas extrêmes d’agressions avec armes blanches et/ou armes par destination. Ce qui, évidemment, est extrêmement grave. Les professeurs sont tenus d’avoir un comportement approprié et en rapport avec leurs fonctions et ne jamais répondre de manière agressive. C’est dire le self-control dont ils font preuve dans des situations très tendues. Qui est candidat pour être enseignant aujourd’hui ? Pas grand monde.

L‘autorité des aînés sérieusement remise en question

Quelle serait la réaction de chacun d’entre nous si nous étions en permanence insultés, raillés et charriés par des ados incontrôlables et hyper agressifs ? Car ces professeurs sont des êtres humains et ils sont donc faillibles. Les lois protègent les enfants dans notre société où la violence progresse sans cesse. C’est un fait, un constat.

Cependant, que fait-on de l’autorité parentale ainsi que celle des enseignants ? Le seul objectif est visiblement de protéger les enfants, au détriment de la sévérité naturelle et nécessaire des adultes. Punir les violences à l’encontre des enfants, que ce soit dans son propre foyer ou à l’extérieur, est salutaire et indispensable. Une réalité qu’on ne peut le nier.

Toutefois, n’a-t-on pas mis au même niveau la minorité de parents coupables de maltraitance et la majorité des parents responsables et aptes à mesurer le degré de punition qui doit être infligé à leurs enfants ? Tout le monde s’y perd et finit par lâcher prise.

INFOSPLUS       

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x