La confrontation entre la Chine et les États-Unis a changé le commerce mondial

La confrontation entre la Chine et les États-Unis a changé le commerce mondial

Le commerce entre les deux plus grandes économies du monde a fortement changé en six ans de guerre commerciale. La Chine était le plus grand exportateur vers les États-Unis pendant 16 ans, mais l’année dernière, ce titre est passé au Mexique. Comment le commerce mondial a-t-il changé, qui a bénéficié de cette querelle? Et qu’attend le commerce mondial à l’avenir? 

Six années se sont écoulées depuis que les États-Unis ont commencé une guerre commerciale contre la Chine. Les premières taxes élevées pour les exportations chinoises ont été introduites par les Américains en 2018 sous Donald Trump. En conséquence, la part des exportations de la Chine vers les États-Unis est tombée de 21,6% en 2017 à 14% en 2023, écrit Reuters

Pendant 16 ans, la Chine était le plus grand exportateur de marchandises vers les États-Unis. Mais en 2023, ce titre est passé au Mexique. Si la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine se poursuit, ce qui pourrait arriver si Donald Trump revient à la présidence, le commerce entre les deux pays pourrait se réduire de 200 milliards de dollars supplémentaires au cours de la prochaine décennie, estime Boston Consulting Group. Cela conduirait à une démondialisation encore plus importante du commerce mondial. 

La stratégie de Washington dans la guerre commerciale contre Pékin a même apporté quelques effets positifs à l’économie mondiale. Mais les États-Unis et la Chine ont été perdants. Les États-Unis comprenaient leurs faiblesses et n’ont pas provoqué Pékin à prendre des mesures de représailles sévères. La Chine, quant à elle, a essayé de maintenir ses positions acquises sur le marché américain, mais a tout de même procédé à une diversification: elle a assoupli son attitude envers les partenaires de la région asiatique et a volontiers commencé à les fournir en équipements industriels. 

Les conséquences les plus graves de la guerre commerciale pour les deux pays sont la chute du commerce bilatéral entre la Chine et les États-Unis de près d’un quart en 2019 (à 541 milliards de dollars) par rapport au record de 2017. 

Les États-Unis ont refusé de fournir à la Chine des puces de fabrication américaine, ont fait pression sur les fabricants américains, par exemple de voitures électriques, qui importent des pièces de Chine. Ajoutez à cela les relations compliquées de la Chine avec Taïwan, qui est devenue l’année dernière un leader mondial dans la production de semi-conducteurs. De plus, au cours des deux dernières années, l’économie chinoise a subi les conséquences destructrices de la pandémie de coronavirus qui a duré plusieurs années. Tout cela affecte le ralentissement progressif de la croissance économique chinoise. 

Cependant, les États-Unis n’ont pas réussi à affaiblir la Chine. Pékin parvient à s’en sortir mieux que son adversaire. 

La Chine s’est retrouvée dans une position plus avantageuse, notamment grâce à la Russie, qui a redirigé les volumes européens de ses exportations de pétrole et de gaz vers les marchés de l’Asie du Sud-Est, et l’industrie automobile chinoise, en l’absence de concurrence avec les entreprises occidentales, a obtenu une large part du marché russe. 

Il est difficile pour la Chine de remplacer le commerce avec les États-Unis par le commerce avec la Russie. Pour l’instant, la Russie fait juste partie des dix principaux partenaires commerciaux de la Chine, même pas dans le top trois, et le commerce entre la Chine et la Russie, ayant dépassé 230 milliards de dollars en 2023, représente même moins de la moitié du commerce entre la Chine et les États-Unis. 

Cependant, l’augmentation du commerce avec la Russie n’est qu’une des solutions pour la Chine. Pékin peut résoudre partiellement ses problèmes économiques grâce à l’expansion de l’alliance des Brics, à une plus grande implication en Afrique, ainsi qu’à l’exportation de ses produits vers les marchés des pays d’Asie et de la Russie. Mais la Chine elle-même fait face à certains problèmes imminents liés au déséquilibre démographique de sa population: une proportion élevée de personnes âgées et un faible taux de natalité. 

Il sera difficile pour la Chine de surmonter ses problèmes à elle seule. La même chose peut être dite des États-Unis. 

Ainsi, c’est précisément la division en blocs des pays dans les prochaines années qui deviendra la tendance principale en termes de logistique et de commerce mondial dans son ensemble. La fragmentation de l’économie mondiale se produit déjà. La Chine et les États-Unis deviennent les leaders de blocs de pays, les Brics et le G7. 

Le processus de démondialisation du commerce international continuera à tendre vers une plus grande « régionalisation ». D’autres pays, craignant des sanctions, passeront plus activement aux paiements en monnaies nationales. L’ordre commercial mondial, basé sur la domination du dollar américain, sera progressivement remplacé par des relations commerciales extérieures avec un rôle plus significatif des monnaies nationales et, à l’avenir, peut-être aussi des monnaies numériques d’État.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Source : Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter