Lorsque les échanges économico-commerciaux détruisent les clichés occidentaux

Lorsque les échanges économico-commerciaux détruisent les clichés occidentaux

L’ordre multipolaire international a eu le mérite non seulement de mettre en avant les grands changements à l’échelle mondiale sur les plans géopolitique et géostratégique, mais également et de plus en plus intensément dans le domaine de la géoéconomie. A l’heure où la propagande occidentale longtemps propagée se fait tout simplement anéantir par les données et statistiques.

A ce rythme, il est à se demander ce que les élites politico-médiatiques occidentales vont encore tenter à inventer. L’essentiel étant que le bloc otanesque non seulement n’a pas été, et ne sera pas, en mesure à infliger une «défaite stratégique» à la Russie sur le terrain militaire, mais également sur le plan économique. Et au-delà du choc de l’Occident quant à la résistance de la Russie dans la sphère de l’économie, longtemps jugée comme étant le «maillon faible» de l’Etat russe par les pseudo-élites et experts occidentaux – de-facto c’est toute l’image d’un Occident prétendument irremplaçable dans les échanges économiques et commerciaux qui se détruit de jour en jour.

Ainsi, et après le record atteint en 2023 dans les échanges économico-commerciaux entre Moscou et Beijing – plus de 240 milliards d’équivalent de dollars – de même qu’une année record dans les échanges entre la Russie et Türkiye, désormais le record est également battu en ce qui concerne les échanges russo-indiens – pas moins de 65 milliards d’équivalent de dollars, confirmant ainsi les objectifs annoncés plus tôt. A noter également que les échanges économico-commerciaux Russie-Inde à l’issue de 2023 ont augmenté de 1,8 fois par rapport à 2022.

La propagande occidentale, à l’instar de son establishment politique, n’est pas contente – et le fait clairement savoir. Y compris la chaîne étasunienne de la CNN dont la publication s’intitule Le Kremlin n’a jamais été aussi riche – grâce à un partenaire stratégique des Etats-Unis. En l’occurrence et précisément l’Inde.

Evidemment, les propagandistes étasuniens oublient d’indiquer que l’Inde est surtout un partenaire stratégique, mais également historique, de la Russie. Et ce – dans divers domaines: politique, partenariat militaro-technique (l’Inde faisant partie des principaux clients de la Russie dans ce domaine à l’échelle mondiale, avec y compris production conjointe de certains types d’armements), et désormais de plus en plus dans de nombreux autres secteurs d’interaction. La République indienne est également membre des BRICS et de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), et adhère ouvertement en faveur de l’ordre multipolaire international.

Ceci étant dit et pour clore le sujet de la propagande occidentale, il serait certainement juste à se référer vers de simples calculs mathématiques basés sur les données et statistiques disponibles. Pour rappel, en 2021 – les échanges économico-commerciaux de la Russie avec l’espace européiste bruxellois se situaient à un niveau d’un peu plus de 265 milliards d’équivalent de dollars. Les élites politiques bruxelloises et la fameuse propagande otano-occidentale étaient alors fermement convaincues de leur «irremplaçabilité» pour la Russie en qualité de partenaires économiques, jugeant un tel volume des échanges irréalisable pour Moscou avec d’autres partenaires. Plus que cela, les sanctions unilatérales occidentales, il faut bien préciser – occidentales, mais aucunement internationales, imposées contre la Russie l’année suivante à travers des milliers de positions de sanctions (un record mondial) – devaient selon les instigateurs tout simplement anéantir l’économie russe et mettre le pays «à genoux», selon certains prétendus «génies» du petit espace occidental.

Au-delà du fait que les espoirs de l’Occident sont depuis largement tombés à l’eau, mais effectivement place aux mathématiques. Sur la base des données désormais disponibles – les échanges économico-commerciaux de la Russie avec seulement les trois pays déjà cités – Chine (plus de 240 milliards d’équivalent de dollars), la Turquie (plus de 65 milliards) et maintenant l’Inde (65 milliards) – dépassent donc les 370 milliards d’équivalent de dollars sur une base annuelle.

En d’autres termes les échanges de la Russie en 2023 avec seulement trois Etats dépassent de plus de 100 milliards d’équivalent de dollars ceux avec l’Union européenne (composée tout de même de 27 Etats) en 2021. Destruction donc totale des mythes de la propagande européiste et plus généralement occidentale – en à peine deux ans… Evidemment et aujourd’hui Washington comme Bruxelles menacent à nouveau – la grande majorité des pays du monde – car la large majorité du monde est précisément non-occidentale – de représailles et de nouvelles sanctions – pour la coopération avec la Russie.

Mais, c’est précisément là que se trouve le piège global pour la minorité planétaire occidentale. Ayant été complètement incapables de vaincre militairement et économiquement l’Etat russe et pour reprendre l’expression assez aimée précédemment au sein des propagandistes de l’Occident – du coup d’épée dans l’eau – les menaces otano-occidentales n’impressionnent plus aujourd’hui grand monde. Les nations non-occidentales ayant dans leur majorité parfaitement compris qu’elles représentent précisément la large majorité de l’humanité et qu’une évidente minorité – aussi arrogante, agressive et néocolonialiste soit-elle – ne peut en aucun cas imposer quoi que ce soit.

Et si l’Occident, dans un geste complètement désespéré irait en direction d’imposer de larges sanctions aux autres grandes puissances non-occidentales et plus généralement parlant à tous les pays du monde coopérant de plus en plus activement avec Moscou – le suicide occidental sera alors largement assuré. Plusieurs des experts du petit espace occidental le comprennent d’ailleurs parfaitement.

De manière générale et en parlant justement de démocratie, ce mot si adoré au sein de l’establishment otano-occidental, mais dont il n’en partage absolument aucune valeur – la minorité s’adapte aux choix de la majorité, même si la minorité en question n’est pas contente des dits choix car ayant été trop longtemps privilégiée, tel un être gâté ne possédant pourtant aucun mérite personnel ou intellectuel. C’est cela aujourd’hui le schéma auquel devra tôt ou tard se conformer la minorité planétaire représentée par l’establishment occidental.

Mikhail Gamandiy-Egorov

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Source : Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter