Notre Monde est fragile et la guerre est si facile – INFOSPLUS

Notre Monde est fragile et la guerre est si facile - INFOSPLUS

Notre Monde en ébullition

Nous sommes entrés dans une ère de turbulence, d’incertitude, de risques et de gravité ; les lendemains vont être gris. Une aube maculée de fumées noires montent déjà au bout d’une nuit précipitée, jetée dans les creux du temps. Le monde dominé par les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés, principalement européens, touche à sa fin. C’est une certitude aussi affirmative et vraie qu’un jour laisse forcément place à un autre jour. D’autres puissances émergent ; d’autres règnent arrivent ; d’autres signes du temps apportent leurs mystères, leurs révélations d’un monde toujours en rupture avec les hommes. Parce que les hommes aiment à scruter, à observer l’horizon, l’air ravi et enchanté ; jamais ils ne se retournent pour voir les ruines de leurs histoires passées, les traces de leurs marches ensanglantées. Jamais le monde n’a été si près du précipice, si proche du vide, menacé d’une autodestruction.

Un Monde de l’oubli

Tant de mains dérobeuses se saisissent d’un bout de pain sec qu’un orphelin, une veuve voudraient porter à la bouche. La faim porte la misère. Elle frappe à nos portes. Ce que nos pères et mères ont enduré dans leur vie nous allons le découvrir à notre tour. Nous étions dans l’insouciance, tandis que le temps filait à grande vitesse vers d’autres refuges, d’autres antres, se mettre à l’abri, de peur de voir l’homme sombrer dans l’oubli. Oublier d’où il vient et où il ira rejoindre sa dernière demeure. Le ciel pleure. Partout des pluies diluviennes noient des hommes. La Terre suffoque. Ses fleuves, ses rivières inondent rivage et paysage. L’homme a modifié leurs cours naturels, changé leurs destinations. Peut-on modifier les cours du temps sans encourir ses courroux, colères et châtiments ? 

Un conflit majeur inévitable à moyen terme guette notre Monde

Le conflit majeur à venir opposera les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés à d’autres puissances constituées principalement de la Chine, la Russie, l’Iran, ainsi que des pays musulmans. L’Amérique impérialiste perdra irrémédiablement cette guerre et entraînera, dans sa chute, nombres de pays alliés, dont Israël. Les vainqueurs seront ceux du continent asiatique essentiellement et le monde musulman. Une alliance entre le monde arabo-musulman et les asiatiques paraît inévitable, tellement les politiques européennes et américaines sont défavorables, injustes, bellicistes et arrogantes envers des milliards d’individus de la Planète. Le risque majeur pour le monde résidera dans l’utilisation ou non de l’arme fatale : le nucléaire. Défaite, l’Amérique sera tentée d’utiliser la bombe atomique. Elle a déjà recouru a cette option démoniaque contre le Japon pour écourter le conflit, lorsqu’elle vit ses pertes en hommes augmenter de jour en jour. Pourquoi ne récidiverait-elle pas ? Problème : la Russie dispose de bombes nucléaires également, dirigés sur les USA et l’Europe. Ce serait une catastrophe pour l’humanité, voire la dernière catastrophe qu’aurait à connaître notre Monde.

Le Président Donald TRUMP bouscule les règles diplomatiques internationales

L’opposition actuelle entre la Russie et la Chine d’un côté et l’Amérique de l’autre est un prélude de ce qui nous attend réellement. La politique des USA a toujours été un minimum visible et transparente. Que ce soit avec le Président Georges W. Bush ou Barack Obama, nous savions à quoi nous en tenir.

Or, ce n’est plus le cas avec le Président Donald Trump. Hormis sa politique ultra protectionniste et ses facéties à vouloir twitter sur tout, l’actuel Président américain isole son pays sur un plan diplomatique et tente d’user de la force — retour à la loi de la jungle — pour imposer ses idées dans un unilatéralisme inquiétant.

Au Proche-Orient, dans la guerre qui oppose Palestiniens et Israéliens, Donald Trump n’a pas hésité à offrir, sur un plateau, à son ami le Premier ministre Benjamin Netanyahu, Jérusalem comme capitale d’Israël. Dernièrement, il a enfoncé le clou en déclarant que la partie du Golan (territoire syrien occupé durant la guerre des Six jours par Israël) était un territoire définitivement Israélien. Le Proche-Orient est une poudrière. Tout peut arriver à tout moment. 

Le Président américain n’a pas hésité non plus à remettre en cause la parole donnée de l’Amérique lorsqu’elle accepta l’accord dit de Paris — COP 21 — sur les mesures environnementales destinées à lutter contre le réchauffement climatique. Il n’a pas hésité non plus à quitter l’accord sur le nucléaire iranien obtenu après des années et des années de âpres discussions avec l’Etat islamique. Il semble difficile, dans ces conditions, de planifier quoi que ce soit avec un tel Président imprévisible, qui obéit à  son instinct et qui prend seul des décisions qui souvent concernent l’avenir de notre Planète.  

Touhami – INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.