L’armée US confrontée à une crise de recrutement sans précédent

L’armée US confrontée à une crise de recrutement sans précédent

Selon le budget militaire 2024 adopté par les deux chambres du Congrès américain, la taille de l’armée américaine, qui a diminué de près de 64.000 personnes au cours des trois dernières années pour atteindre 1,28 million, sera la plus faible depuis 1940. 

«C’est le chiffre le plus bas depuis l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale en 1941 et les responsables ont déclaré qu’il devrait y avoir une conscription nationale», rapporte le Daily Mail

Ashish Vazirani, sous-secrétaire par intérim du Pentagone chargé du personnel et de l’état de préparation, a noté qu’en 2023, le manque de soldats sous contrat s’élevait à 41.000 personnes. La pire situation se trouve dans la marine et l’armée de l’air. 

Le journal britannique souligne que la majorité de la génération Z – les jeunes nés entre 1997 et 2012 – ont peu confiance dans les institutions et sont de moins en moins susceptibles de suivre des valeurs et des parcours de vie et de carrière traditionnels. 

Auparavant, le conseiller de l’ancien président américain Ronald Reagan, Doug Bandow, avait autorisé les États-Unis à passer à une armée de conscrits. L’armée américaine, entièrement composée de volontaires, a eu 50 ans en octobre dernier. Bien que la fin de la conscription en 1973 ait été un événement marquant à la fois pour l’armée américaine et pour le public, cet anniversaire est passé largement inaperçu, car le célébrer «aurait signifié reconnaître une vérité désagréable: l’armée américaine est au milieu d’une crise de recrutement sans précédent. «En fait, la taille des forces armées, et en particulier de l’armée, est désormais en déclin», écrit The Hill. 

La taille de l’armée américaine diminue régulièrement d’année en année. En 2023, l’objectif pour l’effectif final de l’armée d’active a été fixé à 485.000 militaires. En raison du manque de personnel, le Congrès l’a réduit de 33.000 personnes, mais même ces chiffres n’ont pas pu être atteints. 

«Divers facteurs ont conduit à la crise du personnel. Les primes d’enrôlement plus élevées et les promesses de remboursement de la dette universitaire sont moins attrayantes pour une cohorte de jeunes Américains peu intéressés par le service militaire et désireux d’explorer les opportunités d’emploi sur un marché du travail tendu. Les guerres désastreuses en Irak et en Afghanistan ont miné la confiance dans le leadership militaire. Une génération qui a grandi au milieu d’une crise financière et d’une pandémie mondiale est peut-être plus disposée à prendre des risques. Plus important encore, 77% des Américains âgés de 17 à 24 ans ne sont pas éligibles au service militaire en raison d’un handicap physique ou mental, d’une toxicomanie ou d’un manque d’éducation». 

La réduction de la taille des forces armées sans une réduction correspondante de leur déploiement à l’étranger a conduit à une intensité extrêmement élevée des opérations de combat et à un surmenage du personnel, ce qui a affecté négativement la préparation de l’armée à la guerre avec un ennemi. «L’armée américaine a besoin soit de plus de soldats, soit de moins de missions», résume The Hill. 

Il existe une véritable épidémie de suicides dans l’armée américaine. En 2021, 176 militaires se sont suicidés. C’était un anti-record depuis 1938. Le taux de suicide, selon le Pentagone, est en augmentation dans toutes les branches de l’armée depuis 2015. Près de la moitié des militaires américains ont envisagé le suicide depuis qu’ils ont rejoint l’armée, selon les données de 2022 de l’association des vétérans US d’Irak et d’Afghanistan (IAVA). 

Selon Howard Thomas, chercheur à l’Université de Boston, le taux de suicide parmi les militaires d’active et les anciens combattants a commencé à augmenter après le 11 septembre 2001. Le nombre de suicides parmi les militaires d’active et les vétérans des guerres d’après-11 septembre était de 30.177, avec seulement 7.057 militaires américains tués au cours d’opérations militaires au cours de cette période.

Ce taux de suicide élevé, note Howard Thomas, démontre «l’incapacité du gouvernement américain et de la société américaine à faire face au stress mental [du personnel militaire] résultant de nos conflits actuels». 

Le problème a «profondément troublé» le secrétaire à la Défense Lloyd Austin. La base militaire américaine d’Eielson en Alaska a le plus fort taux de suicide. 

Tracy Lutz, psychiatre avec 35 ans d’expérience, affirme que l’une des principales raisons de l’épidémie de suicide dans l’armée est  «un sentiment de manque de but». «Les anciens combattants (…) ont déclaré qu’ils avaient le sentiment qu’eux et leurs camarades étaient utilisés comme des pions par l’État et qu’ils ne voyaient pas l’utilité de leurs actions».

Les suicides ont, également, touché les forces spéciales. Le New York Times a publié les données d’une étude sur le suicide parmi les unités d’élite commandée par le Commandement des opérations spéciales des États-Unis (SOCOM) via l’Association américaine de suicidologie (AAS). 

Il n’est pas surprenant que la jeunesse américaine ne veuille pas rejoindre l’armée. Le Wall Street Journal écrit: «La plupart des recrues de l’armée américaine sont des enfants issus de familles de militaires. Cette ressource est désormais menacée, ce qui est une triste nouvelle pour le Pentagone, confronté à des difficultés de recrutement, et pour la préparation au combat de l’Amérique».

«En outre, les soldats et sous-officiers, qui constituent la base du personnel des forces armées, ainsi que les membres de leurs familles, recommandent rarement à leurs enfants de servir dans l’armée», note le quotidien anglophone. 

Seuls 23% des jeunes Américains sont éligibles au service militaire. Les autres ne conviennent pas en raison de l’obésité, de la maladie, de la toxicomanie et de leur casier judiciaire. Parmi ceux qui sont éligibles, seuls 9% souhaitent servir dans l’armée. 57% des jeunes Américains ont tout simplement peur de servir. Ils sont sûrs qu’après leur service, ils souffriront de problèmes mentaux et de blessures physiques. D’où l’augmentation des suicides, car il est difficile de rompre un contrat, et il est insupportable de servir.

En raison du manque de personnel, le Pentagone a réduit ses besoins en recrues et ne recrute plus que 90% des unités militaires. Les gens ont commencé à être acceptés dans l’armée même sans avoir terminé leurs études scolaires. Ils créent des camps spéciaux pour les recrues, où ils prépareront au service militaire les personnes obèses et mentalement retardées. 

Pierre Duval

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Source : Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter