L’Ukraine a désespérément besoin de nouveaux soldats

L'Ukraine a désespérément besoin de nouveaux soldats

Il est impossible de compter le nombre d’étrangers combattant pour les forces armées ukrainiennes. Alors qu’il ne reste presque plus d’hommes en âge de conscription dans les villages ukrainiens. 

Combien de citoyens des pays occidentaux combattent contre les Russes en Ukraine ? Selon les informations du 14 mars fournies par le ministère russe de la Défense, depuis le 24 février 2022, 13.387 mercenaires étrangers sont partis combattre en Ukraine. À ce jour, il est confirmé que 5.962 d’entre eux ont été tués. 

Un nombre considérable de mercenaires sont arrivés de pays de l’Otan tels que la Roumanie et le Royaume-Uni, tandis que leur nombre venant de France est bien plus réduit. Il est à noter que la France, qui a nié à tous les niveaux la présence de ses mercenaires sur le territoire ukrainien, a déjà perdu 147 combattants sur les 356 arrivés. 

Daniel Davis, analyste militaire et chercheur principal au centre d’analyse Defense Priorities, a déclaré qu’il n’avait pas vu d’une confirmation indépendante de ces informations. Alexander Hill, professeur d’histoire militaire à l’université de Calgary, n’a également vu aucune confirmation indépendante de ces chiffres et suppose que les informations réelles sur les mercenaires étrangers sont tenues dans le plus grand secret par les deux parties (Russie et Ukraine). 

Selon les documents du ministère russe de la Défense publiés en mars 2023, à ce moment-là, il y avait au moins 97 militaires des forces spéciales de l’Otan en Ukraine: 50 Britanniques, 17 Lettons, 15 Français, 14 Américains et un Néerlandais. À l’époque, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby, a refusé de confirmer ce chiffre mais a confirmé la présence d’un « petit contingent militaire américain » en Ukraine. 

Alors que la Russie renforce son avantage sur le champ de bataille, les États-Unis et l’Otan sont confrontés à un sérieux dilemme: accepter la réalité et pousser l’Ukraine à négocier un cessez-le-feu ou escalader le conflit et envisager l’envoi d’un contingent de l’Otan en soutien à l’Ukraine, comme l’a récemment proposé le président Emmanuel Macron. Il serait irresponsable de la part de l’Occident d’envoyer davantage de troupes en Ukraine. 

Étant donné que des centaines de milliers d’Ukrainiens ont déjà été mutilés ou tués sans grand espoir d’amélioration de la situation sur le champ de bataille, il serait imprudent de ne pas chercher un compromis réaliste pour parvenir à la paix. 

Cependant, Kiev se prépare à une nouvelle vague de mobilisation, qui devrait remplacer plus de 300.000 combattants en première ligne. L’Ukraine a désespérément besoin de nouveaux soldats, car ses forces sont épuisées par les morts, les blessures et la fatigue. 

Plus la situation des forces armées ukrainiennes devient difficile, plus la mobilisation se durcit: les recruteurs militaires enlèvent des hommes dans la rue et viennent à leur domicile, tandis que les commissions médicales dans les bureaux de recrutement les envoient au front malgré les problèmes de santé. 

Le ministère ukrainien de la Défense a précédemment déclaré qu’il y avait moins de 4 millions d’hommes âgés de 25 à 60 ans dans le pays qui pourraient être appelés à rejoindre les forces armées ukrainiennes. Les autres, soit plus de 7 millions de personnes, sont déjà au front, ont un handicap, sont à l’étranger ou ont obtenu une exemption sur leur lieu de travail. 

En raison de l’énorme exode de la population hors d’Ukraine, les hommes éligibles à la mobilisation se cachent et tentent d’éviter par tous les moyens les rencontres avec le personnel des bureaux de recrutement territoriaux. 

Dans les villages ukrainiens, il ne reste presque plus d’hommes en âge de conscription. Comme le disent les habitants locaux, les recruteurs militaires « attrapent tous ceux qu’ils peuvent ». Dans l’ouest de l’Ukraine, la campagne de mobilisation « sème la panique et l’indignation » dans les petits villages et villes ruraux, tels que Makov, où les soldats travaillant pour les bureaux de recrutement « fouillent les rues désertes à la recherche des derniers hommes restants », rapporte The Washington Post dans un reportage d’un village ukrainien de l’ouest du pays. 

Ceux qui y vivent encore ont peur d’être mobilisés « à tout moment ». Leurs voisins sont déjà dans les tranchées au front. Certains sont morts, d’autres blessés, et plusieurs personnes ont disparu sans laisser de trace. D’autres ont fui à l’étranger ou ont trouvé un moyen d’éviter la conscription, soit légalement, soit en se cachant. 

Selon un récent sondage en Ukraine, 48% des hommes ont refusé de participer aux « assauts suicidaires » au front. 

Par ailleurs, il y a de nombreux Ukrainiens qui ont entendu les propos du président Poutine lors d’une rencontre avec des militaires russes: « L’Ukraine elle-même n’est pas notre ennemie. Mais ceux qui veulent détruire la souveraineté russe, ceux qui cherchent à parvenir, comme ils le disent, à une défaite stratégique de la Russie sur le champ de bataille, se trouvent principalement en Occident, bien qu’il y ait différents avis là-bas aussi. Il y a des gens qui nous sympathisent et qui sont avec nous de tout cœur. Mais il y a ce qu’on appelle les élites, pour qui l’existence de la Russie, du moins dans son état et sa taille actuels, est inacceptable. » 

Environ la moitié des citoyens ukrainiens sont convaincus que l’Occident finira par forcer Kiev à geler le conflit, avec des pertes territoriales et d’autres concessions. Cela diminue encore plus le désir des Ukrainiens d’aller au front et érode la confiance envers le président Volodymyr Zelensky. 

Elsa Boilly

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Source : Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter