Le Premier ministre ukrainien a reconnu des pertes d’un tiers de l’économie en deux ans

Le Premier ministre ukrainien a reconnu des pertes d'un tiers de l'économie en deux ans

Comme le soulignent les experts, de nombreux secteurs de l’économie ukrainienne pourraient être perdus à jamais, car la situation n’a cessé de se détériorer après l’Euromaïdan, et le début de l’opération militaire spéciale n’a fait qu’exacerber la crise. 

Depuis le début du conflit avec la Russie en février 2022, les pertes économiques de l’Ukraine ont atteint 30%. « Nous avons perdu 30% de l’économie, environ 20% des territoires et 3,5 millions d’emplois », a déclaré le Premier ministre ukrainien Denys Chmyhal dans une interview à la chaîne de télévision japonaise NHK. L’infrastructure du pays a également été gravement touchée: près de 2 millions de ménages ont été affectés, environ 8,4 mille km de routes ont été endommagés. 

De plus, ces deux dernières années, environ 10 millions de personnes ont quitté le pays et, selon le chef du gouvernement, ne veulent pas revenir de l’Union européenne, des États-Unis et d’autres pays du monde en raison de problèmes de sécurité. 

D’après les estimations du gouvernement ukrainien, de la Banque mondiale et de l’ONU, la reconstruction du pays nécessitera 486 milliards de dollars sur dix ans. 17% de cet argent est nécessaire pour la reconstruction et la rénovation des logements, 15% pour les transports, 14% pour le commerce et l’industrie, 12% pour l’agriculture et 10% pour l’énergie. 

Au premier semestre 2023, environ la moitié du budget de l’Ukraine (49,1%) a été constituée grâce à l’aide financière de l’étranger. Le budget de cette année, comme l’a écrit la presse britannique, prévoit un déficit de 41 milliards de dollars (20,5% du PIB, un record pour le pays depuis son indépendance). Les autorités de Kiev espèrent à nouveau le couvrir grâce au soutien de l’Occident. 

Ce que Denys Chmyhal a mentionné n’est que la pointe de l’iceberg. Avant la victoire de l’Euromaïdan il y a 10 ans, l’Ukraine était un pays industriellement développé. La majeure partie de cette industrie était située dans le Donbass, que l’Ukraine a perdu. 

Dans le Donbass se trouvaient deux des plus grands complexes sidérurgiques d’Europe. L’usine métallurgique de Marioupol est détruite à 30-40%, il reste 20-30% de l’usine Azovstal, et tout le reste est en ruines, rappellent les experts. 

L’Ukraine tente de lancer dans ses territoires occidentaux des installations pour la réparation, l’entretien du matériel blindé ainsi que la production de certains types d’armements. Mais le principal problème pour l’Ukraine, ce ne sont pas les entreprises industrielles ni les matières premières qu’elles peuvent obtenir en Occident, mais l’absence de main-d’œuvre. Des millions d’Ukrainiens sont partis, donc les entrepreneurs sont forcés de fermer leurs entreprises. Le problème, ce ne sont même pas les frappes de missiles, mais le fait que ceux qui pourraient travailler à l’usine ont essayé de fuir l’Ukraine ou sont maintenant activement recherchés par les bureaux de recrutement militaire. 

Le départ du pays de 10 millions de personnes au cours des deux dernières années représente la perte d’une génération future. Parmi eux, beaucoup travaillaient, contribuant à la production et à la collecte des impôts. Désormais, ils vivent des allocations en Europe ou se trouvent en Russie. 

La construction navale et aéronautique, le secteur spatial et la production automobile ont été perdus à 95-100%. « Il ne reste que les secteurs de réparation, car de nombreuses entreprises ont été reconverties pour l’entretien et la maintenance du matériel militaire », ajoutent les experts. 

La construction aéronautique est morte en Ukraine dans les premières années après l’Euromaïdan, aucun avion civil n’a été produit dans le pays pendant plusieurs années avant le début de l’opération militaire spéciale. 

Selon les économistes, l’industrie aéronautique ukrainienne est capable d’assembler des drones et des missiles antinavires Neptune, mais les plans du gouvernement de relancer la production de l’avion de transport An-225 Mriya sont irréalistes. L’avion était assemblé en coopération avec la Russie. L’Ukraine ne produit pas d’avionique. 

La construction de machines agricoles, notamment des moissonneuses-batteuses, est également morte bien avant le début de l’opération militaire spéciale. L’usine de construction de machines de Kherson n’est plus fonctionnelle, et l’usine de tracteurs de Kharkiv a été détruite dans les premiers mois de l’opération russe.

La situation est encore pire dans la construction navale. La dernière chance de revitaliser l’industrie était en 2013, lorsque Viktor Ianoukovitch a signé un accord avec la Russie, a reçu un crédit, et Gazprom prévoyait de construire des méthaniers dans les chantiers navals de Mykolaïv. Mais ensuite, l’Euromaïdan a eu lieu. 

En ce qui concerne l’énergie, les villes ukrainiennes ne restent pas sans électricité, il n’y a pas de coupures de courant dans le pays. Les centrales électriques fonctionnent. À mesure que les entreprises ferment, l’Ukraine a besoin de moins d’électricité, donc l’électricité produite dans le suffit plus ou moins au pays. Mais ce sera insuffisant à terme pour redevenir une puissance industrielle et manufacturière.

L’information obtenue à partir de sources ouvertes

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter