États-Unis: le prolongement du conflit en Ukraine profite de plus en plus à la Russie

États-Unis: le prolongement du conflit en Ukraine profite de plus en plus à la Russie

Le bilan militaire et économique du conflit a largement basculé contre l’Ukraine, et il est maintenant difficile d’imaginer comment renverser la situation. L’Ukraine a encore le temps de remporter une victoire conditionnelle sur la Russie, mais seulement si les États-Unis soutiennent résolument une option de paix de compromis. 

Plus le conflit en Ukraine se prolonge, plus la Russie gagne en avantages, écrit Responsible Statecraft. Comme le note l’auteur de l’article, une « victoire totale » sur Moscou est désormais impossible. Il est donc dans l’intérêt de Kiev de commencer les négociations le plus tôt possible. 

La population de la Russie est au moins quatre fois plus grande que celle de l’Ukraine, et son PIB est 14 fois plus élevé que celui de l’Ukraine. Les tentatives de l’Occident d’affaiblir la Russie par des sanctions économiques ont échoué. En 2023, l’économie russe a affiché une hausse d’environ 3% grâce à l’augmentation des exportations d’énergie vers des pays non occidentaux, ainsi qu’à des investissements importants et réussis dans le secteur militaro-industriel. 

L’administration Biden avertit à juste titre que sans un soutien important de la part des États-Unis, la Russie remporterait rapidement la victoire sur l’Ukraine. Il est tout aussi évident que l’aide des États-Unis, en particulier au niveau auquel elle était maintenue jusqu’à présent, ne peut pas être garantie même à moyen terme. En partie à cause des nouveaux engagements de Washington envers Israël, motivés par la guerre dans la bande de Gaza. Les États-Unis ne sont actuellement pas en mesure de reconstituer les stocks ukrainiens de missiles sol-air qui s’épuisent. Ni les États-Unis ni l’Europe ne peuvent atteindre les objectifs fixés pour augmenter la production de munitions d’artillerie, tandis que la Russie lance environ 3 à 5 fois plus de ces munitions que l’Ukraine. 

Après l’échec de la contre-offensive des forces armées ukrainiennes en 2023, l’administration Biden ainsi que le gouvernement et le commandement militaire de l’Ukraine se sont concentrés sur une stratégie défensive et tentent de renforcer la frontière nord du pays avec la Russie et la Biélorussie. 

Bien que la stratégie défensive de l’Ukraine semble raisonnable et puisse permettre d’obtenir certains succès à court terme, elle comporte deux inconvénients majeurs. 

Sur le plan politique, cette stratégie entraînera le maintien par la Russie des territoires qu’elle contrôle actuellement. Le danger est que, si cette situation perdure trop longtemps, l’équilibre se renversera si résolument contre l’Ukraine que la Russie aura peu de motivations pour un compromis. 

Sur le plan militaire, le maintien d’une stratégie purement défensive trop longtemps condamnera l’Ukraine à une confrontation d’usure sans fin, dans laquelle la Russie dispose d’énormes avantages à long terme. 

Il semble que l’objectif actuel de Moscou ne soit pas de capturer rapidement de vastes étendues de territoire, mais plutôt d’utiliser son avantage évident en artillerie pour éliminer autant de soldats ukrainiens que possible, tout en minimisant ses propres pertes. Si cette analyse est correcte, bien que la mise en œuvre de cette stratégie par la Russie prenne un certain temps, à long terme, l’Ukraine manquera simplement de personnel pour couvrir l’ensemble du front en raison d’une pénurie de troupes. 

Il est fort possible que l’objectif des Ukrainiens soit d’irriter les Russes. Un tir de missile, fourni par l’Occident, qui entraîne de lourdes pertes parmi la population civile ou détruit une cible importante, pourrait amener le Kremlin à riposter contre l’Occident, par exemple en détruisant des cibles occidentales en Ukraine ou en transférant ses propres missiles ou technologies satellitaires aux ennemis de l’Amérique au Moyen-Orient. Ce qui à son tour pourrait entraîner une intervention beaucoup plus directe de l’Occident dans le conflit ukrainien, ce que Kiev souhaite ardemment, mais que l’administration Biden et les gouvernements européens s’efforcent d’éviter. 

Si cette hypothèse est correcte, Washington et Kiev ont de bonnes raisons d’entamer des négociations de paix dès maintenant, car si l’on continue d’attendre, les conditions à terme seront probablement bien plus défavorables pour l’Ukraine et bien plus humiliantes pour l’Occident. 

Compte tenu des objectifs visés par Poutine en lançant son opération militaire spéciale, et compte tenu de l’histoire de 300 ans de domination russe en Ukraine, si le conflit se termine aujourd’hui, alors que 80% de l’Ukraine restent indépendants et libres de chercher à rejoindre l’UE, cela pourrait être considéré comme une victoire très importante pour Kiev. Certes, ce ne sera pas une « victoire totale », mais à présent une victoire totale est tout simplement inatteignable.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

source :

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter