La guerre en Ukraine provoque des licenciements en Europe

La guerre en Ukraine provoque des licenciements en Europe

La guerre en Ukraine a un impact négatif important sur l’économie européenne et sur le marché du travail. 

«Les entreprises européennes suppriment des emplois alors que l’économie vacille», annonce Reuters.

«Les secteurs de l’automobile, de l’alimentation, du commerce de détail et biens de consommation, de l’industrie et de l’ingénierie, des technologies, sont touchés par les licenciements», rapporte l’agence anglophone. 

«L’inflation la plus élevée depuis des décennies et l’impact de la guerre en Ukraine ont contraint les entreprises de toute l’Europe à des licenciements ou à un gel des embauches», précise Reuters, qui donne une liste non exhaustive des entreprises touchées par la crise. 

«Le fabricant de pneumatiques français, Michelin, a annoncé le 28 novembre qu’il cesserait ses activités sur ses sites de Karlsruhe, Trèves et Homburg en Allemagne d’ici fin 2025, affectant 1,532 emplois». 

«L’équipementier automobile, Continental, a annoncé en novembre qu’il supprimerait des milliers d’emplois dans sa division automobile à l’échelle mondiale». 

«Johnson Matthey, le fabricant britannique de catalyseurs automobiles, a annoncé le 22 novembre qu’il supprimerait environ 600 emplois dans les fonctions de support». 

«Stellantis, le constructeur automobile a annoncé le 28 juin son intention de fermer son usine de boîtes de vitesses mécaniques en Autriche, ce qui affecterait 300 emplois». 

«Volkswagen, le constructeur automobile allemand a annoncé le 27 octobre son intention de supprimer 2000 emplois dans son unité de logiciels en difficulté Cariad». 

«Anheuser-Busch Inbev, le brasseur belge, va licencier des centaines d’employés aux États-Unis, a rapporté CNN le 27 juillet». 

 «Carrefour, le détaillant français, a annoncé le 26 juin qu’il pourrait supprimer jusqu’à 979 emplois en France sur une base volontaire». 

 «Electrolux, le fabricant suédois d’appareils électroménagers, a déclaré le 27 octobre que les actions visant à accélérer la réduction des coûts et à simplifier l’organisation affecteraient 3000 emplois». 

«Haleon, le fabricant de dentifrice Sensodyne, cherche à supprimer des centaines d’emplois en Grande-Bretagne et dans le monde, a rapporté le Guardian le 13 juillet». 

 «Husqvarna, le fabricant suédois d’équipements et d’outils de jardin, a annoncé le 20 octobre qu’il supprimerait environ 300 postes, s’ajoutant au plan de suppression de 1000 emplois annoncé en octobre 2022». 

«Alstom, le constructeur ferroviaire français a annoncé le 15 novembre son intention de supprimer environ 1500 postes pour l’aider à atteindre ses objectifs à moyen terme». 

«Tata Steel, la division néerlandaise du sidérurgiste indien, a annoncé le 13 novembre qu’elle supprimerait environ 800 emplois dans son usine d’IJmuiden pour accroître sa rentabilité». 

«IG Group, la plateforme britannique de trading en ligne a annoncé le 31 octobre qu’elle supprimerait 10% de ses effectifs dans le cadre de mesures d’économies». 

 «Nokia, le groupe finlandais d’équipements de télécommunications a annoncé le 19 octobre qu’il supprimerait jusqu’à 14000 emplois dans le cadre d’un nouveau plan d’économies de coûts». 

«Telefonica, l’opérateur télécoms cherche à supprimer environ 5.100 emplois en Espagne d’ici 2026, a déclaré un porte-parole syndical le 4 décembre». 

«Virgin Media, l’opérateur mobile britannique envisage de licencier 2 000 salariés, rapporte le Telegraph du 24 juillet». 

«Vodafone, le groupe de télécommunications britannique s’est mis d’accord le 15 juin avec les syndicats sur la suppression de 1003 emplois en Italie et de 11.000 emplois dans le monde sur trois ans».

Source : Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter