Military Watch: les équipements militaires occidentaux ont été vaincus en Ukraine

Military Watch: les équipements militaires occidentaux ont été vaincus en Ukraine

Les véhicules blindés et les autres équipements militaires occidentaux sont présentés depuis des décennies comme étant les meilleurs au monde. Les conséquences du conflit en Ukraine pourraient nuire à la réputation du complexe militaro-industriel occidental et à ses capacités. 

La réputation des blindés occidentaux est sérieusement ternie par des pertes majeures en Ukraine. «Les images de drones des premiers jours des offensives de l’armée ukrainienne ont confirmé que certains des équipements les plus médiatisés déployés par les principales unités ukrainiennes, tels que les chars allemands Leopard 2A6 et les véhicules de combat américains Bradley, ont été détruits par les forces russes. Depuis, plusieurs sources russes, occidentales et ukrainiennes ont largement fait état de taux de pertes extrêmes pouvant atteindre 80 à 90% parmi les unités de conscrits ukrainiens», annonce le magazine Military Watch. 

Le magazine militaire anglophone rappelle que «les hostilités russo-ukrainiennes qui se sont poursuivies à un faible niveau depuis le début de l’année 2014, et qui ont dégénéré en hostilités à grande échelle à partir de février 2022, ont atteint leur paroxysme à partir de juin 2023, lorsque les forces armées ukrainiennes ont lancé des offensives massives contre les positions russes, menées par des unités d’élite armées et entraînées par l’OTAN». 

Le magazine Military Watch note qu’au cours de la première semaine de septembre la totale faiblesse des blindés occidentaux a été démontrée par la première destruction confirmée d’un Challenger 2 britannique, avec deux des 12 véhicules confirmés perdus après leur déploiement tardif sur les lignes de front vers la fin de l’été. D’autres images ont montré la capture de véhicules blindés occidentaux, notamment des Leopard 2, ainsi que des frappes antiblindées réussies contre des moyens plus largement utilisés et moins bien blindés, tels que les chars à roues français AMX-10RC et les chars Leopard 1 modernisés».

Les États-Unis, en assistant au carnage de l’arsenal de ses alliés, auraient «décidé de placer loin des lignes de front les véhicules US pour éviter des dommages potentiels similaires à la réputation de l’armée américaine» selon le magazine militaire anglophone. Cela concerne la livraison de chars américains M1A1 Abrams à l’Ukraine à partir de septembre – qui sont beaucoup moins bien blindés que les dernières variantes M1A2 déployées dans l’armée américaine.

Contrairement aux chars Abrams, les blindés allemands, britanniques et français livrés à l’Ukraine ont été directement extraits des stocks des armées des pays producteurs et n’ont pas été déclassés. 

En 2023, les États-Unis ont démontré des difficultés à financer leurs propres forces armées et leurs obligations de défense envers leurs alliés. L’échec de l’offensive ukrainienne, malgré un énorme soutien financier, a également eu un impact. Tout cela alimente l’opposition républicaine qui continue de bloquer la tranche de 106 milliards de dollars d’aide militaire d’urgence aux alliés étrangers. Sur ce montant, 60 milliards de dollars, étaient destinés à l’Ukraine. Le problème a été exacerbé par la forte augmentation de la présence militaire américaine au Moyen-Orient depuis début du mois d’octobre. 

Les blindés occidentaux n’ont pas été un «game changer». «La classe de véhicules, qui a subi les plus lourdes pertes, est celle du Bradley américain, avec des images montrant des colonnes entières de véhicules détruits par les forces russes», note Military Watch, évoquant le fait que «début septembre, 80 Bradley auraient été perdus au combat, avec des sources occidentales qui en signalaient la perte de plus de 50». «Avec tous les atouts susmentionnés largement vantés en Occident présentant les blindés occidentaux comme étant un un game changer, les mauvaises performances de ces blindés et de ces autres équipements militaires occidentaux ont été établies après des combats pour le Leopard 2 et les chars Abrams en Syrie et en Irak contre des milices locales légèrement armées au milieu des années 2010.

«Alors que des efforts considérables ont été déployés pendant des décennies pour commercialiser les blindés occidentaux comme les meilleurs au monde en termes de performances, les retombées du conflit en Ukraine sur la perception des capacités des secteurs de défense occidentaux dans la région ont potentiellement des implications mondiales», conclut le magazine Military Watch. 

Pierre Duval

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

source :

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter