La destruction de l’industrie allemande ?

La destruction de l'industrie allemande ?

La décision du gouvernement allemand de coalition, SPD, Grünen, FDP, de mener des sanctions économiques contre la Russie pour détruire son économie, se retournent finalement contre l’industrie allemande en la détruisant. L’un des fleurons de l’industrie automobile d’outre-Rhin et le symbole de la richesse du pays – Mercedes-Benz – est touché de plein fouet par les sanctions économiques voulues par les responsables politiques du pays. 

«Environ 8000 personnes travaillent dans les filiales du groupe. Il ne devrait pas y avoir de licenciements, déclare Mercedes-Benz», selon le Süddeutsche Zeitung. Vendredi dernier, Mercedes-Benz a fait savoir qu’il envisage «de vendre la totalité de ses quelque 80 concessions automobiles en Allemagne». Les succursales Mercedes-Benz du groupe emploient actuellement environ 8000 personnes réparties dans environ 80 entreprises. Le syndicat IG Metall de Mercedes-Benz est choqué. «Le conseil d’administration a annoncé la décision d’examiner la vente progressive des succursales du groupe en Allemagne. Cette nouvelle nous a choqués et est inacceptable pour les salariés et le comité d’entreprise», fait savoir le syndicat. Mercedes-Benz rétorque vouloir assurer «la pérennité des emplois régionaux et la compétitivité des filières». 
 
En mars 2022, quelques semaines après le début du conflit entre la Russie et l’Ukraine, et la mise en place des sanctions par l’UE, Mercedes-Benz avait annoncé sa décision «d’arrêter ses ventes et sa production en Russie». «Le constructeur automobile cesse d’exporter des voitures neuves. En raison du manque de pièces en provenance d’Ukraine, la production à Sindelfingen est également réduite», soulignait à ce moment le Handelsblatt. Le quotidien financier allemand rappelait qu’ «après BMW et AUDI, Mercedes-Benz retire ses activités de la Russie». Le fabricant automobile a, aussi, «arrêté sa production locale en Russie», en plus, donc, de l’export de ses véhicules. 

La ARD avertissait que «les sanctions contre la Russie ont des conséquences économiques considérables. De nombreuses entreprises ont restreint leurs activités en Russie, les ont suspendues ou se sont retirées». «Cela signifie, entre autres, que la grande usine automobile de Moscovia reviendra à l’investisseur russe Avtodom», concluait JUVE, un expert du droit, des brevets, des entreprises. 
 
Florian Philippot relevait «l’échec des sanctions anti-russes» et que ce sont les économies européennes qui sont heurtées par ces dernières. Selon les informations de JUVE, «la vente [en Russie] comprend les deux sociétés Mercedes-Benz Manufacturing RUS (MBMR) et Mercedes-Benz Russia AO (MB Rus), ainsi que trois sociétés de financement, dont Mercedes-Benz Bank Russia». Mercedes-Benz était active avec des unités de vente en Russie depuis plus de 15 ans. «Mais ce n’est qu’en 2017 que le groupe Daimler a commencé à construire une usine automobile en Russie. Les berlines de Classe E devaient y être produites, car les ventes de voitures en Russie avaient quadruplé en dix ans», fait savoir JUVE. 
 
«Le programme actuel prévoit des indemnités pour les salariés qui doivent changer d’employeur. Mercedes-Benz souhaite parvenir à un accord sur les conditions-cadres avec le comité d’entreprise d’ici les vacances d’été 2024», fait passer comme information le média auto motor und sport qui se veut plus précis sur les licenciements: «Mercedes-Benz souhaite exploiter davantage le potentiel d’économies dans le domaine des ventes et vendre les succursales d’usine à des concessionnaires indépendants. Cette mesure concernerait environ 8000 salariés dans plus de 60 branches en Allemagne qui devraient changer d’employeur et éventuellement accepter des conditions modifiées». 
 
L’Office fédéral allemand de la statistique a révélé en février 2023 que «l’attaque russe contre l’Ukraine et les sanctions contre la Russie ont eu un impact significatif sur le commerce extérieur allemand en 2022. Comme le rapporte l’Office fédéral de la statistique (Destatis), les exportations allemandes de marchandises vers la Russie ont chuté de 45,2% à 14,6 milliards d’euros par rapport à 2021». 
 
En 2007, Stern vantait le marché russe pour les ventes de voitures de luxe: «Le marché automobile russe est considéré comme l’un des plus grands marchés de luxe au monde». 
 
Pierre Duval

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

source : Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter