La solitude, un fléau des temps modernes

Ma solitude (Georges Moustaki)

https://www.youtube.com/watch?v=8AImGQolSk0
San Siro 2007 : Laura Pausini – La solitudine 

La solitude, fléau des temps modernes
La solitude, fléau des temps modernes

La solitude est l’amie des âmes en peine.

Nous sommes de plus en plus nombreux sur Terre et pourtant nous n’avons jamais été autant seuls, plongés dans la solitude la plus obscure. Il n’y a jamais eu autant de richesses créées sur Terre et pourtant l’ampleur de la pauvreté et de la misère, à travers le Globe, est considérable. Les familles sont éclatées, les amis intéressés, et les choses ont fini par pénétrer nos esprits et les habiter. Le matérialisme s’est transformé en une religion aux dieux tout-puissants, la possession et les convoitises sont leurs écussons. Rien ne sera plus comme avant ; la haute technologie isole, cloisonne, conditionne dans un repli sur soi mortel.  La solitude gagne du terrain, elle gangrène la fraternité et la solidarité. Que nous  reste-t-il de la liberté ? La solitude renferme, attire dans les affres de son empire, les alléchés par l’oubli. La porte se referme, le noir s’installe, la nuit vainc le jour, la lueur s’éteint, la clarté meurt. Il n’y a plus aucune lueur d’espoir, les ténèbres célèbrent leur victoire.

La solitude
La solitude 

Le monde de la solitude se fabrique.

Qu’avons-nous fait, qu’avons-nous dit ? L’interrogation est là. Mais aucune réponse, que des questions. La solitude tue en silence ; elle arrache aux siens, avance, écrase, oblige à se taire, à ne chuchoter qu’à soi-même. Faut-il sans cesse courir après le temps et ne jamais le rattraper ? Quelle est cette course folle sans fin ? Quel refuge au bout, quel abri face aux intempéries d’un ciel menaçant ? Et puis, la fatigue s’abat. Il faut s’arrêter ; l’âge s’est emparé de nos veines, se devine à travers nos rides. Où dormir, où se reposer, où même pouvoir pleurer dans la dignité ? Quel être pour nous relever lorsque le sommeil finit par gagner. La solitude s’est installée. Elle a pris place dans le cœur des hommes. Plus rien ne pourra l’en déloger, peut-être même jusqu’à la mort. La solitude se fabrique. Elle tue. Elle est devenue notre meilleure alliée pour le meilleur mais également et surtout pour le pire. 

Le sage écoute et observe tandis que le fou entend et voit. Le temps n’est ni visible, ni audible ; il ne murmure, ne s’incarne qu’aux cœurs réceptifs au silence de ses secrets. La solitude est certes l’alliée du fort, mais elle emporte tout, au plus profond de ses tourments.

Touhami – INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.