Le Pentagone met en garde contre le risque de vol d’armes destinées à l’Ukraine

Le Pentagone met en garde contre le risque de vol d'armes destinées à l'Ukraine

Les représentants du Pentagone n’ont pas pu rendre compte d’environ 40.000 unités d’armes, selon un rapport. Le département estime que le contrôle des livraisons n’a pas été effectué correctement.

Sans une surveillance adéquate, le risque de vol ou de réexpédition des armes livrées en Ukraine demeure, estime l’office de contrôle du Pentagone. Un rapport édité du général inspecteur du Pentagone Robert Storch a été publié sur le site du département.

Les responsables américains n’ont pas correctement suivi les livraisons de certains missiles, drones kamikazes et dispositifs de vision nocturne d’une valeur de plus de 1 milliard de dollars, selon le rapport. Cela suscite des craintes que les armes puissent être volées ou réacheminées vers des pays tiers par des contrebandiers, selon les auteurs du document.

Les représentants du Pentagone et les diplomates travaillant en Europe et à Washington n’ont pas pu rendre compte du transport d’environ 40.000 unités d’armes, qu’ils sont légalement tenus de surveiller de près, écrit The New York Times en se référant à une copie du rapport.

Le Pentagone a relié le grand nombre d’armes introuvables à « l’incapacité de maintenir un contrôle approprié sur les armes qui doivent être comptabilisées ». Le département a constaté que cela, à son tour, « présente un risque de vol ou de réacheminement ».

Cependant, le document ne contient pas de thèses confirmant que certaines des armes envoyées en Ukraine ont été utilisées à mauvais escient après leur livraison en Europe et directement dans la zone de conflit.

« Il n’était pas de notre responsabilité d’évaluer si un tel réacheminement de l’aide avait eu lieu », indique le rapport.

Les auteurs du document concluent qu’il sera difficile de déterminer plus précisément la situation relative au transport d’armes en Ukraine, car la liste des armements livrés change avec le temps, tout comme la quantité d’armes envoyées. 

Elsa Boilly

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

source :

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter