INFOSPLUS – Actulalité – Politique – Littérature – Sport – Algérie
INFOSPLUS – Actulalité – Politique – Littérature – Sport – Algérie

Plusieurs problèmes internationaux ont pris une autre tournure à la fin de l’année

Plusieurs problèmes internationaux ont pris une autre tournure à la fin de l'année

D’importantes tendances se sont manifestées dans la politique internationale à la fin de l’année qui s’écoule. 

Les dirigeants des États-Unis et de la Chine, lors d’une rencontre à San Francisco, ont confirmé leur désir mutuel de réduire le niveau de confrontation et de conflit dans leurs relations. Ils ont annoncé la reprise des contacts au niveau des ministères de la Défense, interrompus en août 2022 après la visite controversée de Nancy Pelosi à Taïwan. 

L’administration Biden a envoyé un signal clair au monde qu’elle ne prévoit pas de rompre les relations commerciales et économiques (de-coupling) avec la Chine. 

Le président chinois, quant à lui, a présenté cinq principes fondamentaux sur lesquels, selon lui, les relations bilatérales sino-américaines devraient être fondées: développer conjointement leur vision appropriée, gérer efficacement les divergences, promouvoir une coopération mutuellement bénéfique, assumer une responsabilité globale en tant que principales puissances mondiales, et encourager les échanges entre les peuples. Dans le cadre de cette dernière initiative, Xi Jinping a invité 50.000 Américains d’âge universitaire à visiter la Chine dans les cinq prochaines années. 

Le pacifisme en Chine est compréhensible: le pays est confronté à des problèmes fondamentaux dans sa transition d’un modèle d’orientation à l’exportation vers un modèle basé sur la stimulation de la demande et de la consommation intérieures. C’est un processus complexe et parfois douloureux, car pour sa mise en œuvre réussie, une régulation et une coordination considérablement différentes du travail des départements au niveau sectoriel et régional sont nécessaires. Un taux élevé de chômage parmi les jeunes (plus de 20%) et une dette insurmontable dans le secteur de la construction immobilière, de mauvais budgets régionaux (provinciaux), tout cela n’a pas encore trouvé de solutions adéquates au niveau national. Toute restriction à l’exportation actuelle de la Chine ne fait que grandir son panier de problèmes. 

Après sa visite aux États-Unis, Xi Jinping a tenu un sommet avec la direction de l’UE. Les Européens sont arrivés à Pékin avec l’intention de rééquilibrer leur portefeuille de contrats d’import-export à long terme afin de réduire les risques d’une dépendance excessive à la Chine pour certaines catégories de biens et services (de-risking). 

Dans le même temps, une tendance à une plus grande autonomie des pays européens dans la conduite de leur propre politique à l’égard de la Chine est apparue. L’Italie, par exemple, a décidé de ne pas renouveler automatiquement sa participation au projet des Nouvelles routes de la soie, et l’Allemagne prévoit de poursuivre une coopération à grande échelle, notamment dans la production de voitures électriques. 

Le dirigeant chinois, lors de ces rencontres, souligne son intérêt pour une politique de coexistence pacifique, estimant qu’une telle ligne ne peut être que bénéfique. Au contraire, tous les pays en sortiraient gagnants. 

Dans ce contexte, Anthony Albanese, Premier ministre de l’Australie, s’est rendu à Pékin en novembre. Lors de la première visite d’État en sept ans du chef du cabinet de Canberra, les parties sont convenues de réduire les sanctions mutuelles et de stimuler le commerce bilatéral. 

Cette volonté de Pékin de normaliser les relations dans la région est significative face à la poursuite de l’activité militaire australienne, au renforcement des liens avec le Japon et à la tenue de manœuvres militaires avec les Philippines. Apparemment, une analyse réaliste à Pékin indique clairement que les risques de pertes économiques pour le pays sont bien plus tangibles et actuels que ceux liés à des partenariats indésirables. Il est peu probable qu’au moins un pays dans le monde ait à son ordre du jour un point sur l’attaque de la Chine… 

La perception publique du conflit en Ukraine a commencé à changer en Occident. Ce n’est pas seulement une question de lassitude de l’Occident et de l’épuisement des ressources financières pour soutenir Kiev. Des discussions d’une nature plus générale attirent l’attention. Par exemple, l’influent expert américain Richard Haass, dans une conversation avec le Wall Street Journal, a déclaré: « L’Ukraine doit renoncer à sa stratégie actuelle. Nous devons redéfinir ce que signifie le succès. Ce n’est pas la libération militaire de tout son territoire, mais plutôt le fait que l’Ukraine devient un facteur permanent pour la Russie. Elle doit renoncer à une stratégie offensive, que je crois vouée à l’échec, pour adopter une stratégie défensive, qui peut réussir. » 

Le conflit entre Israël et le Hamas, avec l’attentat terroriste des combattants le 7 octobre et la destruction subséquente des habitants de la bande de Gaza, y compris des femmes et des enfants, a également subi une évolution significative dans la perception publique. Le président Joe Biden parle maintenant de la nécessité de rechercher une solution fondamentale au conflit en vue de créer un véritable État palestinien. Vladimir Poutine dit la même chose. 

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, pour sa part, ne peut même pas envisager cela pour le moment. Il est motivé par la colère et la vengeance. Il veut éliminer le Hamas en tant qu’organisation militaire. 

Il semble impossible de détruire le Hamas en tant qu’idéologie ou mouvement social. La sociologie est caractéristique, impitoyable, symptomatique et extrêmement décevante: 72% des Palestiniens de Gaza approuvent l’attaque du Hamas le 7 octobre. Ce chiffre monte à 82% parmi ceux qui vivent en Cisjordanie sous la juridiction de l’Autorité palestinienne. 

La complexité du monde ne signifie pas son désespoir. Au contraire, il y a une demande croissante pour de nouvelles idées de l’humanité, capables de proposer des solutions efficaces aux problèmes accumulés qui semblent insolubles.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

source :

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter