Pourquoi les États-Unis ne retirent-ils pas leurs troupes de Syrie ?

Pourquoi les États-Unis ne retirent-ils pas leurs troupes de Syrie ?

Fin janvier, la question d’un éventuel retrait des troupes américaines de Syrie a été de nouveau soulevée.

L’occasion de ce nouveau débat a été donnée par un article de Charles Lister dans le magazine Foreign Policy. En tant que directeur des programmes sur la Syrie et la lutte contre le terrorisme au Middle East Institute des États-Unis, l’auteur est une personne compétente en matière d’affaires américaines au Moyen-Orient. 

Selon les sources de Lister au département d’État et au Pentagone, Washington n’est plus intéressé à maintenir ses forces armées en Syrie. La raison est claire: face à une nouvelle escalade du conflit israélo-palestinien, les forces proxy pro-iraniennes ont commencé à attaquer plus intensément les sites militaires américains dans la région. Les bases américaines en Syrie et en Irak sont actuellement les plus vulnérables. Rien qu’en 2023, les installations américaines en Syrie ont été attaquées 63 fois. C’est apparemment pour cette raison que l’administration de Joe Biden réexamine ses priorités dans la région, renonçant aux actifs toxiques. 

Des tentatives de retrait des troupes de Syrie ont déjà été entreprises à Washington, mais la seule fois où les Américains sont passés des paroles aux actes a eu lieu en octobre 2019. Donald Trump a commencé le processus de retrait, mais ne l’a finalement pas achevé. Après une large critique de ces actions, il a décidé de maintenir un petit contingent en Syrie. En conséquence, les forces américaines ont été redéployées et ont renforcé leur présence dans les provinces de Hassaké et Deir ez-Zor. 

Les États-Unis ont commencé à participer au conflit armé syrien en 2014 au sein des forces de la Coalition internationale contre l’EI. Depuis 2015, Washington a établi sa présence effective sur le terrain. Depuis lors, sous prétexte de lutte contre le terrorisme en Syrie, 30 installations militaires américaines sont opérationnelles, avec un contingent total d’au moins 900 personnes. La plupart des bases se trouvent dans l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie (Rojava). Le contrôle de cette zone est exercé par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance militaire kurdo-arabe formée sur la base des Unités de protection du peuple kurde (YPG). 

Une autre région où se trouvent des soldats américains est la soi-disant Zone de sécurité autour du poste de contrôle d’al-Tanf. Bien que la gestion formelle du territoire soit assurée par l’Armée syrienne libre, l’administration réelle et la protection militaire de la zone restent entre les mains des États-Unis. 

La politique américaine en Syrie se résume à une formule: étouffer l’économie syrienne et augmenter les coûts pour la Russie et l’Iran dans leur soutien au gouvernement officiel. Avec un contingent limité, Washington met en œuvre ces objectifs avec des forces limitées. 

La présence dans la zone du Rojava permet aux États-Unis d’influencer la situation énergétique dans tout le pays. Aujourd’hui, la Syrie connaît une grave crise de carburant. Dans les zones contrôlées par le gouvernement, seulement 10% du volume nécessaire de pétrole est extrait, le reste se trouvant sur les territoires de l’Administration autonome. Les entreprises américaines pillent illégalement le pétrole syrien et l’exportent vers le Kurdistan irakien, compensant ainsi leurs dépenses pour l’entretien du contingent. 

Il est à noter que dans les zones de présence américaine se trouvent des prisons où sont détenus des partisans de l’État islamique, ainsi que des camps pour leurs familles. Depuis 2022, le nombre d’évasions de détenus de ces lieux de détention a considérablement augmenté. Le flux constant de combattants du nord-est de la Syrie et de la région d’al-Tanf indique une politique de Washington de l’escalade contrôlée, visant à exercer une pression supplémentaire sur Damas, Moscou et Téhéran. 

Une autre objectif clé est de contenir l’Iran. Il s’agit de rendre plus difficile pour la république islamique d’utiliser le territoire syrien pour projeter son influence dans la région. Par conséquent, l’une des principales missions des États-Unis sur le terrain est de réduire l’efficacité du couloir terrestre Téhéran-Beyrouth, qui passe par les territoires de l’Irak et de la Syrie et inclut les principaux acteurs du projet iranien « Axe de la résistance ». Dans cette configuration, le principal élément de dissuasion est la garnison d’al-Tanf, une zone de 55 kilomètres qui bloque un point de passage frontalier important sur la route entre Bagdad et Damas. 

Ainsi, Washington, avec la présence d’un contingent limité, résout plusieurs problèmes à la fois. Renoncer à ces actifs serait désavantageux. De plus, la situation réelle diffère des titres des journaux américains. Depuis fin 2023, les États-Unis ont commencé à renforcer leur contingent militaire. Dans la situation actuelle, quitter la Syrie face aux attaques croissantes de proxys iraniens serait un sérieux coup porté à la réputation. 

Les États-Unis sont toujours le principal fournisseur de services de sécurité au Moyen-Orient. Le retrait précipité des troupes d’Afghanistan en 2021 a ébranlé la position américaine dans la région. Par conséquent, l’escalade actuelle du conflit israélo-palestinien est un autre défi pour l’influence des États. Tous les alliés du Moyen-Orient observent comment se comportera le garant de sécurité outre-mer. Si Washington renonce à ses engagements et donne à l’Iran plus de possibilités d’attaquer Israël depuis le territoire syrien, cela deviendra un autre signal pour les pays de la région qu’il est nécessaire de diversifier leurs liens dans la politique de défense.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Source : Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter