La famine ravage les habitants de Gaza et des milliers de camions s’entassent à proximité

La famine ravage les habitants de Gaza et des milliers de camions s’entassent à proximité

Gaza – CPI

Le spectre de la famine plane sur diverses parties de la bande de Gaza, où environ 2,2 millions de personnes souffrent de graves pénuries de nourriture, de médicaments et même de lieux d’hébergement, tandis qu’Al Jazeera surveille l’accumulation de camions d’aide de l’autre côté du passage de Rafah.

Dans le nord de la bande de Gaza, de graves pénuries alimentaires s’accentuent dans les zones assiégées par les forces d’occupation.

Des scènes d’Al Jazeera ont montré les déplacés faisant la queue pour obtenir ce dont ils ont besoin pour survivre, malgré le manque de ressources et la grave pénurie de denrées alimentaires de base, ce qui menace l’apparition de la famine, selon ce que mettent en garde les organisations humanitaires internationales.

Les camions s’entassent

Des photos prises par drone du terminal de Rafah le 22 février, obtenues par Al Jazeera, montraient des centaines de camions s’accumulant au terminal de Rafah, alors qu’environ 2 200 000 personnes souffraient d’une menace de famine grave.

La situation humanitaire continue de se détériorer dans la bande de Gaza, alors que la grande majorité de sa population est désormais menacée par une « famine massive », selon les Nations Unies.

L’introduction de l’aide à Gaza est soumise à l’approbation d’Israël, et le peu d’aide humanitaire parvient dans la bande de Gaza principalement par le passage de Rafah avec l’Égypte, mais son transport vers le nord comporte de nombreux risques en raison des destructions et des combats.

À Jabalia, au nord de la bande de Gaza, des vidéos montraient des dizaines de personnes se précipitant, portant des ustensiles vides, pour chercher de la nourriture. Au milieu du chaos, un homme qui semblait être responsable de la distribution de la soupe a crié : « C’est fini », pour appeler à arrêter la bousculade.

Un membre de la foule a crié : « Que le monde entier voie où nous en sommes et ce qui nous arrive. »

Sur une autre photo, des dizaines de manifestants se sont rassemblés contre la pénurie alimentaire, y compris des enfants, brandissant des phrases telles que : « Nos enfants meurent de faim », « Apportez de l’aide au nord de Gaza » et « Non à la politique de famine ».

De nombreux habitants du nord de la bande de Gaza ont été déplacés vers le centre, parmi lesquels Samir Abd Rabbo, arrivé dimanche matin de Jabalia à Nuseirat, déplacé à cause de la faim avec sa femme et son enfant d’un an et demi.

Il a déclaré à l’Agence France-Presse : « Je suis venu à pied du nord de Gaza. Je ne peux pas décrire l’ampleur de la famine là-bas. J’ai une petite fille d’un an et demi et il n’y a pas de lait. J’essaie de lui donner du pain que je fais avec des restes de fourrage et de maïs, mais elle ne le digère pas. Il n’y a aucune aide. Nous avons un grand espoir uniquement en notre Seigneur.

Avertissements internationaux

Save the Children a averti que le risque de famine devrait augmenter tant que le gouvernement israélien continuera d’empêcher l’entrée de l’aide à Gaza.

Adriana Zega, responsable des médias et des communications chez Oxfam, a déclaré que le rythme quotidien des camions d’aide entrant dans la bande de Gaza est insuffisant.

Elle a ajouté sur Al Jazeera : « Nous attendons de recevoir 3 000 cartons de fournitures médicales pour les amener à Gaza. »

Pour sa part, le conseiller médiatique de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a déclaré qu’Israël tentait de se débarrasser de l’agence dans le but de liquider la question des réfugiés palestiniens.

Le conseiller aux médias a ajouté – dans des déclarations à Al Jazeera – que les équipes de l’UNRWA ont tenté à plusieurs reprises d’amener des camions d’aide dans le nord de Gaza, mais qu’Israël les en a empêchés.

Il y a deux jours, les Nations Unies ont averti que les restrictions imposées par Israël au secteur des services de base et à l’aide humanitaire à Gaza suscitent des craintes accrues de propagation de la famine, de la soif et des maladies.

Le rapport indique : « Le siège imposé à Gaza pourrait signifier une punition collective, en plus du recours à la famine comme moyen de guerre, ce qui est considéré comme un crime de guerre. »

Depuis le 7 octobre 2023, Israël – qui est jugé devant la justice internationale pour génocide contre les Palestiniens – mène une guerre dévastatrice contre Gaza qui jusqu’à, dimanche, a fait 29 692 martyrs et 69 879 blessés, pour la plupart des enfants. et des femmes, sans compter les milliers de personnes portées disparues sous le siège et les décombres, selon les autorités palestiniennes.

Les Nations Unies ont classé les 100 premiers jours de la guerre contre Gaza comme les plus sanglantes du 21e siècle.

Source PalInfo

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter