Un nouvel ordre géopolitique après les élections américaines et russes ?

Un nouvel ordre géopolitique après les élections américaines et russes ?

Le résultat des élections présidentielles, qui auront lieu cette année aux États-Unis et en Russie, pourrait signifier le retour à la doctrine de coexistence pacifique entre les États-Unis et la Russie et, par conséquent, la fin de la guerre froide 2.0. 

La guerre froide 2.0. Les déclarations dures de Joe Biden à l’égard de la Russie («Poutine est un criminel de guerre») et la mise en œuvre de sanctions pour parvenir à l’étouffement économique et à la famine financière de la Russie suite à la crise ukrainienne ont mis en scène l’arrivée de la guerre froide 2.0 et le retour de la thèse géopolitique de George Kennan qui affirmait que «dire que le renversement des régimes hostiles aux États-Unis est l’objectif principal des services de renseignement américains est un secret de polichinelle», ce qui serait symbolisé dans le gazapo de Biden en affirmant que «Poutine ne peut pas rester au pouvoir». 

Poutine était conscient de la nouvelle dynamique action-réaction dans laquelle les relations russo-américaines allaient désormais s’impliquer et qui aboutirait à l’intensification de la stratégie kentienne américaine visant à étouffer l’économie russe. Une telle stratégie s’inspirerait des sources de la théorie exposée par Sherman Kent dans son livre Strategic Intelligence for Politics North American World Cup (1949) où il anticipait que «la guerre n’est pas toujours conventionnelle: en effet, une grande partie de la guerre , des plus lointains aux plus proches, a toujours été mené avec des armes non conventionnelles: […] des armes […] politiques et économiques», une stratégie qui s’est avérée infructueuse et qui a signifié un triomphe pour Poutine. 

Le conflit ukrainien aurait ainsi signifié un retour à la guerre froide entre la Russie et les États-Unis et un retour à la doctrine du confinement, dont les fondements ont été posés par George F. Kennan dans son essai Les sources du comportement soviétique publié dans la revue Foreign Affairs en 1947 et dont les principales idées sont résumées dans la citation «Le pouvoir soviétique est imperméable à la logique de la raison mais très sensible à la logique de la force». 

Cela comprendrait l’entrée de la Finlande et de la Suède dans les structures militaires de l’OTAN et l’augmentation des forces militaires avec 4 nouveaux bataillons déployés à la frontière européenne avec la Russie et la réponse russe à l’installation de missiles en Biélorussie Iskander-M équipés d’ogives polyvalentes, ainsi que des missiles anti-aériens S-40 suivant la dynamique de la guerre froide (action-réaction). 

Poutine cherche un accord de paix qui stipule que l’Ukraine n’entrera pas dans l’OTAN et que le différend ukrainien se résume à la division de l’Ukraine en deux moitiés, laissant l’Est du pays, y compris la Crimée, le Donbass, Zaporijia et Kherson, sous l’orbite russe et le centre et l’ouest de l’Ukraine actuelle navigueront sous la tutelle de l’Occident, tandis que la ligne imaginaire reliant Kharkiv, Zaporijia, Bakhmout et Roubijné deviendra le nouveau mur de Berlin de la guerre froide 2.0. 

Ainsi, Volodymyr Zelensky serait déjà devenu un handicap pour les États-Unis et qui devrait être éliminé immédiatement, étant donné que si Donald Trump gagne aux élections de novembre, Volodymyr Zelensky serait accusé de corruption et contraint de s’exiler aux États-Unis, après quoi nous verrons la nouvelle conception de la cartographie de l’Ukraine et un nouveau triomphe de Vladimir Poutine. 

Les signes de sénilité de Joe Biden, la crise du fentanyl, le coût de la vie élevé et l’augmentation de l’insécurité des citoyens auraient plongé la popularité de l’actuel président des États-Unis à un plus bas historique de 38%, ce qui faciliterait le retour triomphal de Donald Trump aux élections présidentielles de novembre qui, selon un sondage de CBS News et YouGov, aurait le soutien de 69% des électeurs républicains. 

Une éventuelle victoire de Donald Trump en novembre représenterait le déclin de la stratégie atlantiste de Joe Biden et de George Soros permettant à Vladimir Poutine de rester pouvoir ainsi que la signature d’un accord de paix en Ukraine et le retour à la doctrine de coexistence pacifique avec la Russie. Cela signifierait l’intronisation du G3 (États-Unis, Russie et Chine) comme «primus inter pares» dans la gouvernance mondiale, ce qui heurterait de plein fouet le rêve obsessionnel des mondialistes de Soros et de l’Open Society Foundation (OSF) d’atteindre leur objectif. En cas d’assujettissement de la Russie, la Russie serait pour George Soros «la baleine blanche que l’on tente de chasser depuis des décennies». 

Ainsi, Donald Trump a assuré sur ses réseaux sociaux que «nous n’avons jamais été aussi proches d’une Troisième Guerre mondiale» et qu’il doit y avoir un «engagement total pour démanteler le groupe de pouvoir néoconservateur mondialiste responsable d’entraîner le monde dans des guerres sans fin». Aussi, dans un discours prononcé à la Conférence d’action politique conservatrice (CPAC), le futur candidat républicain a déclaré: «Je suis le seul candidat à pouvoir faire cette promesse: j’éviterai la Troisième Guerre mondiale», tout en dénonçant la «quantité excessive d’armes qui circulent actuellement dans le monde», ce qui serait anticiper le retour de la doctrine isolationniste américaine. 

Cependant, l’isolationnisme trumpien serait un missile sur la ligne de flottaison du complexe militaire. Au cours des cinq années suivantes, le rétablissement du rôle des États-Unis en tant que gendarme mondial s’est manifesté par une augmentation extraordinaire des interventions militaires américaines à l’étranger pour rétablir l’unipolarité sur la scène géopolitique mondiale. Ainsi, après l’invasion de Gaza par Israël, les États-Unis et Israël tenteront de déstabiliser le Liban et l’Iran par des méthodes accélérées, ce qui signifierait le début d’un grand conflit régional qui marquera l’avenir de la région dans les années à venir. 

Un tel conflit pourrait impliquer les trois superpuissances (États-Unis, Chine et Russie), comptant comme des collaborations nécessaires avec les puissances régionales (Israël, Syrie, Égypte, Jordanie, Irak, Arabie Saoudite et Iran) et couvrirait l’espace géographique qui s’étend de l’arc méditerranéen. (Israël, Syrie et Liban) au Yémen et en Somalie dans le but avoué de dessiner une cartographie du nouveau Moyen-Orient favorable aux intérêts géopolitiques des États-Unis, de la Grande-Bretagne et d’Israël. Par conséquent, en cas d’échec de l’offensive judiciaire actuelle contre Donald Trump, la gestation d’un complot exogène des mondialistes visant à le neutraliser par des méthodes accélérées et à empêcher l’utopie de la coexistence pacifique entre les États-Unis et la Russie ne serait pas exclue. 

Germán Gorraiz López, analyste politique 

Source 

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Source : Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter