Que nous réservera 2024 ?

Que nous réservera 2024 ?

En 2024, nous assisterons à une intensification de la crise climatique qui entraînera des vagues de chaleur, des sécheresses et des inondations inhabituelles. Mais, étant donné le manque d’empathie entre le Nord et le Sud, l’incapacité des deux zones géoéconomiques à parvenir à des accords qui contribueraient à atténuer la tension avec le changement climatique déjà prédominant et les crises alimentaires qui en découlent, tout cela débouchera sur les inévitables mouvements migratoires dans les décennies à venir. 

Accord de paix en Ukraine. La perte du contrôle du Congrès US par les démocrates après les élections de mi-mandat de novembre signifie que les républicains surveillent l’aide future en matière d’armement à l’Ukraine, estimée à ce jour à 90 milliards de dollars et en vigueur jusqu’en décembre. À cela s’ajoute une vague croissante de désaffection politique à l’égard de Volodymyr Zelensky qui couvrirait tout le spectre politique américain. 

Le coup final porté à l’Ukraine serait le récent rejet par le Congrès US de la proposition de Joe Biden d’apporter 80 milliards de dollars supplémentaires en aide militaire ou humanitaire à Kiev, en raison de l’opposition frontale de l’aile républicaine radicale du Congrès dirigée par Donald Trump avec pour objectif avoué de provoquer l’asphyxie de Volodymyr Zelensky dans le but de le contraindre à signer un accord de paix avec Vladimir Poutine. 

En revanche, l’aide militaire à Israël après l’invasion de la bande de Gaza absorbera une part importante du budget militaire américain, ce qui pourrait accélérer la rencontre personnelle entre Joe Biden et Vladimir Poutine qui aboutirait à un accord de paix fin 2024 entre l’Ukraine et la Russie pour régler le différend ukrainien, déjà considéré par les États-Unis comme un obstacle en raison des dépenses inabordables qu’il entraîne. 

Cet accord tentera d’être torpillé par le complot mené par Volodymyr Zelensky, le Royaume-Uni et les pays baltes visant à impliquer l’OTAN dans le conflit ukrainien, avec lequel l’illustre l’actuel président ukrainien qui deviendra un fardeau pour les États-Unis dont il faudrait se débarrasser immédiatement. Il est peu probable qu’il soit accusé de corruption, mais soit contraint de s’exiler aux États-Unis. 

Victoire républicaine aux États-Unis. Les signes de la sénilité de Joe Biden, la crise du fentanyl, le coût de la vie élevée et la possible entrée en récession de l’économie US l’année prochaine, auraient fait plonger la popularité du président démocrate à 39%. Cela pourrait faciliter le retour triomphal de Donald Trump aux élections présidentielles de 2024, qui, selon une enquête CBS News et YouGov, aurait le soutien de 61% des électeurs républicains pour être désigné candidat républicain. 

D’autre part, Donald Trump a assuré que «nous n’avons jamais été aussi proches d’une Troisième Guerre mondiale» et qu’il doit y avoir un «engagement total pour démanteler le groupe de pouvoir néoconservateur mondialiste responsable d’entraîner le monde dans des guerres sans fin». Par conséquent, une victoire républicaine en 2024 signifierait le déclin de la stratégie atlantiste de Joe Biden et de George Soros qui sont déterminés à chasser Vladimir Poutine du pouvoir, annonçant la signature d’un accord de paix en Ukraine et le retour à la doctrine de coexistence pacifique avec la Russie. Cela provoquera l’intronisation du G-3 (USA, Russie et Chine) comme «primus inter pares» dans la gouvernance mondiale et la fin du rêve obsessionnel des mondialistes menés par George Soros et l’Open Society Foundation (OSF) de parvenir à la balkanisation de la Russie, «la baleine blanche que les mondialistes tentent de chasser depuis des décennies». 

Le déclin de Netanyahou. Après l’invasion de Gaza par Israël, la désaffection d’une société civile qui ne peut pardonner les échecs sécuritaires de la défense israélienne qui auraient conduit à l’assassinat de 1.400 Israéliens et à l’enlèvement de 220 personnes par le Hamas s’aggraverait. Dans une enquête, 80% des personnes interrogées affirment que «le gouvernement est le principal responsable de l’infiltration des militants palestiniens» et 56% estiment que «Benjamin Netanyahou devrait démissionner à la fin de la guerre actuelle». 

Dans ce contexte, nous assistons à la mort malheureuse par Tsahal de trois des otages juifs alors qu’ils avaient été pris pour des membres du Hamas, d’où la mobilisation des proches des personnes kidnappées par le Hamas devant la résidence de Benjamin Netanyahou qu’ils accusent «personnellement responsable du non-retour vivant chez eux». 

Par conséquent, la désaffection de la société israélienne envers Benjamin Netanyahou en raison de sa gestion désastreuse de la crise avec le Hamas et du manque d’intérêt à sauver vivants les otages juifs, pourrait conduire à la démission de son gouvernement et à la convocation ultérieure de nouvelles élections qui faciliteraient la formation d’un nouveau gouvernement de salut, dont la tâche principale serait de rééditer les accords d’Oslo qui permettent la coexistence pacifique de deux peuples dans deux États. 

Pendant ce temps, Benjamin Netanyahou, un homme politique désastreux qui a tenté de réaliser un coup d’État autocratique pour établir plus tard un régime présidentiel, pourrait faire face à un procès pénal dans lequel il serait accusé de négligence et de crimes contre les droits de l’homme, ce qui pourrait signifier une condamnation pénale et son départ définitif de la scène politique israélienne. 

El Niño et l’urgence alimentaire. Selon un rapport du groupe de travail interinstitutions de l’ONU coordonné par l’Organisation météorologique mondiale (OMM), «la planète est loin d’atteindre ses objectifs climatiques et cette situation sape les efforts mondiaux visant à lutter contre la faim, la pauvreté et les problèmes de santé, à améliorer l’accès à l’eau potable et à l’énergie propre et de nombreux autres aspects du développement durable», un scénario inquiétant qui sera vraisemblablement aggravé par l’arrivée de El Niño. Le phénomène climatique connu sous le nom de El Niño serait lié à la faible augmentation du réchauffement des eaux de selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). 

Ainsi, une étude récente publiée dans la revue Nature Climate Change révèle que «le réchauffement de l’atmosphère terrestre provoque une augmentation de la température de la surface de la mer dans le Pacifique tropical et rend les événements El Niño plus probables et plus intenses». Le FAO aurait déjà préparé une réponse anticipée à l’urgence alimentaire qui sera provoquée par l’arrivée d’El Niño, qui serait déjà établie dans des pays comme la Colombie ou le Venezuela et qui, selon l’OMM, pourrait atteindre maturité fin 2023 et prolonger ses effets jusqu’à l’été 2024. 

Retour du protectionnisme. L’augmentation du coût du travail en Chine aurait provoqué la délocalisation de nombreuses entreprises au Bangladesh, en Inde ou au Vietnam avec des salaires mensuels bien inférieurs. Ce phénomène, selon l’EAE Business School, serait motivé par le fait que «les coûts salariaux émergents ont augmenté et que la production robotisée équivaut à des coûts de production en Chine, au Vietnam ou dans les pays occidentaux», couplés à la doctrine protectionniste mise en œuvre par les États-Unis. Et, les délocalisations d’entreprises aux États-Unis atteignent leur plus haut niveau depuis sept ans. 

Ceci, combiné à l’interdiction faite par le gouvernement de Joe Biden aux entreprises américaines d’investir dans des secteurs technologiques chinois tels que l’IA, les semi-conducteurs et l’informatique quantique, et à la mise en œuvre de politiques néo-protectionnistes telles que la Chips and Science Act pour encourager la production et le développement avec d’importantes subventions. Le développement sur le sol américain des semi-conducteurs et des futures voitures électroniques finira par dessiner à l’horizon des cinq prochaines années un scénario de protectionnisme économique, avec pour conséquence la contraction du commerce mondial, la fin de la mondialisation économique et le retour ultérieur aux compartiments étanches de l’économie. 

Germán Gorraiz López, analyste politique

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

source :

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter