Existe-t-il une fenêtre d’opportunité pour la paix en Ukraine et au Moyen-Orient ?

Existe-t-il une fenêtre d’opportunité pour la paix en Ukraine et au Moyen-Orient ?

UkraineLe résultat des élections présidentielles, qui auront lieu cette année aux États-Unis et en Russie, pourrait signifier un retour à la doctrine de coexistence non-violente entre les États-Unis et la Russie et, par conséquent, la fin de la guerre froide 2.0.

Ainsi, le conflit ukrainien aurait signifié un retour à la guerre froide entre la Russie et les États-Unis et un retour à la doctrine du confinement, dont les bases ont été exposées par George F. Kennan dans son essai Les sources du comportement soviétique, publié dans la revue Foreign Affairs en 1947 et dont les idées principales sont résumées dans la citation «Le pouvoir soviétique est imperméable à la logique de la raison mais très sensible à la logique de la force». 

Victoire républicaine aux États-Unis? Les signes de sénilité de Joe Biden, la crise du fentanyl, le coût élevé de la vie et la possible entrée de l’économie US en récession au cours de l’année à venir auraient fait chuter la popularité du leader démocrate à 38%. Cela pourrait faciliter le retour triomphal de Donald Trump à l’élection présidentielle de 2024, qui, selon un sondage CBS News et YouGov, aurait  le soutien de 69% des électeurs républicains pour être le candidat républicain. 

D’autre part, Donald Trump a assuré dans ses réseaux que «nous n’avons jamais été aussi proches d’une Troisième Guerre mondiale» et qu’il doit y avoir un «engagement total pour démanteler le groupe de pouvoir néoconservateur mondialiste responsable d’entraîner le monde dans des guerres sans fin». Par conséquent, une victoire républicaine en 2024 représenterait le crépuscule de la stratégie atlantiste de Joe Biden et de George Soros visant à retirer Vladimir Poutine du pouvoir, la signature d’un accord de paix en Ukraine et un retour à la doctrine de coexistence non violente avec la Russie. Cela signifierait l’intronisation du G-3 (États-Unis, Russie et Chine) comme «primus inter pares» dans la gouvernance mondiale et la fin du rêve obsessionnel des mondialistes menés par George Soros et l’Open Society Foundation (OSF) de parvenir à la balkanisation de la Russie, «la baleine blanche que les mondialistes tentent de chasser depuis des décennies».

Accord de paix en Ukraine. La perte de contrôle du Congrès par les Démocrates après les élections de mi-mandat de novembre signifie que les Républicains examinent de près l’aide future en matière d’armement à l’Ukraine, estimée à ce jour à 110 milliards de dollars et en vigueur jusqu’en décembre dernier, ainsi qu’une vague croissante de désaffection politique à l’égard de l’Ukraine de Volodymyr Zelensky à travers tout le spectre politique américain. 

Le coup de grâce pour l’Ukraine serait le récent rejet par le Congrès US de la proposition de Joe Biden d’une aide militaire ou humanitaire supplémentaire de 80 milliards de dollars à Kiev, en raison de l’opposition pure et simple de l’aile républicaine radicale du Congrès dirigée par Donald Trump dans le but avoué d’étouffer Volodymyr Zelensky par des mesures économiques pour le forcer à signer un accord de paix avec Vladimir Poutine. 

D’autre part, l’aide militaire à Israël après l’invasion de la bande de Gaza absorbera une part importante du budget militaire américain, de sorte qu’en cas de victoire de Donald Trump aux élections présidentielles de novembre, nous pourrions assister à la signature d’un accord de paix entre l’Ukraine et la Russie qui mettraient fin au conflit ukrainien. 

Vladimir Poutine cherche un accord de paix qui stipule que l’Ukraine ne rejoindra pas l’OTAN et que le différend ukrainien sera réglé par la division de l’Ukraine en deux moitiés, l’est du pays, y compris la Crimée, le Donbass, Zaporijia et Kherson, restant sous contrôle russe et le centre et l’ouest de l’actuelle Ukraine sous tutelle occidentale. Ce conflit gelé est déjà considéré par les États-Unis comme un handicap en raison des coûts insupportables qu’il entraîne, faisant de l’illustre Volodymyr Zelensky un fardeau pour les États-Unis, dont il faut se débarrasser immédiatement, et il n’est pas exclu qu’il soit accusé de corruption et contraint de s’exiler aux États-Unis. 

La chute de Benjamin Netanyahou. Suite à l’invasion de Gaza par Israël, la désaffection d’une société civile qui ne peut pardonner les échecs sécuritaires de la défense israélienne qui ont conduit au meurtre de 1.200 Israéliens et à l’enlèvement de 220 personnes par le Hamas s’accroît, 86% des personnes interrogées affirmant que le gouvernement est principalement responsable de l’infiltration des miliciens palestiniens et 56% estiment que Benjamin Netanyahou devrait démissionner à la fin de la guerre actuelle, selon une enquête du Jerusalem Post. Dans ce contexte, nous avons assisté à la mort malheureuse par Tsahal de trois des otages juifs, les prenant pour des membres du Hamas, ce qui a conduit à une mobilisation accrue des familles des personnes kidnappées par le Hamas devant la résidence de Benjamin Netanyahou, qu’elles tiennent «personnellement responsables de leur retour vivant chez elles». 

Par conséquent, la désaffection de la société israélienne à l’égard de Benjamin Netanyahou en raison de sa gestion néfaste de la crise avec le Hamas et de son manque d’intérêt pour le sauvetage des otages juifs pourrait conduire à un coup d’État de l’ancien général et membre du gouvernement d’urgence israélien, Benny Gantz, qui dirige le Parti de l’unité nationale, une alliance politique en Israël formée entre Bleu et blanc. Cela conduirait à la convocation anticipée de nouvelles élections dans le but avoué de former un gouvernement d’unité nationale sous la direction de Yaïr Lapid, dont la tâche principale serait de rééditer les accords d’Oslo qui rendraient possible la coexistence non-violente de deux peuples dans deux États. 

Pendant ce temps, Benjamin Netanyahou, un politicien infâme qui a tenté un coup d’État autocratique pour installer ensuite un régime présidentiel, pourrait faire face à un procès pénal dans lequel il serait accusé de négligence et de crimes contre les droits de l’homme, ce qui pourrait conduire à une condamnation pénale et à sa condamnation et à un départ définitif de la scène politique israélienne.

Germán Gorraiz López, analyste politique

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Source : Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter