Le Bien et le Mal érigés en une doctrine occidentale

Le Bien et le Mal érigés en une doctrine occidentale
Le Bien et le Mal érigés en une doctrine occidentale

Le Bien a-t-il encore une signification morale et le Mal a-t-il définitivement pris le dessus ? Sans pour autant prétendre répondre à une telle question philosophique, j’imagine, en revanche, de manière quasi sûre qui s’approprie le Bien pour le Mal.

Que ce soit en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie, la logique binaire — Le Bien reconnu contre le Mal identifié — du monde occidental atteint son apogée, son paroxysme, lorsqu’il s’agit de morale, de civilisation, de Bien et de Mal.

Le Bien certifié d’un côté, le Mal de l’autre, telle est la règle fondamentale occidentale. Si nous nous fions à la logique prédominante du Printemps arabe, il y aurait des tyrans maléfiques d’un côté, des rebelles angéliques de l’autre. Nous assistons, ou sommes informés, de massacres commis par les dictateurs, les despotes, tandis que les gentils révolutionnaires luttent pour résister contre ce Mal absolu.

Pour l’Occident, il ne peut s’agir que du côté obscur, du camp malfaisant, celui de régimes démoniaques. Les rebelles n’étant que de pieux et valeureux combattants de la liberté, de la lumière ; leurs balles ne tuent pas, leurs armes sont inoffensives. Nous savons tous que les mercenaires, recrutés pour renforcer le camp des insurgés, sont équipés de baguettes magiques féeriques. Peut-être même sont-ils (ces rebelles) des esprits saints chargés de répandre le droit et la justice partout sur les terres des impies arabo-musulmans.

Des terres maudites occupées par des Musulmans fanatiques, intégristes, terroristes, qu’il faudrait sur le champ civiliser, démocratiser, humaniser et cultiver. Arguments repris par les ultras fanatiques qui crient : « A mort tous les Arabes ! » Là également, il y a une logique du Bien et du Mal inversée : ceux (les Occidentaux) qui alimentent et financent des massacres des gens qui ne leur ont rien fait à des fins de les piller de leurs matières premières ou dans le but de les asservir à des fins géopolitiques et géostratégiques, deviennent les gentils, tandis que les colonisés, les oppressés deviennent les méchants.

L’Occident nous apprend et nous enseigne tant et tant sur ce qu’est le Bien et le Mal. Et nous osons critiquer ce système idéologique ; finalement, nous ne sommes que des ingrats ! Nous devrions tous nous prosterner devant les Occidentaux civilisateurs et leur demander pardon. Que serions-nous devenus sans ces guides spirituels autoproclamés ?

Pourtant, nous savons bien que ces massacres organisés servent avant tout les intérêts des rebelles et non pas ceux du pouvoir en place. Côté Mal et ténébreux, on ne connaît sans doute rien à la stratégie, on ne sait pas faire preuve de discernement. Ces Arabo-musulmans sont idiots au point de commettre des crimes qui montraient l’opinion internationale contre eux.

En revanche, côté Bien et merveilleux, on est intelligent et fin stratège ; on a compris que ces massacres discréditeraient définitivement les régimes arabes barbares. L’Occident est devenu à l’image de ses contes moralistes et moralisateurs : Le Bien et le Mal, mais avec le Bien qui gagne toujours parce qu’on en fait son allié.

Le Bien au service de l’Occident. Le Mal on le laisse aux autres, à ces gens qu’on n’aime pas et que l’on massacre pour leur Bien. 

INFOSPLUS

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x