Les sionistes : diviser (le monde arabe) pour régner telle est leur devise pour rester maîtres

Les sionistes : diviser (le monde arabe) pour régner telle est leur devise pour rester maître
Alliance : Donald Trump, Mohamed VI, Benjamin Netanyahu

Les sionistes passés maîtres dans la division pour régner

En France, parler des sionistes ou du sionisme est un sujet tabou. Comme si on voulait enterrer un des grands chapitres contemporains de l’histoire du Proche-Orient. Pourtant, nombre d’Israéliens se déclarent ouvertement sionistes et le revendiquent pleinement :

C’est en tant que juif que j’ai participé à l’aventure politique en Libye […] J’ai porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël.

Bernard-Henri Lévy (BHL) – lors d’une Convention nationale organisée par le CRIF

Le sionisme : diviser pour régner

Le projet des sionistes consiste avant tout à diviser le monde arabe. Dès les années 40, Ben Gourion avait montré la voie en déstabilisant le Liban. Tout cela avait abouti à l’éclatement de ce pays par une tragique guerre civile dans les années 80 qui a marqué les esprits.

Les sionistes ont deux hantises qui les rendent insomniaques : l’Iran et l’Algérie. C’est indélébile dans leur mémoire.

Les Saoudiens (sunnites) voient d’un très mauvais œil l’expansion de l’Iran (chiite) dans la région. L’alliance Arabie Saoudite / Israël est guidée par des intérêts réciproques entre les deux pays. Mais c’est l’Arabie Saoudite qui a le plus à perdre du fait qu’elle héberge les lieux saints. Le Prince héritier MBS (Mohammed ben Salmane) pourrait s’attirer la colère des peuples arabes et musulmans.

En ce qui concerne l’Algérie, le problème est différent. L’Algérie ne veut pas reconnaître l’État d’Israël, tant qu’il n’y aura pas un État palestinien. L’Algérie n’a pas varié d’un iota sur cette ligne politique et diplomatique. Les sionistes cherchent une reconnaissance parmi les États arabes et arabo-berbères. L’Algérie y joue un rôle majeur et cela pose donc un sérieux problème aux sionistes.

Les sionistes tablent sur deux options pour faire tomber l’Algérie. La première option est celle de pousser les Kabyles à des révoltes dans le but de déstabiliser le pays de l’intérieur. Le franco-israélien BHL s’y est énormément investi, sans résultat. Le mouvement terroriste du MAK, antenne financée par les sionistes, joue un rôle dans le dispositif. Les preuves ne manquent pas à ce sujet.

La seconde option vise à passer par le Maroc. Le troc entre Donald Trump et Mohamed VI, sur le Sahara Occidental, démontre bien la manigance orchestrée par le duo Trump / Netanyahu. Les sionistes avancent ainsi leurs pions jusqu’aux frontières algériennes. Le Maroc sert les intérêts des sionistes (volontairement ou involontairement) et se risque à un jeu dangereux.

L’Algérie d’aujourd’hui n’est plus celle de 1963. En effet, lorsque le Maroc fut poussé par la France à se lancer dans une guerre de conquête (guerre des Sables) — récupération de territoires supposés appartenir au Maroc — l’Algérie pansait encore ses plaies dues à une terrible guerre de libération et était affaiblie. De plus, elle n’aurait jamais imaginé une seule seconde qu’une telle « trahison » de la part d’un « pays frère » pût arriver. Depuis cette traîtrise, les Algériens n’ont jamais plus baissé la garde.

Lorsque les services de la CIA mettent en garde les autorités marocaines et préviennent celles-ci que l’Algérie est une véritable « machine de guerre », je pense qu’il serait très imprudent, voire une folie, de ne pas les écouter.

Sionisme et Printemps Arabe, tout se mélange

Après que la Libye est tombée et qu’un CNT libyen (Conseil National de Transition) a été mis en place par les Occidentaux, les sionistes, profitant du chaos politique dans ce pays, ont étudié et suggéré aux Américains et aux Européens un CNT algérien. Tiens, tiens…

A ce sujet, on se souvient de la phrase de Nicolas Sarkozy s’adressant au Président du CNT libyen Mustafa Abdul Jalil qui se plaignait de l’Algérie — phrase prononcée à l’occasion de la visite du président du CNT en France — : « Patientez et vous verrez ce qui va se passer en Algérie dans un an et l’Iran dans trois. » Menaces très claires à l’encontre d’Alger et de Téhéran de la part de l’ancien Président Français.

C’était en 2011. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts… Et les Libyens regrettent le défunt Kadhafi. L’Algérie avait, une fois de plus, eu raison sur l’irresponsabilité de la France et de l’OTAN. La Libye est depuis plongée dans le chaos politique et gangrenée par le terrorisme international. De plus, les Migrants qui viennent en Europe passent pour beaucoup par la Libye.

Que ce soit l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie (ont échappé à la tenaille du Printemps arabe la Tunisie et l’Égypte entre autres), partout les Occidentaux n’ont semé que guerre, désordre, anarchie, souffrance et chaos. Mais quelle civilisation et quelle démocratie promeuvent-ils donc ? Celles de l’inconséquence aux conséquences diaboliques. Qui rendra des comptes ? Personne. C’est la loi du plus fort qui règne.

Il existe souvent un fossé entre les peuples arabes et leurs dirigeants concernant la direction des affaires politiques, notamment dans l’affaire palestinienne. En effet, les peuples arabes, dans leur immense majorité, soutiennent la cause palestinienne, tandis que certains de leurs dirigeants sont moins regardants sur le sujet. Tôt ou tard, ce décalage aura des conséquences dans bien des pays arabes.

INFOSPLUS

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x