Géorgie à l’Ukraine : les signes ne trompent pas

Géorgie à Ukraine : les signes ne trompent pas

En 2008 la Géorgie voulait déjà rejoindre l’Occident et l’OTAN ce qui avait provoqué une guerre éclair entre la Russie et les USA. La guerre en Ukraine ravive également les tensions qui opposaient les pays de l’Est (ex-URSS) à ceux de l’Ouest (démocraties occidentales), mais avec aujourd’hui la Chine qui rentre dans le concert international

De fortes turbulences secouent le monde

Nous sommes entrés dans une ère de turbulence, une ère incertaine faite de risques et de fracas ; les lendemains vont être gris et nous allons tous déchantés. Le monde dominé par les Etats-Unis d’Amérique et ses alliés, principalement européens, touche à sa fin. C’est une certitude ; autant qu’un jour laisse place à un autre jour.

D’autres puissances émergent. D’autres règnent arrivent, d’autres signes du temps nous apportent leurs mystères, leurs révélations d’un monde continuellement en rupture avec les hommes et leurs règnes. Parce que les hommes aiment à scruter, à observer l’horizon, l’air ravi et enchanté ; jamais ils ne se retournent pour voir les ruines de leurs histoires passées, les traces de leurs pas ensanglantés.

Jamais le monde n’a été si près du précipice, menacé d’une autodestruction. Jamais autant d’ignominies n’ont ganté des mains traîtresses, dérobeuses, se saisissant d’un morceau de pain sec qu’un pauvre homme humble, un enfant orphelin, une femme veuve voulait porter à sa bouche. La famine, ennemie de l’homme et amie de la misère, frappe à nos portes ; nous l’entendons narrer ce que nos pères et mères ont auparavant enduré au cours de leur vie.

Notre insouciance touche à son terme

C’était hier, déjà. Nous étions pris d’insouciance tandis que le temps filait à la vitesse lumière vers d’autres gîtes, d’autres antres, se mettre à l’abri par crainte de voir l’homme sombrer dans l’oubli ; oublier d’où il vient et où il s’en ira périr, rejoindre son ultime demeure. Les hécatombes actuelles sont les preuves de leurs délires.

Le ciel pleure, ses pluies diluviennes noient homme et paysage. La terre pleure ; ses fleuves, ses rivières inondent hommes et rivages. Partout, les signes d’un temps en colère se manifestent. Des hommes ont modifié ses cours d’eau naturels, déréglé ses horloges. Il leur faut désormais affronter son courroux, sa colère, ses châtiments.

Le conflit majeur à venir opposera les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés à des puissances constituées de la Chine, la Russie, l’Iran, et d’autres pays musulmans. L’Amérique impérialiste et triomphante va irrémédiablement perdre ces guerres et entraîner avec elle, dans sa chute, nombres de pays alliés.

Un monde sino-russe et de quelques pays musulmans importants nait

Les vainqueurs seront ceux du continent asiatique et du monde musulman. Une alliance entre le monde arabo-musulman et les asiatiques paraît, à court terme, inévitable, car les politiques européennes et américaines ont été injustes, bellicistes, arrogantes et humiliantes envers les Musulmans de la Terre.

Le risque majeur pour le monde résidera dans l’utilisation ou non de l’arme nucléaire. Défaite et battue, l’Amérique sera tentée d’utiliser l’arme atomique, car elle ne connaît pas la défaite. Seul problème : la Russie dispose d’un nombre considérable de bombes nucléaires dirigées sur les USA et l’Europe. Ce serait une catastrophe pour l’humanité, voire la dernière guerre qu’elle aurait à connaître.

La guerre en Géorgie n’était qu’une répétition de la guerre en Ukraine

L’opposition entre la Russie et l’Amérique en Géorgie — qui voulait déjà comme l’Ukraine intégrer l’OTAN — a été un échantillon de ce qui nous attend. Dans le conflit en Géorgie, la Russie a été montrée comme agresseur, alors que c’est le contraire. La Russie n’a fait que défendre sa souveraineté et celle du peuple ossète. C’est la Géorgie (comme l’Ukraine aujourd’hui), poussée par les services secrets américains et israéliens qui a agressé l’Ossétie, avec pour objectif de voir quelle serait la réaction des Russes.

Si la Russie n’avait pas réagi avec fermeté, l’Iran aurait été sûrement attaqué dans la foulée. Cette opération qui ne visait qu’à déstabiliser la Russie (Poutine n’était plus aux commandes directement) a renforcé le Président iranien dans son combat contre une Amérique hégémonique et une Europe prise désormais entre le marteau et l’enclume.

La réaction mi-figue mi-raisin de Nicolas SARKOZY, qui était Président de l’UE, à l’offensive russe l’atteste clairement. Par la voix de son Président Medvedev, la Russie avait déjà signifié dans des termes relativement diplomatiques : « La Russie n’acceptera pas un monde dominé par les Etats-Unis. » Cela signifie en langage courant : « Américains ! Vous n’avez rien à faire en Europe et en Asie, votre continent c’est l’Amérique, retournez-y vite ! »

La Chine va mettre un terme au mandat de gendarme du monde des USA

La mission des gendarmes du monde autoproclamés a été depuis revue à la baisse. Quant à la Géorgie, elle admet malgré elle la sécession de : Abkhazie ; Adjarie ; Ossétie. L’Abkhazie et l’Ossétie du Sud veulent s’intégrer au sein de la fédération de Russie qui les contrôle totalement, dans les faits ce sont des protectorats russes.

Les exécuteurs, les fomenteurs d’une telle entreprise, sont les USA et Israël. Les intérêts, dans le Caucase, sont énormes. Ces intérêts ont toujours suscité de vives rivalités et de coriaces batailles, souvent à la limite d’un conflit armé.

Mais ce qui est nouveau dans les relations internationales, aussi bien du côté de l’Amérique « Bushiste » que de la Russie « Poutiniste », fut cet élan, cette envolée vers un nationalisme exacerbé. 

Quant à la Chine, elle va devenir un géant, une superpuissance. Elle n’est plus dans ses starting-blocks. Elle tisse sa toile d’araignée et semble inarrêtable. Elle a trouvé son rythme de croisière. Imaginez le jour où ce pays sera lancé à pleine vitesse ; qui pourra l’arrêter ? Quelques dizaines de millions de tee-shirts lui permettraient de noyer le marché européen ; des Européens qui jetteraient vite l’éponge.

C’est ainsi que des vents tempétueux finissent par arriver tôt ou tard. Et à défaut de voir ces vents, on peut les sentir quand ils caressent la peau, fouettent les branches d’arbres, ordonnant aux humains de regagner vite leurs casemates.

Entendez-vous ces vents qui soulèvent la poussière et soufflent comme jamais des vents n’avaient soufflé auparavant. Ils sont là, ils arrivent. Les premiers rugissements vont faire trembler la terre.

INFOSPLUS

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x