Danièle OBONO salie au nom d’un droit divin à la fiction – INFOSPLUS

Danièle OBONO salie au nom du droit à la fiction
Danièle OBONO salie au nom du droit à la fiction

La députée (La France Insoumise) Danièle OBONO victime de cette nouvelle perversion en matière de liberté d’expression que l’on nomme à présent « droit à la fiction ».

Le journalisme militant en ces temps incertains a encore de beaux jours devant lui – Valeurs Actuelles en est l’expression même…

La députée, appartenant au parti politique LFI (La France Insoumise), Danièle OBONO a fait les frais, d’une part, de l’ambiance particulièrement délétère qui règne actuellement en France en matière de racisme et, d’autre part, de ce nouveau concept, dont le brevet revient au journal très conservateur Valeurs Actuelles, qui serait le droit à la fiction.

Les philosophes MM Alain Finkielkraut et Michel Onfray nous ont expliqué, sans philosophie aucune et tranquillement assis sur les plateaux télé, que c’est de la pure fiction et qu’il n’y avait donc rien à redire. Un peu maigre en termes d’argumentation. Dans ce cas, M. Dieudonné pourrait aussi dire que ses critiques sur la Shoah sont de la pure fiction.

Mais je crois bien que la fiction est précisément un alibi, une manière sournoise de diffuser, diluer le poison du racisme dans la société. Est-ce par hasard que Danièle OBONO a été choisie pour jouer le rôle d’une esclave enchaînée par le cou ? Est-ce par hasard qu’elle a été retenue dans le casting de cette minable fiction, ou bien parce qu’elle est une femme noire parvenue à être élue députée de la Nation ? Il est évident que le hasard n’a rien de hasard dans cette sinistre supercherie.

Vous savez, un peu comme ces fictions produites aux studios d’Hollywood et qui montraient toujours les Indiens comme des sauvages, les Arabes comme des voleurs et menteurs, et les Noirs évidemmes comme des esclaves. Le monde serait ainsi figé sur une histoire devant toujours être la même et surtout blanche ; telle Blanche Neige, d’ailleurs. Dommage pour Madame Danièle OBONO, il se trouve qu’elle est noire ; pas de chance !

On peut donc désormais, au nom du droit à la fiction, renvoyer à sa descendance toute personne n’ayant pas la couleur locale, si tant est que l’on pourrait être sûr de l’arbre généalogique, ce qui reste à prouver. Le message subliminal de cette supposée fiction raciste indique bien, selon moi, qu’il faudrait que les Noirs restent à leur place : celle d’anciens esclaves, qu’ils cessent de demander réparation aux Blancs, et qu’ils glorifient ces mêmes Blancs de les avoir affranchis et civilisés. En somme, faire revivre les humiliations et calvaires subis par ses aïeux à une communauté, comme d’une menace. Idem pour les enfants de colonisés ; qu’ils se taisent, dirait Valeurs Actuelles, on ne les a que trop écoutés et entendus !

M. Michel Onfray dit également : « Je ne suis pas une pleureuse. » Certes, c’est un véritable métier. Mais on ne peut gifler une personne indéfiniment et lui reprocher de se plaindre. Toute douleur physique ou morale fait couler des larmes de douleur. On peut aussi discriminer des gens sans arrêt et les accuser ensuite de se prêter à de la victimisation. Eric Zemmour est passé maître dans ce genre de plaidoiries haineuses.

Pour ma part, je crois juste qu’il faudrait cesser de gifler et de discriminer certaines gens. Ceux-ci arrêteraient leurs jérémiades, celles que beaucoup confondent volontairement avec de la victimisation. On ne se complaît jamais en victime. On fait tout pour en sortir, encore faudrait-il entrevoir des portes de sortie.

touhami infosplus.fr

Touhami – INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.