Les législatives créent une anomalie politique

Les législatives créent une anomalie politique

Droite et gauche françaises semblent revenir au galop

Le Président Emmanuel Macron n’a pas eu beaucoup de mal à détruire le paysage politique français qui était constitué d’une droite, d’une gauche, et d’un centre, tous républicains. Mais il aura probablement plus de mal à faire adopter à l’opinion française son nouveau monde ; un monde où l’on n’y comprend plus rien, si ce n’est le fait que la société française n’a jamais été autant fracturée et divisée. Le vide politique né de cette « restructuration » hasardeuse du champ politique n’a pas été comblé. Au contraire, il s’est creusé davantage. Les extrêmes émergent et les langues de délient. Jamais auparavant le racisme n’a eu autant d’écho dans les médias audiovisuels.

Une Présidentielle fabriquée de toute pièce auparavant

Cela avait été annoncé par tous les instituts de sondage — comme s’ils s’étaient donnés le mot — des années avant ; le duel Macron vs Le Pen a bien eu lieu. Et les Français se sont retrouvés, en réalité, piégés par le mode de scrutin majoritaire à deux tours. Beaucoup de citoyens s’y sont résignés et ont eu ce réflexe qui dit qu’entre deux maux il faut choisir le moindre. Emmanuel Macron a gagné son pari : être réélu par défaut. Le Rassemblement National (ex-FN) a été, une fois de plus, instrumentalisé à des fins politiques. Cela est-il utile au pays et est-ce un gage d’avenir ? Sûrement pas. Ce subterfuge a atteint, aujourd’hui, ses limites. A jouer avec le feu des extrêmes, le pays risque de connaître des situations extrêmement difficiles à surmonter.

Les résultats des législatives créent une anomalie politique

Après une élection présidentielle, les Français ont pour principe de donner au nouveau président une majorité à l’Assemblée Nationale pour lui permettre de pouvoir appliquer le programme sur lequel il a été élu. Une attitude logique.

Mais apparemment, pour marquer leur désaccord avec Emmanuel Macron, les Français ne lui ont, cette fois, donné qu’une majorité relative. Autrement dit, sans alliance, l’exécutif sera dans l’incapacité de gouverner. Pire, en cas de motion de censure, tout serait possible.

Une anomalie démocratique volontaire a été décrétée par le peuple pour forcer le Président de la République à ne plus gouverner comme lors de son premier mandat, c’est-à-dire sans trop tenir compte de l’Assemblée Nationale. Le peuple veut du changement.

Le Président Emmanuel Macron peut soit nommer un premier ministre issu de l’opposition, notamment de la NUPES, soit élargir le gouvernement aux RN, LR, NUPES… Si toutefois ceux-ci acceptent.

Ce second mandant du Président Macron est celui de tous les dangers. Bien malin qui pourra prévoir comment tout cela va se terminer.

Le seul miracle de ces élections législatives, c’est le fait d’avoir satisfait les fans de la proportionnelle puisque la représentation est en fin de compte assez plurielle.

INFOSPLUS

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x