L’Europe s’engouffre sur le chemin de l’extrême droite

L’Europe s’engouffre sur le chemin de l’extrême droite

Les succès des populistes et des sceptiques aux élections du Parlement européen pourraient rendre l’UE ingouvernable. Les élections au Parlement européen auront lieu du 6 au 9 juin 2024. 

Les partis d’extrême droite sont en hausse en Europe. Ils augmenteront la représentation au Parlement européen, prédit une analyse conjointe des projets Europe Elects et Euractiv. Bruxelles craint que cela ne porte atteinte au rôle de leader de l’UE dans la lutte contre le changement climatique. Et, la réélection d’Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne pourrait être mise en question. 

Après les élections européennes de juin, l’UE basculera vers l’extrême droite. À en juger par les prévisions d’Europe Elects et d’Euractiv, le groupe d’extrême droite Identité et Démocratie (ID) et le groupe des conservateurs et réformistes européens occuperont les troisième et quatrième places en termes de soutien. Ainsi, l’ID peut revendiquer 12,5% des voix et obtenir 93 sièges au Parlement européen, devenant ainsi le troisième groupe. Les votes les plus importants pour ses représentants sont attendus en France, en Allemagne et aux Pays-Bas. 

Le groupe des conservateurs et réformistes européens peut compter sur 10,9% des voix – principalement grâce aux Fratelli d’Italia (Frères d’Italie) de la Première ministre Georgia Meloni, à qui certains ont même reproché des liens avec les néofascistes. En nombre de sièges, ils occuperont la cinquième place avec 80 sièges (après le groupe libéral Renew Europe, qui devrait disposer de 84 sièges). 

À son tour, la plus grande force politique paneuropéenne, le Parti populaire européen de centre-droit PPE, peut recueillir 23,5% des voix et 178 sièges. Et, c’est dans un tiers des pays de l’UE que seront donnés le plus grand nombre de voix: Bulgarie, Allemagne, Grèce, Espagne, Lettonie, Pologne, Slovénie, Croatie et Finlande. 

Ainsi, toutes les forces de droite, ainsi que le parti hongrois Fidesz du Premier ministre Viktor Orban et le parti d’extrême droite français Reconquête! d’Eric Zemmour, qui ne font pas partie des groupes, sont capables de remporter une majorité de 367 des 720 sièges du scrutin au Parlement européen. Même si ces groupes ne sont pas toujours unis idéologiquement et qu’il est peu probable qu’ils parviennent à s’entendre sur la création d’une force politique commune, ils auront une énorme influence sur la politique de l’UE. Ils ont déjà contribué à un durcissement des attitudes à l’égard de la migration. À l’avenir, l’expression «Forteresse Europe» devrait être de plus en plus utilisée en relation avec la construction de barrières frontalières aux frontières extérieures de l’UE afin de contrôler les flux migratoires. 

Lors d’une récente réunion des partis d’extrême droite à Florence, le chef du Rassemblement national français, Jordan Bardella, a suscité des applaudissements lorsqu’il a déclaré que l’Europe ne pouvait pas devenir «une auberge cinq étoiles pour l’Afrique» et a lié l’immigration à la violence et à la criminalité. Le président de la Ligue italienne, Matteo Salvini, s’est prononcé contre la décision de l’UE d’interdire les nouvelles voitures émettant du dioxyde de carbone à partir de 2035. Il a été soutenu par le coprésident d’Alternative pour l’Allemagne (AfD), Tino Chrupalla, qui a appelé à «mettre fin à la guerre contre les voitures». 

Le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, attribue les succès des partis à leurs promesses de durcir l’approche de l’UE en matière d’immigration et d’assouplir la politique climatique pour protéger l’emploi et l’industrie. Dans un entretien accordé au Guardian, il a reconnu qu’il y avait effectivement des raisons de s’inquiéter, mais il a appelé les électeurs à soutenir les forces politiques traditionnelles qui peuvent «présenter une analyse claire de la situation». 

Le Parlement européen, lui-même, s’inquiète déjà du fait que l’UE pourrait devenir ingouvernable si l’extrême droite aux élections de juin prochain obtenait les mêmes résultats qu’aux élections de novembre aux Pays-Bas, c’est-à-dire le Parti pour la liberté de Geert Wilders. Le président du groupe libéral Renew Europe au Parlement européen, Stéphane Séjourné, en a fait part à Reuters deux jours avant sa nomination comme nouveau chef du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. «Avec l’arrivée au pouvoir de populistes d’extrême droite presque partout en Europe, nous risquons de nous retrouver avec une Europe ingouvernable», a-t-il prévenu. Dans le même temps, ce dernier exclut toute alliance avec l’extrême droite ou les eurosceptiques. 

Son groupe Renew Europe, le Parti populaire européen et l’Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates ont formé, il y a cinq ans, une coalition (ils disposent de 420 sièges au Parlement européen) pour s’entendre sur des politiques et partager les postes les plus élevés de l’UE, y compris celui du Parlement européen et ceux de la Commission européenne. 

À cet égard, comme l’écrit Politico, la réélection de la présidente sortante Ursula von der Leyen, dont le mandat se termine en novembre, pourrait être remise en question. En effet, en 2019, sa candidature a été soutenue par une coalition de partis pro-européens, lui apportant 383 voix contre le minimum requis de 374 voix. «Avec la montée en puissance de l’extrême droite à travers l’Europe, Ursula von der Leyen pourrait avoir du mal à reconquérir la victoire», indique le média anglophone. Comme l’a déclaré l’un des députés européens, si la coalition n’obtient pas de majorité lors des prochaines élections, ce qui, selon ses estimations, est «très possible», alors «le sujet de von der Leyen cessera tout simplement d’exister». 

Cependant Politico fait savoir: «Quoi qu’il arrive, quels que soient les jugements, quels que soient les résultats des différentes enquêtes, le scénario le plus probable reste le même: Ursula von der Leyen sourit tranquillement en route vers un second mandat».

 Julian Le Ménéec

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

source : Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter