L’Irak est-il le véritable objectif des États-Unis ?

L’Irak est-il le véritable objectif des États-Unis ?

L’ancien président égyptien, Hosni Moubarak, (renversé pour son refus d’installer des bases nord-américaines sur le sol égyptien) a révélé dans une interview au journal égyptien Al-Fajr l’existence du prétendu plan de division de toute la région du Moyen-Orient, consistant en de l’instauration du «chaos constructif» susmentionné à travers la destruction successive des régimes autocratiques d’Irak, de Libye, du Soudan, de Syrie et d’Iran et en réservant à la Jordanie le rôle de «nouvelle patrie du peuple palestinien» pour lequel les États-Unis servent de groupes takfiri (une sorte d’hydre dont le chef d’origine serait Al-Qaïda), pour -par leurs actions terroristes- détruire l’image pacifique de l’Islam et empêcher l’exaltation politique du monde musulman. 

Ce processus de balkanisation de la région prendra forme dans des pays comme l’Irak, devenu un État en faillite et saigné par la reprise de la guerre civile chiite-sunnite et l’apparition de l’EI. Ainsi, deux décennies après la chute de Hussein, l’Irak actuel serait un État en faillite et rongé par les métastases de la corruption et de l’insécurité, ce qui montre l’échec des plus de 61 milliards de dollars consacrés depuis 2003 par les États-Unis à l’édification d’un nouvel État irakien fondé sur la revitalisation et la modernisation du secteur pétrolier, la formation d’un gouvernement central de coalition et de forces armées modernes et multiconfessionnelles. 

L’Irak et le plan Biden. Le plan Biden-Gelb, approuvé par le Sénat américain en 2007 et rejeté par Condolezza Rice, secrétaire d’État sous George W. Bush, prévoyait la mise en place d’un système fédéral en Irak afin d’éviter l’effondrement du pays après le retrait des troupes américaines. Ils ont proposé de diviser l’Irak en entités kurdes, chiites et sunnites, sous la direction d’un gouvernement fédéral à Bagdad chargé de garder les frontières et d’administrer les revenus pétroliers. 

Ainsi, on assisterait à l’apparition d’un Kurdistan libre présidé par Massoud Barzani avec sa capitale à Kirkouk et qui comprendrait des zones annexées profitant du vide de pouvoir laissé par l’armée irakienne comme Sinjar ou Rabia dans la province de Ninive, Kirkouk et Diyala ainsi que toutes les villes d’origine kurde syrienne (à l’exception de Hassaké et Kameshli) occupées par l’insurrection kurde du Parti de la paix et de la démocratie (BDP). Le nouveau Kurdistan bénéficiera de la bénédiction des États-Unis et jouira d’une autonomie financière en possédant 20% de l’exploitation totale du pétrole brut irakien, avec la «condition sine qua non» d’approvisionner la Turquie, Israël et l’Europe de l’Est en pétrole kurde via oléoduc Kirkouk-Banias qui se jette dans le port turc de Ceyhan. 

De l’autre, le Sunistan engloberait les villes sunnites de Ramadi, Falloujah, Mossoul, Tall Afar et Bakouba (triangle sunnite), ayant des liens forts avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis et qui donneraient ensuite naissance à un mouvement panislamiste radical. Ils utiliseraient l’arme du pétrole pour étrangler les économies occidentales au cours des cinq prochaines années. Enfin, comme troisième pied du trépied, nous aurions un Irak chiite avec sa capitale Bagdad qui ferait contrepoids au wahhabisme saoudien et qui graviterait dans l’orbite d’influence de l’Iran, ce qui ferait de l’Iran une grande puissance régionale en clair, un conflit avec ses ennemis fidèles (Israël et l’Arabie saoudite). 

Selon un article publié par le New York Times, une bonne partie de la production pétrolière irakienne serait destinée à la Chine, étant donné que les entreprises occidentales (Exxon Mobil, Shell, BP et autres seraient réticentes à investir dans ce pays, car les redevances, les taxes et d’autres taxes perçues en Irak engloutissent généralement 90% ou plus des bénéfices d’une compagnie pétrolière, tandis que les investissements aux États-Unis génèrent un profit de 50% et que les États-Unis n’importent que 3% de leurs besoins. 

En 2008, le gouvernement de Nouri al-Maliki a signé un accord avec la Chine d’une valeur de 3 milliards de dollars, par lequel la société d’État China National Petroleum Corp (CNPC) a obtenu les droits d’exploitation pour 23 ans du champ pétrolier d’al-Ahdab (le plus grand champ ouvert en Irak au cours des deux dernières décennies avec une production estimée à 25.000 barils par jour) recevant de la Chine l’annulation de 80% de la dette héritée de l’époque de Saddam Hussein, estimée à environ 8,5 milliards de dollars. 

Ainsi, l’engagement des compagnies pétrolières occidentales en faveur d’une transition vers les énergies renouvelables serait mis à profit par les compagnies pétrolières d’État de Chine et de Russie, comme Lukoil et PetroChina, pour acquérir une plus grande part des actifs liés au pétrole en Irak. Suite au rachat par la compagnie pétrolière russe Lukoil de l’une des plus grandes découvertes pétrolières d’Irak, le géant américain de l’énergie ExxonMobil a officiellement abandonné le champ pétrolier West Qurna 1, dans le sud de l’Irak, cédant ses opérations à PetroChina, qui conserve la participation majoritaire dans l’un des champs pétroliers des plus grands gisements de pétrole au monde avec lesquels Exxon et, par extension, les États-Unis, cessent d’être présents dans le secteur énergétique irakien. 

Les bases militaires américaines en Irak sont-elles en danger? L’Iran a acquis la dimension d’une puissance régionale grâce à la politique erratique des États-Unis en Irak (résultat de la myopie politique de l’administration Busch obsédée par l’Axe du Mal) en éliminant ses rivaux idéologiques, les talibans sunnites radicaux et Saddam Hussein et le vide de pouvoir qui a suivi dans la région. Les États-Unis, sous prétexte d’aider les forces locales dans la lutte contre l’État islamique, ont décidé de maintenir un contingent d’environ 2000 soldats américains sur le territoire irakien, répartis sur plusieurs bases militaires, qui subiraient de nombreuses attaques de la part des milices chiites pro-iraniennes après la guerre et le début de la guerre entre Israël et le Hamas. 

La milice irakienne de la Résistance islamique en Irak, soutenue par l’Iran, a attaqué les bases militaires américaines Al-Malikiyah et d’Al-Omar, situées au nord-est de la Syrie, la base de Villa Verde, située dans la province de Deir Ezzor, ainsi que celle d’Ain la base aérienne d’ Al-Asad, à l’ouest de l’Irak, et la base située à proximité de l’aéroport de Bagdad. De son côté, le gouvernement irakien, par la voix du Premier ministre irakien, Mohammed Chia al-Soudani, insiste sur le fait que «le contingent militaire de la coalition internationale créée pour lutter contre l’organisation terroriste Daech doit quitter son territoire puisque le pays est capable de se défendre» contre le terrorisme. Il en résulte que les bases américaines actuelles seraient des îlots dans un océan de milices chiites pro-iraniennes et n’auraient plus le soutien du gouvernement irakien. 

Par conséquent, le Pentagone aurait préparé un plan pour une nouvelle invasion de l’Irak qui s’inscrirait dans le contexte d’une guerre régionale qui s’accélérerait après la récente entrée en combat des États-Unis et de la Grande-Bretagne contre les milices Houthis du Yémen. 

Ce conflit pourrait impliquer les trois superpuissances (États-Unis, Chine et Russie), en comptant comme des collaborations nécessaires avec les puissances régionales (Israël, Syrie, Égypte, Jordanie, Irak, Arabie saoudite et Iran) et couvrirait l’espace géographique qui s’étend de l’arc Méditerranée (Israël, Syrie et Liban) jusqu’au Yémen et à la Somalie avec l’objectif avoué de dessiner une cartographie du Nouveau Moyen-Orient favorable aux intérêts géopolitiques des États-Unis, de la Grande-Bretagne et d’Israël.

Germán Gorraiz López, analyste politique

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

source :

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter