L’Afrique du Sud ouvre un deuxième front contre Israël à La Haye

L'Afrique du Sud ouvre un deuxième front contre Israël à La Haye

Après le Hamas, ce n’est pas le Hezbollah comme beaucoup s’y attendaient, mais l’Afrique du Sud qui a attaqué Israël, bien qu’avec l’aide d’avocats et non de combattants. 

La Cour internationale de justice (CIJ) de l’ONU à La Haye a commencé jeudi à examiner une plainte accusant l’État d’Israël de génocide, déposée par l’Afrique du Sud. Au début de l’audience, l’avocat Vaughan Lowe, représentant l’Afrique du Sud, a exigé qu’Israël cesse immédiatement les opérations militaires dans la bande de Gaza, lancées après l’attaque du Hamas le 7 octobre. 

Cependant, il est prévu que la Cour internationale de justice rende seulement une conclusion sur le fait de savoir si les actions d’Israël contre le Hamas, qui ont conduit à des pertes significatives parmi la population palestinienne, constituent un « génocide ». L’ONU définit ce terme comme des « actions commises dans l’intention de détruire, totalement ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux ». 

Dans sa plainte déposée le 29 décembre, l’Afrique du Sud a déclaré que les actions d’Israël visaient précisément à détruire une « partie substantielle » des Palestiniens. Outre l’arrêt immédiat des hostilités, l’Afrique du Sud exige l’application de mesures préventives pour protéger les habitants de la bande de Gaza contre de « nouvelles violations graves et irréparables » de leurs droits et pour garantir le respect par Israël des obligations de la convention sur le génocide. 

La plainte de l’Afrique du Sud contre Israël sera examinée par des juges de 15 pays: États-Unis, Russie, Chine, France, Allemagne, Inde, Brésil, Japon, Australie, Slovaquie, Maroc, Jamaïque, Somalie, Ouganda et Liban. Un juge d’Afrique du Sud et un juge d’Israël, qui a accepté de le faire à la demande du Premier ministre de ce pays, Benjamin Netanyahou, s’y joindront. Ce dernier est Aharon Barak, l’un des avocats israéliens les plus célèbres, qui a dirigé la Cour suprême d’Israël (Bagatz) de 1995 à 2006. 

Benjamin Netanyahou a rejeté les accusations de génocide, les qualifiant d’hypocrisie, et a déclaré qu’Israël continuerait à combattre le Hamas jusqu’à la victoire totale. « Nous combattons des terroristes et nous combattons le mensonge. Aujourd’hui, nous avons de nouveau vu un monde à l’envers où l’État d’Israël est accusé de génocide alors qu’il lutte contre le génocide », a déclaré le Premier ministre israélien dans une vidéo diffusée par son bureau jeudi. 

Pendant ce temps, les avocats représentant l’Afrique du Sud citent des déclarations faites en Israël après que l’ampleur de l’attaque du Hamas du 7 octobre est devenue claire: environ 1.200 personnes ont été tuées (tant des citoyens israéliens que des étrangers), au moins 3.000 personnes ont été blessées, et environ 250 personnes ont été prises en otage. Alors, impressionnés par les évènements, plusieurs politiciens israéliens ont fait une série de déclarations émotionnelles, qui pourraient être interprétées comme un appel à se venger de tous les Arabes palestiniens. Cependant, les autorités israéliennes ont toujours officiellement souligné qu’elles ne détruisaient que des terroristes. 

Les accusations portées par l’Afrique du Sud ont été extrêmement mal accueillies en Israël. Le ministère des Affaires étrangères du pays a qualifié les audiences à la Cour internationale de justice à La Haye du « plus grand spectacle d’hypocrisie de l’histoire », et le président israélien Itzhak Herzog a déclaré que les arguments contenus dans la plainte étaient « totalement absurdes ». À son tour, le porte-parole officiel du gouvernement israélien, Eylon Levy, a qualifié de tragique la décision de l’Afrique du Sud de « servir de département juridique » au Hamas et de « jouer le rôle d’avocat du diable » lors des audiences judiciaires à La Haye. 

Selon Reuters, « cette affaire montre une forte polarisation internationale ». Il s’agit du fait que plusieurs pays occidentaux, avec les États-Unis en tête, ont qualifié les accusations de génocide contre Israël d’infondées, mais, comme le note l’agence, « certains pays en développement, y compris un poids lourd comme le Brésil, ont soutenu l’Afrique du Sud, dont le président Cyril Ramaphosa a déclaré que son pays avait été contraint de déposer une plainte non seulement en raison du « massacre continu du peuple de Gaza », mais aussi à cause de sa propre histoire de lutte contre l’apartheid ». 

Récemment, la pression internationale sur Israël s’est intensifiée pour le contraindre à terminer le plus rapidement possible l’opération dans la bande de Gaza et, entre-temps, à renoncer aux frappes massives et à passer à des opérations ciblées minimisant le nombre de victimes parmi les civils. En particulier, le Haut Représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a déclaré jeudi que les déclarations de certains représentants du gouvernement israélien selon lesquelles les civils de Gaza devraient finalement quitter la bande de Gaza étaient « préoccupantes, contre-productives et dangereuses ». Selon lui, « les insinuations concernant un déplacement forcé sont absolument inacceptables ». 

Le même jour, le secrétaire d’État américain Antony Blinken, qui termine sa visite au Moyen-Orient, a déclaré que la seule alternative à la poursuite du « terrorisme, du nihilisme, des destructions de la part du Hamas, des Houthis, du Hezbollah, soutenus par l’Iran » était la normalisation des relations des États arabes avec Israël avec des garanties de sécurité de la part des pays de la région et des États-Unis, ce qui devrait finalement conduire à la création d’un État palestinien. 

Cependant, le gouvernement israélien n’est clairement pas encore prêt à cela. De plus, comme le rapporte le journal The Washington Post, Blinken n’a pas réussi à convaincre Netanyahou de mettre fin aux opérations militaires dans la bande de Gaza lors de sa tournée. « Le Premier ministre israélien refuse jusqu’à présent de s’engager dans la création d’un État palestinien, ce qui fait stagner le plan élaboré par les États-Unis pour mettre fin au conflit. Blinken a réussi à rallier les Arabes à sa cause, mais il n’arrive pas à persuader Netanyahou », résume le journal. 

La Cour internationale de justice, située à La Haye, fait partie des six principaux organes des Nations unies. Elle a été établie par la Charte des Nations unies pour « régler ou résoudre des différends internationaux ou des situations qui pourraient conduire à une violation de la paix ». Il est probable que le verdict de la Cour sur la plainte de l’Afrique du Sud ne soit pas rendu avant plusieurs semaines. Selon la Charte des Nations unies, si Israël est reconnu coupable, il sera obligé de se conformer aux exigences énoncées dans le verdict. Cependant, les médias mondiaux notent déjà qu’il n’existe aucun mécanisme permettant de contraindre un État souverain à s’y plier en cas de refus.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter