Frappes contre les Houthis : Londres dit vouloir assurer la sécurité en mer Rouge

Frappes contre les Houthis : Londres dit vouloir assurer la sécurité en mer Rouge

Le Royaume-Uni a décidé avec les États-Unis de frapper les positions des Houthis du mouvement rebelle Ansar Allah du Yémen afin d’assurer la sécurité de ses navires et la liberté de navigation en mer Rouge.

«Le Royaume-Uni et les États-Unis ont mené des frappes ciblées contre des cibles militaires houthistes au Yémen», a lancé sur X David Cameron. 

«La sécurité des navires britanniques et la liberté de navigation sur la mer Rouge sont primordiales et c’est pourquoi nous agissons», a-t-il continué, précisant: «Comme l’a clairement indiqué le Conseil de sécurité de l’ONU, les Houthis doivent mettre un terme à leurs attaques en mer Rouge». 

De son côté, le secrétaire adjoint à la Défense du Royaume-Uni, James Heappey, a déclaré sur Times Radio que les actions britanniques et américaines représentaient un acte de légitime défense pour «se prémunir contre d’autres attaques contre des navires engagés dans des activités légales et raisonnables». 

Pour rappel, Washington et Londres ont frappé plusieurs cibles des Houthis dans la nuit du jeudi au vendredi 12 janvier. En particulier, les alentours de la ville portuaire d’ Al-Hodeïda, ainsi que les provinces de Dhamar, Sa’dah, Sanaa, et Al-Hodeïda ont été bombardés. Le président américain Joe Biden a déclaré que l’attaque était une réponse aux «attaques sans précédent des Houthis» en mer Rouge, qualifiant cette action de «défensive». L’administration américaine a déclaré avoir frappé des sites de missiles, des drones et des stations radar des rebelles. 

«Ces frappes ciblées sont un message clair selon lequel les États-Unis et nos partenaires ne toléreront pas d’attaques contre notre personnel ni ne permettront à des acteurs hostiles de mettre en péril la liberté de navigation sur l’une des routes commerciales les plus critiques au monde», a déclaré Joe Biden, rajoutant: «Je n’hésiterai pas à le faire, d’ordonner de nouvelles mesures pour protéger notre population et la libre circulation du commerce international si nécessaire». 

À la suite de l’escalade du conflit israélo-palestinien dans la bande de Gaza, les Houthis ont déclaré qu’ils frapperaient le territoire israélien et qu’ils ne permettraient pas aux navires associés de traverser les eaux de la mer Rouge et du détroit de Bab-el-Mandeb tant que l’opération dans l’enclave palestinienne ne serait pas arrêtée. «Les États-Unis et le Royaume-Uni ont effectué 73 frappes sur le territoire yéménite», a déclaré le porte-parole des Houthis Ansar Allah, Yahya Saria sur Telegram. 

Le commandement central de l’armée américaine estime que les Houthis ont attaqué plus de 20 navires civils en mer Rouge depuis la mi-novembre.

La Russie condamne fermement les frappes américano-britanniques au Yémen. « Nos craintes sont que la position des États-Unis au Conseil de sécurité des Nations unies sur la mer Rouge ne soit juste qu’un prétexte à une nouvelle escalade de la situation et des tensions dans la région. Nous condamnons fermement ces actions irresponsables des États-Unis et de leurs alliés », a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, lors d’un point-presse.

source :

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter