L’Ukraine revient au chantage gazier

L'Ukraine revient au chantage gazier

L’Ukraine est prête à continuer le pompage du gaz russe sur son territoire même après la fin du contrat avec Gazprom. Cependant, Kiev pose plusieurs conditions à ses partenaires européens. Comment l’Ukraine veut-elle changer la livraison du gaz de Russie vers l’Europe, et les compagnies européennes ainsi que Gazprom accepteront-elles les nouvelles conditions? 

Les autorités ukrainiennes sont prêtes à poursuivre le transit du gaz de Russie via leur territoire après 2024 si les pays européens le demande, a déclaré le Premier ministre ukrainien Denys Chmyhal. 

À la fin de l’année 2024, le contrat de transit entre l’Ukraine et la Russie, signé en 2019, arrive à expiration. Les autorités ukrainiennes ne sont pas prêtes à prolonger ce contrat ou à en signer un nouveau, comme elles l’ont déclaré plusieurs fois auparavant. 

Cependant, elles ne veulent clairement pas perdre complètement le transit. C’est pourquoi Chmyhal avance un certain nombre de conditions pour continuer le transit du gaz après l’échéance du contrat. 

« Si les pays européens agissent soit en tant que consortium, soit si l’un des partenaires européens devient le transitaire de son propre gaz, alors nous sommes prêts à fournir un tel service, comme nous l’avons fait jusqu’à présent. L’initiative est du côté de l’UE », a déclaré Chmyhal. Kiev ne prévoit pas de négocier cela avec Moscou, mais il est prêt à parler avec les pays européens, a ajouté le chef du gouvernement ukrainien. 

En fait, le transit du gaz russe peut se poursuivre même sans contrat à long terme. Il s’agit d’enchères selon les principes européens pour la réservation des capacités du système de transport de gaz ukrainien pour un jour, un mois, un trimestre ou même un an. L’Ukraine a depuis longtemps intégré les normes européennes dans sa législation. De plus, l’Ukraine a déjà organisé de telles enchères, auxquelles Gazprom a participé, lorsqu’il était nécessaire de fournir des volumes de gaz supérieurs aux contrats aux Européens. En fait, pour continuer les livraisons après 2024, il suffit juste d’organiser des enchères. 

Cependant, apparemment, l’Ukraine doit montrer son importance à travers les gazoducs. 

L’Ukraine déclare qu’elle n’entrera pas en négociations avec la Russie et qu’il n’y aura aucun accord sur le transit du gaz. D’autre part, la création d’un consortium signifie que l’Ukraine souhaite négocier non pas avec différents pays européens, mais avec un consortium de pays européens, de manière à ce que l’UE se présente comme un seul acheteur. Ou l’Ukraine veut que les Européens agissent en tant que garant du transit du gaz et mènent eux-mêmes les négociations avec la Russie. Autrement dit, l’Ukraine propose que les capacités de transport de gaz dans les enchères ne soient pas réservées par Gazprom, mais par les acheteurs de gaz, c’est-à-dire les compagnies européennes elles-mêmes. 

Actuellement, le gaz russe reste juridiquement russe même lorsqu’il traverse le territoire de l’Ukraine. Ce n’est que lorsqu’il arrive à la frontière euro-ukrainienne, au hub gazier de Baumgarten (Autriche), que le gaz russe devient la propriété des acheteurs européens. Pour qu’un pays européen agisse en tant que transitaire du gaz russe à la place de Gazprom, il sera nécessaire de changer le point de réception du gaz à la frontière russo-ukrainienne. C’est-à-dire que Gazprom ne fournira le gaz que jusqu’à la frontière avec l’Ukraine, où le gaz deviendra la propriété d’un opérateur européen. Ce qui arrivera ensuite au gaz, comment il sera acheminé jusqu’à la compagnie européenne qui a payé pour lui, cela ne concernera plus Gazprom. Lorsque la Russie cessera d’être responsable de la livraison du gaz sur le territoire ukrainien, toute la responsabilité sera transférée aux Européens et aux Ukrainiens. Et la livraison du gaz deviendra un casse-tête pour les Européens eux-mêmes. Par conséquent, Gazprom ne paiera plus l’Ukraine pour le transit du gaz, cela deviendra l’obligation des Européens. 

L’Ukraine a évoqué une telle idée à plusieurs reprises, notamment en 2019. Cependant, ni la Russie ni l’Europe n’ont accepté ce format de travail à l’époque, et un contrat à long terme habituel (de 5 ans) a été signé. 

En 2019, cela n’intéressait pas la Russie, car cela aurait nécessité de modifier les contrats à long terme avec les compagnies européennes. Cependant, la principale raison était que les Européens ne voulaient pas assumer les risques de transit. 

Actuellement, la Russie est indifférente quant à la manière dont l’Europe achètera le gaz russe après 2024. Si l’Europe est prête à assumer des risques supplémentaires liés au transit ukrainien, alors Gazprom fournira le gaz jusqu’à la frontière avec l’Ukraine. Mais il est peu probable que les Européens acceptent de telles conditions, car cela crée des risques de livraison de gaz. 

Pourquoi les compagnies européennes accepteraient-elles cela? C’est une histoire risquée, surtout maintenant, lorsque les gazoducs pourraient être endommagés, bien que pendant deux ans de conflit, rien ne leur soit arrivé. Si les Européens commencent à payer pour le transit, alors le transit deviendra leur problème. Pourquoi les Européens prendraient-ils ces risques, alors que depuis plus de 50 ans ces risques sont assumés par la Russie? 

Pour Moscou, il n’y a également aucun sens à accepter cela. Car, dès la fin du contrat de transit à la fin de cette année, il sera possible de passer à un système d’enchères pour la réservation de capacités de pompage du gaz à travers le territoire de l’Ukraine. Et pour cela, Gazprom n’a rien à faire, y compris changer les contrats avec les acheteurs européens. 

L’Ukraine a décidé de recourir à sa tactique préférée, à savoir le chantage à l’arrêt du transit. Cependant, il est maintenant beaucoup plus difficile de faire du chantage qu’avant, car le volume annuel de pompage à travers l’Ukraine n’est que de 13 à 14 milliards de mètres cubes contre 40 milliards de mètres cubes en 2021 et par rapport à des quantités encore plus élevées les années précédentes. 

En d’autres termes, l’Ukraine ne pourra pas ne pas organiser d’enchères, sinon elle violerait ses propres lois. Seules des sanctions directes contre Gazprom peuvent empêcher la holding russe de participer aux enchères pour la réservation des capacités du système de transport de gaz ukrainien. Reste à savoir qui imposera de telles sanctions, les États-Unis ou l’Ukraine elle-même? Ce n’est que dans ce cas que le transit du gaz russe à travers l’Ukraine s’arrêtera. 

Les Européens sont toujours prêts à acheter du gaz russe passant par l’Ukraine. Même selon les plans formels, tous les pays de l’UE doivent cesser complètement d’utiliser le gaz russe non pas en 2025, mais seulement d’ici 2027. C’est ce qu’a déclaré cette semaine la commissaire européenne à l’Énergie, Kadri Simson. Il n’y a aucune interdiction sur le gaz russe transporté par gazoduc. L’UE discute uniquement de l’interdiction des achats de GNL de Russie dans l’UE, et depuis très longtemps elle n’arrive pas à se décider à le faire. En avril de cette année, un vote aura lieu sur cette question, mais plusieurs pays ne soutiennent pas cette idée.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Source : Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter