Netanyahu, craintif, se démène pour empêcher le mandat d’arrêt de la CPI : rapport

Netanyahu, craintif, se démène pour empêcher le mandat d’arrêt de la CPI : rapport

Netanyahu, craintif, se démène pour empêcher le mandat d’arrêt de la CPI : rapport

Les États-Unis sont impliqués dans un effort diplomatique visant à empêcher la Cour pénale internationale (CPI) d’émettre un mandat d’arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, selon les médias israéliens

L’analyste de Haaretz,  Amos Harel, a déclaré le 28 avril que Washington était « déjà » engagé dans des efforts visant à bloquer le mandat d’arrêt de la CPI contre Netanyahu. 

Le Premier ministre serait dans un état d’extrême anxiété à ce sujet. 

Le journaliste israélien Ben Caspit a écrit que Netanyahu est « soumis à un stress inhabituel » concernant la possibilité qu’un mandat d’arrêt soit émis contre lui par le tribunal de l’ONU à La Haye, ajoutant qu’il mène une « campagne téléphonique continue » pour l’empêcher. 

Washington et Tel Aviv ne font pas partie des 124 États qui ont signé le Statut de Rome de la CPI de 1998, qui établit le génocide comme l’un des quatre crimes internationaux majeurs, avec les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et les crimes d’agression. 

Le journal hébreu Maariv  a également rapporté que Netanyahu craignait la perspective d’un mandat d’arrêt de la CPI contre lui. 

Des sources proches du dossier ont déclaré au journal que Netanyahu avait passé de nombreux appels téléphoniques à des dirigeants et responsables internationaux, notamment au président américain Joe Biden, pour tenter d’empêcher l’émission d’un mandat d’arrêt contre lui et que le Premier ministre israélien essayant indirectement de faire pression sur Biden pour qu’il agisse contre la CPI. 

« Netanyahu se rend compte que le mandat d’arrêt international pourrait le soumettre à des poursuites et à la détention, c’est pourquoi il tente quotidiennement d’empêcher son émission », ont indiqué les sources. 

Les sources n’excluent pas non plus la possibilité que le récent changement de position israélienne concernant l’échange de prisonniers et l’accord de cessez-le-feu, qui semble désormais favorable à un accord, fasse partie des efforts visant à éviter le mandat d’arrêt de la CPI.

La CPI pourrait également émettre des mandats d’arrêt contre le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant et le chef d’état-major de l’armée israélienne Herzi Halevi, selon le rapport. 

« Nous ne cesserons jamais de nous défendre. Même si les décisions du tribunal de La Haye n’affecteront pas les actions d’Israël, elles constitueraient un dangereux précédent qui menacerait les soldats et les responsables de toute démocratie luttant contre le terrorisme criminel et l’agression », a déclaré Netanyahu le 26 avril. 

Plus tôt ce mois-ci, il a été rapporté que des mandats d’arrêt pourraient être émis contre de hauts responsables israéliens, dont Netanyahu, ce qui a déclenché une réunion d’urgence au bureau du Premier ministre le 16 avril. 

Israël a été accusé de génocide par la Cour internationale de Justice (CIJ). 

Une décision intérimaire rendue au début de l’année a déterminé qu’Israël était vraisemblablement coupable de crime de génocide et lui a ordonné de mettre fin aux actes de génocide pendant sa guerre contre Gaza et de prendre des mesures pour garantir la fourniture efficace d’une aide humanitaire à la bande de Gaza. 

source

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter