Partager et Vivre l'Info – Courriel (email) : [email protected]

Racialisé renvoie au mot Race qui est inapproprié à l’espèce humaine

"Racialisé" renvoie au mot "Race" qui est inapproprié à l'espèce humaine

Racialisé, un mot terrible qui resurgit non sans arrière pensée

« Racialisé » est un terme qui découle du mot « Race ». Or, selon la volonté de l’ancien Président François Hollande, le 12 juillet 2018, l’Assemblée nationale a voté la suppression du mot « Race » de la Constitution. En effet, l’espèce humaine est une et ce vocable est chargé d’un lourd passé colonial et esclavagiste. « L’inégalité des Races » a été une pure invention des tenants du système colonialiste.

Nous savons évidemment que la suppression du mot « Race » de la Constitution ne fera pas disparaître le racisme (autre vocable tiré du mot race). La loi peut faire du racisme un délit, mais elle ne peut changer l’éducation et l’état d’esprit d’une personne.

Le mot même de « Race » n’a aucun fondement scientifique. Son origine est plutôt d’ordre social. Il fallait inférioriser les « esclaves » colonisés et légitimer ainsi les conquêtes coloniales — au nom d’une civilisation prétendue avancée — au mépris du respect des droits fondamentaux des êtres humains.

Telle une fissure qui apparait dans un mur, le mot « Racialisé » s’invite dans les débats publics, s’infiltre tel un poison dans la société, se répand et finit par gangréner toute la société. Ce qui est étrange, c’est que ce mot « Racialisé » est repris et parfois instrumentalisé par celles et ceux qui se disent descendants d’esclaves ou de colonisés.

Quel est le but ? L’esclavage a été aboli et les guerres coloniales sont terminées. Faut-il sans arrêt remettre au centre des débats ces faits appartenant à un autre temps, à des périodes sombres de l’histoire ? On avance en regardant devant soi, pas en regardant en arrière.

Un esprit revanchard serait la pire des solutions. Les fautifs, les coupables, sont tous morts. Inutile de faire supporter à leur descendance des crimes dont ils ne sont aucunement responsables. On n’a jamais autant parlé de Blanc, de Noir, de Jaune, de Rouge. Comme si on voulait déterrer la hache de guerre

A partir du moment où au sein d’une Nation on commence à désigner les citoyennes et les citoyens en fonction de leurs origines, de leur histoire, voire de la couleur de leur peau et de leur religion, c’en est fini de la cohésion et de la paix sociale.

Il fut des temps malheureux où la République française a failli à ses principes. Ce sont là des faits incontestables. La meilleure réponse que l’on puisse apporter est mémorielle. Il faut également se porter garant pour que cela ne se reproduise plus, que l’on soit ou non descendant de victimes.

Touhami
Touhami – INFOSPLUS

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
Subscribe To Our Newsletter
Enter your email to receive a weekly round-up of our best posts. Learn more!