Un prisonnier libéré : Les prisonniers dans les prisons d’occupation risquent la mort lente

Un prisonnier libéré : Les prisonniers dans les prisons d’occupation risquent la mort lente

Bethléem – CPI

Le prisonnier libéré Khalil Khaled Salah (26 ans), de la ville d’Al-Khader, au sud de Bethléem, a rapporté que les détenus palestiniens dans les prisons d’occupation souffrent quotidiennement et risquent une mort lente, en raison des attaques de l’administration pénitentiaire d’occupation contre eux.

Salah a ajouté, dans des déclarations rapportées par l’agence Wafa, que les détenus sont soumis à des tortures et à des coups tout au long de la journée, et sont privés de tout ce qui est nécessaire à la vie, notant qu’il a été privé de douche pendant 45 jours, car il n’y a pas d’eau chaude et pas de médicament.

Le prisonnier Salah, a été libéré hier, lundi, après avoir passé trois ans dans les prisons de l’occupation.

Immédiatement après sa libération, il a été transféré à l’hôpital gouvernemental de Beit Jala pour un examen médical, où il a souffert de difficultés de mouvement et d’élocution, en plus de douleurs à la tête, au dos et aux pieds, en raison des souffrances qu’il a subies dans les prisons d’occupation.

Salah a souligné que deux jours avant sa libération, l’unité « Keter » de l’administration des prisons d’occupation avait mené une attaque brutale contre des détenus dans la section 23, salle 3, du centre de détention du Néguev.

Le prisonnier libéré a ajouté que les soldats sionistes ont brutalement agressé un détenu de la ville d’Acre, jusqu’à ce que le sang coule de son corps, et qu’il ait subi des fractures aux côtes, l’empêchant de recevoir des soins.

Salah a confirmé que la souffrance des prisonniers s’aggrave chaque jour : il y a 12 prisonniers dans la pièce, bien qu’elle ait été conçue pour seulement six personnes, et elle contient une salle de bain sans eau ni porte.

Il a également souligné que les détenus sont privés de nourriture et ne reçoivent que 5 morceaux de pain par jour, et que le département compte 120 détenus qui ne reçoivent que 3 pilules antidouleur.

Il a poursuivi : « Les membres de l’unité de Keter forcent les détenus à marcher sur les mains et à monter sur le dos, après les avoir déshabillés au milieu de violents passages à tabac, qui ont duré entre 5 et 12 minutes. »

Il a ajouté que les prisonniers vivent dans une atmosphère de mort lente, ont perdu beaucoup de poids et des champignons se sont propagés sur leur corps.

Il convient de noter que les autorités d’occupation ont arrêté environ 7 000 prisonniers depuis le 7 octobre, rejoignant ainsi les milliers de prisonniers dans les prisons d’occupation.

Source PalInfo

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter