Le pouvoir marocain joue sur les sentiments pour une réouverture des frontières avec l’Algérie

Le pouvoir marocain joue sur les sentiments pour une réouverture des frontières avec l'Algérie
Des agricultrices marocaines manifestent à Figuig, le 18 mars 2021. FADEL SENNA / AFP

Le pouvoir marocain joue une dernière carte très sentimentale pour tenter d’amadouer et de convaincre Alger de rouvrir les frontières fermées depuis 1994 suite à des attitudes pour le moins hasardeuses des autorités marocaines.

Historique : en 1994, à la suite de l’attentat de Marrakech une décision marocaine — une faute regrettable — impose le visa aux ressortissants Algériens. En représailles, l’Algérie ferme ses frontières avec le Maroc. Depuis, c’est le statu quo.

Largement aidé par les Marocains naturalisés Algériens (avec bien sûr le concours des services secrets israéliens et occidentaux) — le Roi du Maroc a décidé de brader sa dignité en normalisant ses relations avec le régime sioniste, sacrifiant ainsi ses frères Palestiniens traités en esclaves sur leurs terres — un appel, presque un SOS, venant du Maroc dit en substance ceci :

Il faut «prendre en considération la dimension humaine des relations familiales, en particulier près des deux côtés de la frontière, et à permettre aux familles très affectées psychologiquement d’avoir le droit d’échanger des visites entre elles, dans le cadre de l’ouverture d’un passage humanitaire pour les piétons leur permettant de renouer les contacts entre elles et d’alléger leurs souffrances de plus d’un quart de siècle sans pouvoir se revoir.» Evidemment, tout le monde fond en larmes !

Il est dommage et regrettable que le Royaume chérifien n’éprouve pas la même empathie envers le peuple sahraoui qui n’aspire qu’à une chose : vivre libre et indépendant sur son sol comme l’y reconnait l’ONU.

Que le pouvoir marocain ne se fasse aucune illusion. La réouverture des frontières avec le Maroc n’est pas à l’ordre du jour. Les raisons de cet « appel » sont en réalité politiques et économiques. L’affaire de Figuig rappelle combien la misère est présente au sein de la population marocaine. Le pays est au bord de l’implosion car les sujets marocain n’en peuvent plus. Des risques d’émeutes sont à craindre dans le pays selon des sources fiables.

Un autre appel de la part d’organisations marocaines exige un boycott des dattes algériennes, suite à l’affaire de Figuig. Ces organisations iront-elles dans le ridicule jusqu’à boycotter le carburant et autres denrées de premières nécessité qui passent côté marocain ? Une petite oasis (Figuig) fait vaciller le Royaume quand ce dernier veut s’attaquer à l’Algérie ? Il faut être fou !

Car qu’est-ce que le Maroc aurait à proposer aux Algériens, notamment frontaliers, en cas c’ouverture des frontières ? Rien. Si ce n’est du kif, du cannabis et autres stupéfiants en vente libre dans le Royaume. Alors que les Algériens fourniraient, contre ces substances empoisonneuses, des denrées alimentaires et bien sûr du carburant. La balance serait majoritairement défavorable à l’Algérie.

A Marrakech, derrière le décor fastueux factice de l’émission de Djamel Debbouz, des citoyens de tous âges sont sortis ce mercredi soir pour dénoncer la fermeture des mosquées la nuit. « Le peuple exige l’accomplissement de la prière des tarawih à la mosquée ! » ont scandé les manifestants devant des forces de l’ordre qui se contentaient de faire de la figuration, vu le sujet «sensible» de la manifestation : la religion. Dans le même temps, les populations affamées des villes de l’est et du nord, étranglées par le verrouillage des frontières par l’Algérie et l’Espagne, menacent de recourir à la rue si le pouvoir central ne vole pas à leur secours. Source Algérie Patriotique

Les Algériens veulent vivre en paix avec leurs frères marocains. Mais ils ne veulent pas à leurs frontières des éléments étrangers qui mettraient en danger la souveraineté et la sécurité de l’Algérie. Un pays qui a payé le prix de plusieurs millions de morts pour s’extraire et s’affranchir du colonialisme ne peut tolérer une présence à ses frontières de pays colonisateurs dont un pratique encore l’apartheid. Et le pouvoir marocain le sait très bien.

J’ai toujours fait partie des Algériens qui œuvrent pour une meilleure entente entre l’Algérie et le Maroc, pouvant aller jusqu’à une réouverture des frontières. Mais les dernières décisions prises par le Roi, notamment ce deal passé avec Donald Trump sur une reconnaissance de la légitimité du Maroc sur le Sahara Occidental par les USA, contre une normalisation des relations Israélo-Marocaines, m’ont fait basculer du côté de celles et ceux qui s’opposent à une telle politique mettant en danger les règles de vie en bons voisins.

Touhami
Touhami – INFOSPLUS
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
Subscribe To Our Newsletter
Enter your email to receive a weekly round-up of our best posts. Learn more!