Tahar Ben Jelloun accuse les généraux algériens et lance un appel à E. Macron pour reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental

Tahar Ben Jelloun accuse les généraux algériens et lance un appel à E. Macron pour reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental
Tahar Ben Jelloun. D. R.

A vrai dire, j’aime beaucoup Tahar Ben Jelloun en tant qu’écrivain, mais un peu moins quand il fait de la politique politicienne au service de Mohamed VI

Tahar Ben Jelloun – Il fut un temps ou l’écrivain Franco-Marocain, fustigeait l’Etat d’Israël, n’hésitant pas à affirmer que ce dernier use d’un terrorisme d’Etat lorsqu’il se lance dans des opérations militaires de représailles punitives contre les Palestiniens. Aujourd’hui, on l’entend très peu sur ce sujet toujours présent sur la scène internationale.

Tahar Ben Jelloun et les appels des généraux français rebelles lancés au Président Emmanuel Macron. L’influence des généraux Algériens iraient au-delà de la méditerranée, jusque dans les banlieues françaises. On nage en plein roman. Sauf que là, il s’agit d’une réalité propagandiste irresponsable et dangereuse.

Tahar Ben Jelloun : « La France a une petite idée de ce que le Maroc subit depuis presque un demi-siècle, tout en gardant son calme », et Emmanuel Macron serait « naïf » découvrant finalement qu’« il n’y aura jamais de paix entre la France et l’Algérie » à cause des « généraux d’Alger.» La paix entre la France et l’Algérie a été celle des « braves » comme l’a exprimé le général de Gaulle. Le Maroc a été un protectorat, l’Algérie une colonie française. Les cicatrices algériennes sont profondes et elles sont encore dans les mémoires. Les Algériens ont été marqués au fer rouge du colonialisme. Mais une paix définitive entre la France et l’Algérie aura lieu, je rassure M. Tahar Ben Jelloun. Lorsque le temps aura fini par accomplir son œuvre. Et le temps parvient toujours à ses desseins.

Puisque nous parlons d’histoire et de colonialisme, voici une petite rétrospective mémorielle destinée à M. Tahar Ben Jelloun :

L’Emir Abdelkader est en pleine guerre anticoloniale contre la France. Le sultan du Maroc Abd ar-Rahman ibn Hicham combat au côté de l’Emir. Mais la bataille d’Isly, déroulée le 14 août 1844, voit les troupes marocaines piégées par le général Bugeaud sur l’oued Isly, proche de la frontière maroco-algérienne. Les 20.000 cavaliers marocains sont en déroute. La France va bombarder les ports marocains de Tanger et de Mogador en réaction au soutien du Sultan à L‘Emir. Le Sultan demande la paix et signe le Traité de Tanger (1844). Le Maroc reconnait par ce traité la présence française en Algérie et cesse tout soutien officiel à l’Emir AbdelKader qui est banni du Maroc et de l’Algérie. Ce traité entérine également le tracé de sa frontière avec l’Algérie. On n’est pas loin d’un Vichy. Un coup de poignard dans le dos pour l’Emir.

Tahar Ben Jelloun : « Le mieux à faire [pour la France, ndlr] est qu’elle suive l’exemple américain et reconnaisse la marocanité du Sahara.» L’écrivain marocain omet de préciser que Donald Trump reconnaît, en son nom propre et non au nom de la communauté internationale représentée à l’ONU, la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental à une condition : que le pouvoir marocain prête allégeance à l’Etat sioniste d’Israël. Ce qui a manifestement été fait. Que le roi Mohamed VI n’ait pas prévu le désarroi et la surprise des Algériens face à ce deal avec Trump est impossible.

Le sionisme aux portes de l’Algérie est la preuve que le pouvoir marocain a choisi de privilégier une proximité avec Israël— encouragée par les centaines de milliers d’Israélo-marocains vivant parfois dans des territoires palestiniens occupés — au détriment des règles élémentaires de vie en bons voisins. Autre coup de poignard dans le dos. Les Algériens se sont habitués à ne jamais baisser la garde.

Tahar Ben Jelloun évoque un peuple algérien valeureux par des « manifestations dignes d’un peuple courageux. » Entièrement d’accord sur l’adjectif courageux. Oui, le peuple algérien est courageux et sublime. Mais le scribe de sa majesté Mohamed VI ne précise pas que ce peuple algérien est derrière son armée populaire (ANL) et, bien sur!, derrière ses généraux. Cela change tout.

Tahar Ben Jelloun peut remettre tous les torts des tensions, entre l’Algérie et le Maroc, sur le dos des généraux algériens. Très bien. C’est son droit et l’Algérie a les épaules larges. Mais nul n’est dupe. Durant la décennie noire algérienne (années 90/2000) pendant laquelle l’Algérie luttait seule contre le terrorisme islamiste, le Maroc, aussi haut que puisse le placer l’intellectuel marocain, aurait-il, s’il avait été à la place d’El Djazaïr, tenu le choc ? Je pense, à titre personnel, que non.

L’Algérie, elle, a tenu le coup. Les généraux algériens et le peuple algérien n’ont donc de leçon à recevoir de personne. Car il existe une exception algérienne. Une exception qui place haut la fierté, l’honneur et la dignité des Algériens. C’est la fabrique, la marque de l’Algérie ; c’est l’identité algérienne ; la fibre made in Algérie.

Face à ses voisins carnassiers, qui n’attendaient qu’une chose : que l’Algérie tombe pour la dépecer, les généraux algériens et le peuple algérien patriotiques, par leurs réactions héroïques, donnent les réponses à toutes ces attaques mesquines. Car, comment dire… une hyène ne peut s’attaquer à un lion. Ce serait vraiment trop inégal.

Veuillez accepter les cookies YouTube pour lire cette vidéo. En acceptant, vous accéderez au contenu de YouTube, un service fourni par un tiers externe.

Politique de confidentialité de YouTube

Si vous acceptez cet avis, votre choix sera enregistré et la page sera actualisée.

Enfin, que penser de ces « pingouins » écervelés venus aux frontières algériennes dans la région d’Oujda, afficher le drapeau israélien pour provoquer les frontaliers ? Ridicule d’en arriver à afficher la servilité, l’asservissement, la soumission du royaume marocain à une puissance étrangère colonialiste, Israël. La honte, on la cache ; mais les téméraires indignes l’affichent. Les idiots n’ont aucune limite. Les autorités marocaines laissent faire, elles sont donc consentantes. Voilà, ce qui se passe dans votre pays, Tahar Ben Jelloun !

Les autorités algériennes ne reconnaissent pas et ne reconnaitront jamais l’Etat d’Israël tant que les Palestiniens n’auront pas un Etat libre, souverain et indépendant. Et vous osez, M. Tahar Ben Jelloun, critiquer les Généraux Algériens. Que dire des Généraux Marocains, dans ce cas ?

Vive l’entente et la fraternité entre Maroc et Algérie. C’est en tout les cas mon souhait. Gardons un espoir en l’avenir.

Article source à lire sur Algérie Patriotique

Touhami – INFOSPLUS

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
Subscribe To Our Newsletter
Enter your email to receive a weekly round-up of our best posts. Learn more!