Macron : «Montjoie! Saint Denis!» Haro sur la Grande la Russie ?

Macron : «Montjoie! Saint Denis!» Haro sur la Grande la Russie ?

Par Amar Djerrad, journaliste et analyste algérien

Dans la guerre entre l’OTAN et la puissante Russie, l’Union européenne n’a fait qu’obéir à toutes les décisions des États-Unis (avec le Royaume-Uni), même contre ses propres intérêts. Une Europe réduite à un faire-valoir à force de cupidité, d’hypocrisie et de mensonge. Une Europe sous-traitante des objectifs des maîtres guidant en coulisses ce que l’on appelle «l’Occident collectif» afin de faire tomber la Grande Russie en agitant le superflu article 5 de l’Otan. Une Russie qui a parfaitement évalué ses ressources humaines et matérielles pour répondre à toute menace existentielle. 

Alors que la guerre approche de sa fin avec l’effondrement de «l’État ukrainien», l’affaiblissement de l’Europe sur les plans économique et militaire, nous voyons surgir le président français, Emmanuel Macron, du haut de sa suffisance, se mettant en ordre de bataille par son intention d’envoyer des contingents en Ukraine pour affronter l’armée russe. 

Tout le monde, y compris ses alliés, s’est demandé s’il s’agit d’une plaisanterie ou d’un trouble d’adaptation en réaction à la débâcle en Ukraine. Une France qui s’engage officiellement dans une guerre qui est perdue en s’engageant officieusement? Avec 2.000/20.000 soldats face à la redoutable armada russe ou pour «empêcher la Russie de gagner»? (Nouveau mantra médiatique relayé par la presse française). Un cri de guerre contre la Russie qui n’a rien fait qui puisse mettre la France en danger? 

Quelle mouche a piqué leur président pour désarmer son pays au profit d’un régime de néo-nazis et de mettre en danger la vie de ses soldats de manière déshonorante? S’en soucie-t-il vraiment? Ils n’ont rien à faire en Ukraine et feraient mieux de défendre honorablement leur pays qu’en cas d’agression ! 

L’étonnante sortie d’Emmanuel Macron avec ses déclarations à l’emporte-pièce -négligeant les rapports confidentiels et circonspects de défense- va bien dans le sens d’un aveu d’échec, car des militaires français et leur Otan sont, depuis le début, hypocritement présents en Ukraine contre la Russie qui supporte encore cette «assistance». Sérieusement, Emmanuel Macron n’est qu’un pantin, toutes les décisions sont prises et réfléchies à Washington (avec le Royaume-Uni) dont la priorité est désormais Israël, car pour les Américains, l’affaire ukrainienne est close. Que peut faire Emmanuel Macron de mieux que le bavardage, les clowneries et les gesticulations avec plus de muscles dans la langue que dans les bras. Tant que cela reste ainsi, les Russes qui ont sauvé la France du nazisme n’ont fait, pour l’instant, qu’ignorer ses élucubrations. 

Ce qui est étrange, c’est que quelques mois plus tôt, la France a sollicité l’aide de la Russie pour maintenir sa présence en Afrique. Il y a quelques semaines, Emmanuel Macron la sollicite à nouveau pour une «trêve en Ukraine» pendant les Jeux olympiques. Le voilà encore une fois, en opportuniste, se mettre en scène à la suite du drame du Crocus Hall en Russie, afin de se présenter comme un ennemi du terrorisme, tout en soutenant la thèse américano-sioniste qui pointe du doigt l’État islamique (Daech, ISIS ou Al-Nosra), qui a non seulement disparu des radars médiatiques dominants, mais qui est leur «création» pour détruire la Syrie. Rappelons-nous des propos de Laurent Fabius: «Ils font du bon boulot». En 2017, Marine Le Pen, lors du débat présidentiel, avait affirmé que le gouvernement français disait «le plus grand bien du Front Al-Nosra».

La Russie saura quoi faire une fois qu’elle aura démêlé l’écheveau. Cette posture maladroite d’Emmanuel Macron est une autre indication qui peut mener aux commanditaires. Aux dernières nouvelles, la piste tadjike mènerait aux Britanniques.

Il est bon de rappeler la réponse de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova à propos de «trêve». Elle lui a fait une proposition aussi «pertinente» qui est de «cesser de parrainer le terrorisme» tout en suggérant aussi «d’approcher les parties en conflit au Moyen-Orient pour leur proposer une initiative de cessez-le-feu pendant les Jeux olympiques». Là, il semble que cela soit trop demandé car la «géométrie politique» de la France montre que son hypoténuse est «sous-tendue» par le «côté lobby» qui veille au grain et qui sanctionne. 

Tout le monde sait que la Russie a gagné, et qu’on ne s’engage pas «officiellement» dans une guerre qui se termine sans ressources humaines ni munitions. Les objectifs des organisations atlantistes et continentalistes, dirigées par les États-Unis et les sionistes, ont bien échoué. À moins que ces derniers, en tant que marionnettistes, ne poussent l’Union européenne au suicide pour d’autres objectifs, en utilisant des chantages abominables pour les rendre obéissants et aveugles. 

Les responsables politiques français font dans l’allure soldatesque plus que leurs soldats. Évidemment, ce ne sont jamais eux ni leurs proches qui risquent leur vie. Que faisaient les plus de 60 «Français» (selon Emmanuel Macron; c’est-à-dire pas des mercenaires) morts lors d’une frappe russe dans cet «hôtel» en Ukraine? Du «tourisme», en plein champ de bataille? Paris n’a pas protesté et condamné leur élimination. Ce qui est drôle, c’est que la Russie a fourni la liste nominative. 

On évoque l’envoi de 2.000 soldats français, membres de la Légion étrangère, qui seront déployés en Ukraine en se fiant, peut-être, à l’instinct grégaire européen qui va suivre. Il faudra faire face à une Russie qui peut facilement déployer 500.000 soldats.

Étant donné que l’Afrique, fait-on croire, soutient pleinement Emmanuel Macron, il pourra recruter la moitié de ces soldats en Afrique, dans le cadre des «Légions africaines», afin qu’ils deviennent des martyrs «morts pour la France» (mais en Ukraine), comme cela s’est déjà produit par le passé. Une nouvelle stèle en mémoire de ces soldats sera érigée, rejoignant ainsi le «Soldat inconnu». 

Pensent-ils pouvoir obtenir de la Russie, en s’engageant formellement avec moins de ressources, ce qu’ils ont échoué à avoir, par «proxy» ukrainien, avec des moyens plus importants? 

Trêve de plaisanterie! Plus les gouvernants mentent plus ils réveillent les peuples qui les défient. Certains, comme Emmanuel Macron, prisonnier de son insolence et de sa suffisance, se permettent bêtement, après leurs échecs et la perte d’influence en Afrique de provoquer de manière clownesque la redoutable Russie? 

Les Français doivent rapidement évincer leurs dirigeants que guide cet inconscient d’Emmanuel Macron qui veut les engager dans une guerre contre une Russie invincible, alors qu’il a fait déguerpir ses contingents de «petits» pays d’Afrique.

Si l’Ours se voit trop importuné jusqu’à l’exaspération, il est certain que les Russes feront de ses troupes une bouchée. Piotr Tolstoï, vice-président de la Douma, est catégorique à ce sujet. Il prédit l’élimination de tous les soldats français envoyés en Ukraine (entretien sur BFMTV). Une guerre directe serait désastreuse pour la France. Ce serait un véritable désastre, plongeant le pays dans le chaos et le reléguant au rang des nations du «quart-monde». Ses armes nucléaires seraient inopérantes face à la Russie. 

La France est en train de se tiers-mondiser, ayant perdu toute notion d’honneur, un pays appauvri délibérément par une classe politique dirigeante stupide, incroyablement incompétente. 

Quels que soient leurs «narratifs», leurs «stratégies», leurs «tactiques», les Russes demeurent invincibles grâce à leur histoire continue, souvent héroïque, et leurs «narratifs» basés sur la réalité des faits et non sur des illusions. Il suffit de se demander pourquoi toute l’Europe réunie, plus les USA, n’ont toujours pas réussi à vaincre la Russie en Ukraine ou n’osent pas, à ce jour, lui déclarer ouvertement la guerre. 

… À l’exception de l’irréductible, du courageux chevalier et justicier Emmanuel Macron qui prétend défendre la France… en Ukraine? 

Les Atlantistes ont souvent recours à des méthodes simplistes, voire grossières, qui se révèlent inefficaces, pour parvenir à ce qu’ils estiment aboutir à un équilibre. Selon Mikhaïl Gorbatchev «Il faut des négociations et un travail collectif pour trouver l’équilibre réaliste des intérêts sur lequel seulement peut se fonder une paix solide». 

Amar Djerrad, journaliste et analyste algérien

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Source : Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter