11 novembre 1918 : la fin d’une des plus grandes boucheries de l’humanité

11 novembre 1918 : fin d'une des plus grandes boucheries de tous les temps
11 novembre 1918 : fin d’une des plus grandes boucheries de tous les temps

Le 11 novembre 1918 signifiait la fin d’une des plus grandes boucheries que l’Humanité ait connues

Toutes les grandes civilisations s’enorgueillissent de répéter, à qui veut bien les entendre, qu’elles sont le summum, l’aboutissement absolu de la civilisation à l’échelle de toute l’humanité. Le 11 novembre 1918 marqua la fin d’une des plus grandes boucheries que l’Humanité ait connues. Les victimes ne se comptent pas en centaines ou en dizaines de milliers, ils se comptent en dizaines de millions de morts. L’Europe, le continent qui revendiquait la meilleure des civilisations possibles, sombrait dans une bestialité et une barbarie faites de massacres à répétition et de haine rarement atteints dans l’histoire de la Terre.

Cette première guerre mondiale de 14-18, qui cessa le 11 novembre 1918, n’était plus la marque d’une quelconque civilisation, mais l’effigie de la plus sanglante et de la plus ignominieuse de toutes les guerres passées. Comment oser parler de civilisation quand l’être humain est rabaissé au plus bas de ses instincts et relégué au rang le plus inférieur de toutes les créations divines dotées d’une intelligence ? Glorifier la civilisation « Blanche et Européenne » et prétendre qu’elle est au-dessus de toute autre civilisation après avoir fécondé et accouché de cette guerre de 14-18, c’est tout simplement ignorer que la civilisation c’est avant tout la vie et non la mort. Les Hommes ne sont que des imposteurs lorsqu’ils brandissent le mot civilisation, mais dans le but de tuer, assassiner, dominer et asservir.

Il manquait un hommage plus appuyé à la mémoire des Africains

Le Président Emmanuel Macron a célébré le centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918. Pour ma part, je regrette qu’il n’y ait pas eu un hommage plus appuyé à la mémoire de tous ces Africains qui ont été enrôlés dans cette guerre et tombés par centaines de milliers pour la « mère patrie ». Ne serait-ce que par quelques inscriptions en arabe destinées aux victimes de confession musulmane, entre autres. L’Afrique était, en effet, au nom de la civilisation européenne, colonisée, assiégée et pillée de toutes ses richesses. 

La « glorieuse » civilisation qui engendra la première guerre mondiale sema également les germes d’une seconde guerre mondiale, qui n’aura rien à envier à la première en termes de barbarie, d’ignominie et d’inhumanité. En effet, le traité de Versailles rendra l’Allemagne totalement responsable des dégâts causés par la guerre de 14-18. Un certain Adolphe Hitler accusera réception de cette humiliation, cette culpabilisation à outrance des Allemands, et n’aura plus qu’une seule idée en tête : la vengeance. Et elle sera terrible !

Touhami – INFOSPLUS

    

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.