GAZA : Malgré ses plus récentes armes… L’entité sioniste impuissante devant la Résistance

Malgré ses plus récentes armes …L’entité sioniste impuissante devant la Résistance.

Gaza – Centre d’information palestinien

Pendant environ huit mois, l’occupztion a poursuivi sa guerre barbare contre la bande de Gaza, témoin des massacres sanglants les plus horribles en direct à la télévision, dans sa tentative d’éliminer la résistance. Cependant, la réalité de la bataille et les déclarations de ses responsables confirment que l’entité sioniste n’a atteint aucun de ses objectifs. Peut-être que ceux qui suivent la scène à Gaza seront étonnés par les clips vidéo des opérations contre les forces d’occupation diffusés par les Brigades Al-Qassam, qui ont pénétré un certain nombre d’axes, ce qui confirme l’illusion de l’objectif d’éliminer la résistance.

Participation de la majorité des forces des sionistes à Gaza

Des données sionistes semi-officielles ont montré que l’armée d’occupation avait impliqué la majorité de ses forces terrestres dans l’attaque terrestre contre la bande de Gaza depuis le 7 octobre 2023. Selon les données publiées par l’armée d’occupation, sept divisions militaires ont participé aux combats dans la bande de Gaza, chacune comprenant entre 14 et 20 000 soldats, et comprend des dizaines de brigades militaires comprenant un grand nombre de bataillons. Les données ont montré que l’armée a amené sept divisions pour combattre dans la bande de Gaza, du nord à l’extrême sud, à savoir : la 36e division, la 162e division blindée, la 98e division, la 99e division, la 252e division et la 146e Division, en plus de la Division de Gaza.

La 36e Division est une division régulière, opérant dans les régions du nord de l’entité, affiliée au Commandement Nord de l’armée, et dirigée par le général de brigade « Dado Khalifa ». La division comprend quatre brigades régulières : la Brigade Golani, la 7e. La Brigade blindée, la Brigade blindée de foudre et la Brigade « Sa’ar Maghilan » En plus d’une brigade de réserve, il s’agit de la Brigade d’infanterie « Etzioni ».

Quant à la 162e Division blindée, elle est considérée comme la division la plus maniable et comprend le plus grand nombre de soldats. Le nombre de brigades qui la composent atteint environ 21 000 soldats. La division comprend les brigades suivantes : la brigade d’infanterie « Nahal », et la brigade d’infanterie « Givati ​​», la brigade « Iron Butts », affiliée au corps blindé, et une brigade d’artillerie appelée brigade « Pilier de feu », en plus d’une brigade de réserve affiliée au corps d’infanterie, appelée la brigade d’infanterie appelé Brigade « Hasharon ».

La 98e Division est également l’une des divisions militaires les plus importantes encore déployées dans la bande de Gaza. Elle comprend 6 brigades militaires, dont la moitié sont régulières et l’autre de réserve : la Brigade des Parachutistes, la Brigade des Commandos et la Brigade de la Fronde de David, en en plus de 3 brigades de réserve. L’armée régulière compte environ 174 000 hommes, auxquels s’ajoutent 440 000 soldats de réserve. Les estimations indiquent que plus de 100 000 soldats ont été impliqués dans les combats à l’intérieur de la bande de Gaza depuis le 7 octobre jusqu’à aujourd’hui.

Malgré ses plus récentes armes …L’entité sioniste impuissante devant la Résistance.

Une enquête menée par le journal israélien « Calcalist » a également révélé un « profond mécontentement » parmi les soldats de réserve de l’armée de l’entité, en raison de la longue période de service, 230 jours après le début de la guerre à Gaza. Dans le cadre de son enquête, le journal a rencontré de nombreux soldats de réserve participant à la guerre contre Gaza, qui se sont plaints de la longue période de service, des longues heures de travail pendant la journée, et se sont également plaints de la discrimination entre les soldats dans le port du fardeau.

Ces militaires ont averti que cette affaire représentait une ponction pour eux, soulignant qu’elle provoquait également des problèmes psychologiques et familiaux, ainsi que d’autres qui affectaient leur vie professionnelle. Le journal a déclaré : « Tandis que certains soldats restent en service de réserve 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, d’autres bénéficient d’un service plus confortable et de salaires plus lucratifs dans des emplois civils. » Le journal a cité un officier de réserve du Corps blindé disant : « Je suis maintenant confronté à un problème pour retourner au travail. J’ai oublié les gens avec qui je travaille », soulignant qu’il sert dans l’armée depuis plus de 7 mois. Il a ajouté : « La situation s’aggrave. De nombreux soldats veulent retourner à leur vie. J’ai des amis d’autres compagnies de l’armée qui ont combattu à Gaza, et ils ont décidé de ne pas retourner au combat ou dans la réserve.

D’un autre côté, un autre réserviste actuellement en service à Gaza, appelé « Noam », a averti que la longue période de service causait des problèmes personnels et psychologiques à de nombreux réservistes. Il a souligné que la longue période de service a poussé certains soldats à fuir, qualifiant ce qui arrive aux soldats d’« épuisement insensé ». « Noam » a révélé que l’escouade dans laquelle il sert n’est plus qualifiée pour accomplir sa mission en raison de la forte attrition à laquelle elle a été soumise, ajoutant : « Certains soldats ont des problèmes avec leur femme, et d’autres ont des problèmes au travail ».

Le journal souligne que la mobilisation menée par l’armée après le 7 octobre a été massive, mais que l’incapacité à atteindre les objectifs de la guerre a créé une fracture sans précédent parmi les Israéliens, accompagnée du sentiment que les dirigeants politiques actuels gèrent la guerre selon leurs propres règles et leurs intérêts. Elle a ajouté : « La longue période de service dans l’armée a eu des répercussions négatives sur l’économie de l’occupation. Le ministère des Finances a estimé le coût des jours de réserve pendant la guerre à environ 5,44 milliards de dollars, mais le coût a augmenté après 7 mois pour atteindre 8,17 milliards de dollars, et la guerre continue. Elle a ajouté : « Pour tenter de faire face à ces conséquences économiques et psychologiques, l’armée sioniste a l’intention de transférer certaines tâches des forces de réserve aux forces régulières, et on dit également que l’armée a l’intention de réduire le recours à l’Ordre 8 (ordre immédiat de recrutement de soldats de réserve) en faveur des ordres de réserve habituels.

L’Institut sioniste d’études sur la sécurité nationale, affilié à l’Université de Tel Aviv, a estimé qu’au début de la guerre, 300 000 soldats de réserve avaient été recrutés pour participer à la guerre. Alors que la guerre se poursuit, l’armée est confrontée à une grave pénurie de ressources humaines, ce qui a conduit à une escalade dans la rue et dans les mouvements d’opposition appelant au recrutement de juifs religieux (Haredim) pour participer au fardeau de la guerre.

De mauvais choix

L’Associated Press a également déclaré qu’il existe un sentiment croissant parmi de nombreux Israéliens que leur armée n’est confrontée qu’à de « mauvais choix » dans la bande de Gaza, ce qui soulève des comparaisons avec des guerres telles que celles menées par les États-Unis en Irak et en Afghanistan. L’agence confirme, dans son article analytique, qu’après une « guerre brutale » qui a duré plus de 7 mois, le Mouvement de résistance islamique Hamas, dont les forces ont diminué sans être complètement dissuadé, continue de regrouper ses rangs dans certaines des zones les plus touchées du nord de la bande de Gaza et en reprenant ses attaques de missiles contre l’entité sioniste. Elle a indiqué que ce sentiment croissant est le sens implicite de ce qu’elle a qualifié de « rébellion » récemment menée par deux des membres les plus éminents du Conseil de guerre, à savoir le ministre de la Défense Yoav Galant et Benny Gantz, le principal rival politique du Premier ministre. Le ministre Benjamin Netanyahu, qui a exigé que ce dernier élabore un plan détaillé pour l’après-guerre. L’agence a indiqué que les deux généraux à la retraite craignent désormais la possibilité d’une réoccupation longue et coûteuse de la bande de Gaza, dont l’entité s’est retiré en 2005. En le même temps, ils s’opposent également à un retrait complet qui rendrait le contrôle au Hamas, ou entraînerait à la création d’un État palestinien.

Au lieu de cela, ajoute l’agence, ils proposent quatre alternatives que de nombreux sionistes considèrent comme largement «irréalistes».

Ces alternatives sont soit une « occupation militaire » à grande échelle de la bande de Gaza, soit une « occupation partielle » soutenue par des partenaires internes ou des pays arabes, soit un « grand accord » en vertu duquel Gaza serait gouvernée par l’Autorité palestinienne réformée, avec l’aide des pays arabes et islamiques, en échange de l’engagement de l’entité sioniste sur une voie crédible qui mènera finalement à la création d’un État palestinien. La dernière alternative, selon l’agence, est un « accord avec le Hamas » qui comprendrait un accord progressif en vertu duquel le mouvement libérerait tous ses prisonniers en échange de la libération de centaines de prisonniers palestiniens, en plus du retrait des forces israéliennes de Gaza un long cessez-le-feu et la reconstruction.

Source PalInfo

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter