La torture en Algérie a été institutionnalisée par l’Etat français

La torture en Algérie : Emmanuel Macron demande pardon à la famille de Marcel AUDIN au nom du pays
La torture en Algérie : Emmanuel Macron demande pardon à la famille de Marcel AUDIN au nom du pays, reconnaissant implicitement la responsabilité des pouvoirs politiques français.

La torture est une pratique immonde, l’expression d’une barbarie poussée à son paroxysme, qui salit à jamais la mémoire de toute l’Humanité. 

Torture en Algérie : il n’y a plus aucun doute

Il n’y a plus aucun doute sur l’usage généralisé et institutionnalisé de la torture en Algérie. Des officiers français (dont les Généraux Aussaresses et Massu) l’ont clairement reconnu. Des Historiens l’ont établi de manière formelle. Des témoignages existent par centaines de milliers. Seuls les forcenés de l’histoire, s’accrochant au Paradis perdu, contestent encore cette vérité universellement reconnue. C’est nier une évidence et se voiler la face.

Le 13 septembre 2018, le Président français Emmanuel MACRON rendra visite à Michelle — la fille de Maurice Audin, communiste français et anticolonialiste, militant de la cause algérienne, mort en 1957 (torturé puis exécuté) — et lui demandera « pardon » au nom du paysLe Général Massu affirmera clairement : «La torture en Algérie a été généralisée et institutionnalisée.» Ce qui indique la responsabilité directe des pouvoirs politiques successifs d’avant l’indépendance de l’Algérie.

Quant à l’argumentaire simpliste et d’une teneur faisant froid dans le dos — du style de celui évoqué par Eric Zemmour qui prétend que « c’est la guerre, et une guerre c’est forcément sale » — et consistant à justifier, à banaliser la torture, je dis qu’il faut refuser ces arguments niais et simplificateurs et établir une graduation, des degrés de responsabilité pour y voir plus clair :

Oui, dans l’absolu, les résistants algériens n’avaient pas à user du terrorisme et de la torture également. Je me place là simplement sur un plan strictement moral, en acteur extérieur — bien que j’ai encore de vagues images restées indélébiles dans ma mémoire — s’efforçant d’adopter une attitude humaniste.

Oui, la puissance colonialiste occupante n’avait pas à user de la torture, ni de la barbarie, ni de l’inhumanité, ni d’une violence aveugle pour parvenir à gagner une bataille, celle d’Alger, et non pas la guerre. Car tôt ou tard, il y aurait eu d’autres guerres et ainsi de suite jusqu’à une totale indépendance de l’Algérie. Quand un processus de lutte pour une liberté, quelle qu’elle soit, est engagé généralement il finit par aboutir et aller jusqu’à son terme. Je pense notamment aux luttes entreprises par le peuple palestinien, également victime de tortures. 

Cela étant précisé, il faut remettre chaque belligérant à sa place et à son propre rôle afin de déterminer, clairement et avec discernement, les responsabilités propres aux uns et aux autres.

Torture en Algérie : toute oppression crée une résistance

Sans l’occupation par la force d’un Etat étranger, en l’occurrence la France en Algérie, il n’y aurait eu ni terrorisme, ni torture, ni guerre d’indépendance. C’est manifestement le système colonialiste qui, d’une part, a donné naissance à un inévitable mouvement de résistance et, d’autre part, a directement généré une guerre avec de terribles conséquences : la torture et le terrorisme. L’occupé a résisté à l’occupant ; une forme de légitime défense. Sur le plan du droit, c’est une reconnaissance d’un droit absolu à se défendre. Sur un plan moral, les moyens mis en oeuvre pour sa défense sont discutables. Mais les responsabilités sont loin d’être partagées à part égale : l’agresseur ne peut être mis sur le même plan que l’agressé (qui ne ferait que se défendre avec les moyens dont il dispose). Un problème d’ordre philosophique qui est un tout autre sujet.

En tout état de cause et pour toute conscience qui raisonne et réfléchit de manière rationnelle, il apparaît que l’Etat français serait doublement responsable. Du fait d’une politique coloniale  brutale, violente, impitoyable, cet Etat français a créé de facto des guerres — on ne retient que la guerre d’indépendance 1954-1962, oubliant que la période coloniale va de 1830 à 1962 — ayant elles-mêmes conduit à d’horribles souffrances de part et d’autre. Mais pire, l’Etat français a rendu légal et institutionnalisé une machine à broyer, à tuer, à arracher à tout résistant sa dignité d’homme : la torture. Dans le seul but de se maintenir dans un pays occupé militairement et contre la volonté légitime de tout un peuple. Les Droits de l’Homme ont été bafoués. La République n’en sortira jamais indemne, vacillant à plusieurs reprises. 

J’en déduis, pour ma part, que l’Etat français — et non pas les citoyens Français — est le seul responsable des crimes qui ont été commis avant et durant la guerre d’Algérie. C’est lui qui est (et lui seul) à l’origine du terrorisme et de la torture en Algérie, finissant même par voir émerger, en son sein, des courants radicaux qui feront l’apologie du terrorisme : l’OAS.

Il n’est pas question ici de raviver les douloureuses heures, d’une époque terrifiante, par haine, vengeance ou je ne sais quel sentiment revanchard. Il est juste question de tenter de rétablir la vérité, celle que des Historiens Algériens et Français finiront par mettre en exergue. Il n’est pas question non plus de « charger » les colons, les pieds-noirs, les séfarades et de prétendre que ceux-ci étaient tous des salopards n’ayant commis en Algérie que crimes et massacres. La vérité est bien plus complexe que cela. Mais il est temps de reconnaître que des crimes contre l’humanité ont été commis en Algérie au nom d’un système colonialiste, aujourd’hui révolu ; un système colonialiste au nom duquel des milliers de Français et des millions d’Algériens sont tombés. Et nous leur devons bien la vérité, pour en finir une bonne fois pour toutes avec ces vieux démons du passé toujours présents.

Touhami – INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.