Partager et Vivre l'Info – Courriel (email) : [email protected]

La torture en Algérie utilisée par l’armée française à des fins de règne colonialiste

La torture en Algérie : des deux côtés, il y a eu des actes inhumains. Mais tous ces maux ont une source et une histoire. Il convient d’établir les degrés de responsabilité

Plus aucun doute possible sur la torture en Algérie

Il n’y a plus aucun doute sur l’usage généralisé de la torture en Algérie. Des officiers français (dont les Généraux Aussaresses et Massu) l’ont clairement reconnu. Des Historiens l’ont établi de manière formelle. Des témoignages existent par centaines de milliers. L’armée, dépassée par une remarquable organisation du FLN, a dû utiliser la torture pour parvenir à démanteler le réseau de la résistance algérienne.

L’argumentaire, développé par Eric Zemmour (islamophobe notoire), prétend ceci : c’est la guerre et une guerre c’est forcément sale. Cette stratégie, consistant à justifier et à banaliser la torture, doit être combattue. Ces arguments sont simplistes. Il convient d’établir des degrés, des échelles de responsabilité, pour y voir plus clair.

Oui, dans l’absolu, les résistants algériens n’avaient pas à user du terrorisme et de la torture également. Je me place là simplement sur un plan moral et en m’efforçant d’adopter une attitude humaine. 

Oui, la puissance colonialiste occupante n’avait pas à user de la torture, ni de la barbarie, ni de l’inhumanité, ni d’une violence aveugle pour parvenir à gagner une bataille, celle d’Alger, et non pas la guerre. Car tôt ou tard, il y aurait eu d’autres guerres et ainsi de suite jusqu’à une totale indépendance de l’Algérie. 

Cela étant précisé, il faut remettre chaque belligérant à sa place et à son propre rôle afin de déterminer les responsabilités des uns et des autres. 

L’oppression crée une résistance et pousse toujours au pire l’opprimé

Il faut garder en tête ce que l’on appelle la causalité : la relation entre cause et effet. Sans une occupation par la force d’un Etat étranger en Algérie, il n’y aurait eu ni terrorisme, ni torture, ni guerre. C’est inévitablement le système colonialiste qui, d’une part, a produit une résistance et, d’autre part, a généré une guerre et ses conséquences directes, dont la torture et le terrorisme. L’occupé à résister à l’occupant : une légitime défense. 

A ce titre, l’Etat français (les gouvernants) est doublement responsable. Il a en effet fabriqué, du fait d’une politique coloniale impitoyable, des guerres ayant elles-mêmes généré d’horribles souffrances. Mais pire, l’Etat français a fini par user de ce qu’il a lui-même fait naître : la torture. Dans le seul but de se maintenir dans un pays qu’il occupait militairement et contre la volonté de tout un peuple aspirant à son indépendance.

Les Droits de l’Homme ont été bafoués ; les lois de la République oubliées ; les principes moraux et humains civilisateurs gommés.

L’Etat français — et non pas tous les citoyens Français — est seul responsable des crimes qui ont été commis avant et pendant la guerre d’Algérie. Les massacres et les tortures n’ont pas débuté en novembre 1954, mais en 1830 lors du débarquement des troupes françaises. La ville d’Alger a été mise à sac : viols, spoliations, tortures, meurtres, crimes de guerre et contre l’humanité ont été commis. Tout ces faits ont été prouvés par les Historiens. Evidemment, cela ne fut pas à l’honneur de l’armée française, c’est le moins que l’on puisse dire.

Le système colonialiste, à l’origine du terrorisme et de la torture en Algérie, a même fini par générer des courants radicaux en son sein ayant pratiqué le terrorisme et fait l’apologie du terrorisme (OAS). 

Celles et ceux qui réfutent les Historiens sont coupables de vouloir tronquer l’histoire

Le Général Massu dira clairement : « La torture en Algérie a été généralisée et institutionnalisée. » Ce qui prouve la responsabilité directe des pouvoirs politiques successifs d’avant l’indépendance de l’Algérie. 

Même si des actes horribles ont été également commis par la résistance algérienne, on ne peut, pour autant, mettre sur le même plan les deux belligérants. Sans ce système colonialiste, fondé sur une oppression armée ayant provoqué une féroce et sanglante répression dans toute l’Algérie, il n’y aurait eu ni Résistance, ni FLN, ni guerre d’Indépendance.

Les actes que l’on impute aux Algériens, et dont certains exigent des excuses de la part des Autorités algériennes, sont nés et découlent directement de tous les méfaits du colonialisme.

La torture en Algérie utilisée par l'armée française à des fins de règne

Pour avancer et passer enfin à autre chose, il faut au Président Emmanuel Macron — qui est d’une génération qui n’a pas connu cette page de l’histoire française — s’affranchir de la pression politique exercée par une « équipe de revanchards » restée scotchée à la guerre d’Algérie, et reconnaître qu’il y a eu, oui!, des crimes commis en Algérie, et faire en sorte que les deux pays puissent enfin avancer main dans la main (je pense au travail accompli par Messieurs François Mitterrand et Helmut Kohl). Si eux l’ont fait, pourquoi d’autres ne le feraient pas sur la grave question du colonialisme en Algérie ?

Touhami
Touhami – INFOSPLUS
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
Subscribe To Our Newsletter
Enter your email to receive a weekly round-up of our best posts. Learn more!