Le coronavirus Covid-19 s’est installé et se propage à travers le Monde

Le coronavirus Covid-19 s'est installé et se propage dans le Monde
Le coronavirus Covid-19 s’est installé et se propage à travers le Monde

Le coronavirus Covid-19 se propage à travers le Monde. Sa propagation et sa virulence inquiètent. Les victimes se comptent par dizaines de milliers

L’inquiétude et l’incertitude envahissent la Planète

Le coronavirus Covid-19 sévit et inquiète partout dans le monde. Apparu en Chine, à Wuhan capitale de la province du Hubei, en fin d’année 2019, ce virus, d’origine animale, se transmet à une vitesse fulgurante. Comparé dès le début à une simple grippe saisonnière, il s’est avéré, en réalité, très différent, tant par sa contagiosité extrêmement élevée, que par ses effets dévastateurs au sein des populations dites à risque : les personnes présentant des comorbidités , les personnes âgées, les personnes atteintes d’immunodépression, etc. Mais à ce jour, au stade des connaissances actuelles, il apparaît que des malades plus jeunes (< 60 ans) sont touchés. Des cas exceptionnels relatent des décès d’enfants.

Les autorités chinoises ont d’autorité confiné les habitant du Hubei

A Whuan, citée qui peuple 11 millions d’habitants, un confinement total a été décidé par les autorités chinoises. Puis, c’est dans toute la région autonome du Hubei, soit plus de 60 millions de personnes. Dès décembre 2019, les dirigeants chinois ont entrepris la construction de deux hôpitaux, de mille lits chacun, pour y accueillir les malades. On a compris, à ce moment-là, qu’il s’agissait d’une situation gravissime.

Alors, la Chine a-t-elle caché des informations au reste du Monde, dissimulé le nombre de morts réels, sous-évalué volontairement le nombre de personnes contaminées ? La question est posée et les Occidentaux sont pour le moins sceptiques sur les informations communiquées. L’Ophtalmologue Chinois (le lanceur d’alerte sur le coronavirus Covid-19, le Docteur Li Wenliang) est décédé de ce virus, en février 2020, à l’âge de 34 ans. Les conditions de sa mort restent mystérieuses. Il est désormais considéré par la population chinoise comme un héros.

L’Europe a tergiversé et minimisé ce coronavirus Covid-19

En Europe, et particulièrement dans l’Union Européenne, les dirigeants des différents Etats n’ont pas su apprécier la réelle dangerosité de ce virus. En France, Mme Agnès BUZIN, qui était ministre de la Santé, déclarera dans une entrevue accordée au journal Le Monde : « Je pense que j’étais la première à voir ce qu’il se passait en Chine… Le 11 janvier, j’ai envoyé un message au président sur la situation. Le 30 janvier, j’ai averti Édouard Philippe que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir. Je rongeais mon frein ».

Pourtant, le premier tour des élections municipales, prévu le 15 mars 2020, sera maintenu. Le Président Emmanuel Macron s’est entretenu avec les principaux chefs de partis, lesquels, a priori, lui ont signifié leur accord. Mais le Président voulait, selon des sources venant de l’Elysée, annuler ce premier tour ; il se heurtera au Président du Sénat, Monsieur Gérard Larcher, ainsi qu’à François Baroin, Président des Maires de France.

L’impréparation de la France et de toute l’Europe à une telle pandémie

Si la Chine a pu contenir le coronavirus Covid-19 sur son territoire, en revanche beaucoup parmi les voyageurs — qui se comptent en millions par jour — transportent avec eux le virus aux quatre coins de la Terre. Trois mois après la déclaration du Covid-19, le Monde entier va s’embraser ; le nombre de contaminés augmente de manière exponentielle et inquiétante. L’OMS décrète, courant mars 2020, que nous sommes passés au stade d’une pandémie.

Devant une telle crise sanitaire incontrôlable, d’une ampleur inédite, aux conséquences imprévisibles, tous les Etats sont plongés dans l’inconnu, totalement démunis. Nous nous attendions à un conflit armé généralisé, une troisième guerre mondiale, et finalement nous avons affaire à un ennemi invisible, incolore et inodore, contre lequel nos armes les plus sophistiquées sont vaines et inefficaces. La France et l’Europe entière sont à court, dépourvus, ne sachant que faire, tandis que les morts se comptent par centaines, par milliers, jour après jour.

Lors de la seconde guerre mondiale, les habitants étaient appelés à se mettre à l’abri dans les caves, les bouches de métro, partout où ils pouvaient se protéger des bombardements aveugles de l’ennemi. En 2020, l’abri est le chez-soi, le confinement à la maison. Il n’y a rien d’autre à faire. Les autorités supplient les citoyens de rester à la maison.

La communauté scientifique est partagée, parfois même en lutte

Les vaccins n’existent pas, les traitements antiviraux non plus. Les personnes les plus touchées sont prises en charge dans les services de réanimation. Une course contre la montre s’engage. Il faut d’urgence préparer des lits d’hôpitaux, des appareils de respiration (respirateurs). Les personnels soignants — malmenés et brutalisés quelques mois auparavant alors qu’ils manifestaient pour exiger des moyens matériels et humains pour exercer décemment leurs métiers — sont admirables, faisant preuve d’abnégation, d’un sens du devoir qui force l’admiration, la compassion, alors qu’ils manquent de tout pour se protéger : masques, gants, blouses…

Les scientifiques tâtonnent, avancent lentement à mesure qu’ils observent comment ce virus malicieux agit et dévore les corps des malades les plus fragiles, vulnérables. Ils sont divisés sur tel ou tel traitement, sur tel ou tel protocole. La seule certitude est que la science connait elle-même des limites. Tous les jours nous apprenons, sinon qu’elle serait l’utilité d’une journée…

Plus jamais ça, l’après ne sera plus comme l’avant

De quoi pleurer toute une nuit, jusqu’au petit matin et voir l’aube naissante arroser la Terre de nos larmes salées. On nous dit : plus jamais ça, l’après ne sera plus comme l’avant. Oui, bien sûr. Hier et demain sont différents. Ils sont cependant liés par l’histoire qu’écrivent les hommes ; et cette histoire n’est qu’un éternel recommencement.

Partout des visages tristes, des regards hagards, lointains et perdus. Les conséquences de ce coronavirus seront énormes sur les plans politiques, économiques, humains et sociaux. Quand il s’agit de la Santé et de la Sécurité, il n’y a aucune négociation possible. C’est ce que devront retenir tous les citoyens de la Nation après cette épidémie.

Oui, nous avons toutes et tous failli, lors des mois passés : notre place était aux côtés des soignants, des pompiers. Nous en payons, aujourd’hui, le prix.

#coronavirus #covid19

Touhami – INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.