L’islam d’Europe est la principale cible dans l’affaire politique touchant à Tariq Ramadan

l'islam d'Europe
l’islam d’Europe

L’Islam d’Europe inquiète tous les extrémistes de tous bords à un point tel qu’il faut dès qu’un leader pro-musulman naît l’abattre immédiatement

L’Islam d’Europe est tout l’objet dans l’affaire politique visant Tariq Ramadan

En France, l’islam est la deuxième religion par le nombre de ses fidèles et probablement la première par le nombre de ses Croyants pratiquants. Pourtant, elle est la religion la plus dénigrée par l’ensemble des médias, des responsables politiques et de nombreuses associations à caractère raciste, xénophobe, islamophobe, de notoriété publique et ayant pignon sur rue. La démonstration n’est plus à faire ; le nier serait de mauvaise foi. Au-delà des convictions personnelles de Monsieur Tariq Ramadan, que l’on partage ou non avec lui, l’on ne peut nier que beaucoup de citoyens français de confession musulmane (et autres) lui prêtent l’oreille lorsqu’il parle de l’émancipation des Musulmans de France, et d’Europe, dans la stricte légalité et le respect des cultures des pays qui les ont accueillis. A ce titre, et cela me paraît d’une évidence incontestable, il est devenu pour les différents pouvoirs politiques successifs un danger permanent. Il fallait donc trouver un moyen pour stopper son ascension au sein de la communauté musulmane (de France) et de son intelligentsia.

Une cabale, un coup monté

Henda Ayari, Christelle, Fourest et consorts ont assuré ce frein et ce blocage sur un plan judiciaire, mais sans réellement convaincre sur un plan moral et matériel (incohérences dans les déclarations des victimes, journalistes peu crédibles, politiques trop heureux de cette aubaine, etc. …) On se souvient notamment du cri de joie poussé par l’ancien Premier Ministre Manuel Valls lorsqu’il apprit les plaintes visant Tariq Ramadan ; il existe des rires et des sourires qui ne trompent pas dans leur manifestation fourbe et sournoise. Quels que soient les fautes, délits ou crimes qu’ait pu commettre Tariq Ramadan (à la justice de le déterminer) nous savons, de manière raisonnable et réfléchie, que ce dernier est victime d’un coup monté, d’une cabale, destiné à le discréditer auprès des citoyens musulmans et de toute autre âme pensante existante en France. Et nous finirons bien, tôt ou tard, par le prouver et en apporter des preuves probantes.

La justice doit être équitable, impartiale et fondée uniquement sur le Droit ; rien d’autre. Or, dans cette affaire Tariq Ramadan nous avons désormais la certitude qu’il s’agit bien d’une affaire politique. Le traitement d’exception qui est réservé à Tariq Ramadan nous indique le caractère particulier et singulier que les juges lui attribuent eux-mêmes. Maître Emmanuel Marsigny (avocat de M. Ramadan) : « Dans cette affaire (politique), on nous refuse tout ! » Désormais, et c’est avec gravité que j’écris cela, nous avons des doutes sur l’impartialité de la justice de notre pays et un sérieux problème avec la séparation des pouvoirs garantie par la Constitution. 

Merci de diffuser au plus large de manière à faire entendre au monde la parole des Musulmans de France et d’Europe. Nous ne sommes pas dupes et savons encore discerner entre le Bien et le Mal, une justice équitable et une justice de parti pris. Jusqu’à preuve du contraire, Tariq Ramadan est présumé innocent jusqu’à ce qu’il soit jugé. Nous ne sommes ni des juges, ni à la place des présumées victimes — auxquelles il faudra rendre justice si leurs plaintes sont avérées — nous ne sommes, en vérité, que des citoyens ordinaires constatant, avec effroi, combien dans cette affaire Tariq Ramadan il existe un deux poids deux mesures dès qu’il s’agit d’un citoyen musulman ayant de surcroît une représentation de l’islam d’Europe.

Touhami – INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.