Yaël Braun-Pivet : une présidente partiale qui n’hésite pas à afficher le drapeau israélien dans l’enceinte de l’Assemblée Nationale

Yaël Braun-Pivet affiche son plein soutien au régime sioniste d’Israël

Rappelons à Yaël Braun-Pivet, présidente franco-israélienne de l’Assemblée Nationale française, que l’offensive du 7 octobre 2023, conduite par le Hamas, s’est déroulée sur des territoires illégalement occupés par Israël ; des territoires où vivent des colons armés jusqu’aux dents. Selon plusieurs résolutions votées à l’ONU, Israël avait obligation de libérer les territoires occupés durant la guerre des six jours de juin 1967. Mais il est de notoriété publique qu’Israël ne respecte pas le droit international, pire les dirigeants israéliens déchirent ces résolutions à l’ONU et s’assoient dessus à la vue de tout le monde.

Yaël Braun-Pivet, qui apporte un soutien inconditionnel à l’Etat d’Israël, selon ses propres aveux, a fait adopter à l’Assemblée Nationale une expulsion de 15 jours à l’encontre du député LFI Sébastien DELOGU, parce que ce dernier a brandi le drapeau Palestinien dans l’enceinte de l’Assemblée. Yaël Braun-Pivet s’est écriée, à plein poumon et frôlant la crise cardiaque : « C’est inadmissible ! » Yaël Braun-Pivet a montré son vrai visage : celui d’une inconditionnelle et fidèle de l’idéologie du sionisme.

Ci dessous : Yaël Braun-Pivet, Habib Leyer et l’Ambassadeur de France à l’Assemblée Nationale. Mais là, c’est normal !

Mais Yaël Braun-Pivet s’autorise ce qu’elle interdit aux autres. En effet, elle accroche régulièrement à ses vêtements, de manière très ostensible, une miniature du drapeau israélien. Mais sans doute trouve-t-elle cela normal. En France, le lobby sioniste est très puissant. Elle se pense donc intouchable.

Son ami et collègue Gérard Larcher, président du Sénat, s’est drapé au Sénat du drapeau ukrainien. Mais tout cela, pour les deux compères, est normal : ils font ce qu’ils veulent. Yaël Braun-Pivet est donc partiale. Cette attitude est inacceptable et peut être considérée comme un conflit d’intérêts. Elle est juge et partie.

On se demande parfois si la France est encore un pays souverain dans lequel il est encore permis de dire objectivement les choses sans être censuré, voire interdit de s’exprimser sous peine d’être accusé d’antisémitisme et d’apologie du terrorisme (nouveau bouclier pour faire taire).

Le problème est que Yaël Braun-Pivet n’a pas agi en tant que présidente de l’Assemblée nationale, elle a agi en tant qu’agent d’Israël. Et tout le problème, en France, est là.

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter