Israël a torturé des employés de l’UNRWA pour qu’ils admettent faussement leurs liens avec le Hamas (Rapport)

Israël a torturé des employés de l’UNRWA pour qu’ils admettent faussement leurs liens avec le Hamas (Rapport)

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens affirme que certains de ses employés ont été torturés par le régime occupant pour admettre faussement que l’agence avait des liens avec le Hamas et ses opérations de représailles en octobre de l’année dernière.

Cette affirmation a été faite dans un rapport de février de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) qui détaillait divers cas de mauvais traitements dans les centres de détention israéliens contre des Palestiniens, dont plusieurs travaillant pour l’agence.

Le document indique que plusieurs membres du personnel palestinien de l’UNRWA ont été arrêtés par l’armée d’occupation israélienne à Gaza et que les mauvais traitements et les abus qu’ils affirment avoir subis comprenaient de graves passages à tabac, des simulations de noyade et des menaces de violence contre les membres de leur famille.

«Les membres du personnel de l’Agence ont fait l’objet de menaces et de coercition de la part des autorités israéliennes pendant leur détention, et ont fait l’objet de pressions pour faire de fausses déclarations contre l’UNRWA, notamment en affirmant que l’Agence a des affiliations avec le Hamas et que des membres du personnel de l’UNRWA ont participé à l’attaque du 7 octobre 2023», indique le rapport.

Outre les abus confirmés par les membres du personnel de l’UNRWA, les détenus palestiniens ont décrit de manière plus générale des allégations d’abus, notamment des passages à tabac, des humiliations, des menaces, des attaques de chiens, des violences sexuelles et la mort de détenus privés de soins médicaux, souligne le rapport de l’UNRWA.

Juliette Touma, directrice des communications de l’UNRWA, a déclaré que l’agence prévoyait de transmettre les informations contenues dans ce rapport non publié de 11 pages à des agences à l’intérieur et à l’extérieur de l’ONU spécialisées dans la documentation des violations des droits de l’homme pendant la guerre israélienne contre Gaza.

«Lorsque la guerre prendra fin, il faudra mener une série d’enquêtes pour enquêter sur toutes les violations des droits de l’homme», a déclaré Touma.

Plus tôt cette année, le régime israélien a affirmé que 12 employés de l’UNRWA étaient impliqués dans l’attaque de représailles menée par le Hamas contre les territoires occupés le 7 octobre.

Tel-Aviv a également affirmé que 10% des 12 000 employés de l’UNRWA avaient des liens avec le Hamas.

Les allégations du régime contre l’UNRWA, qui n’ont pas été étayées publiquement par des preuves, ont incité plus de dix pays donateurs, dont les États-Unis, l’Allemagne, l’Union européenne, le Canada et le Japon, à suspendre leur soutien financier.

Le financement de ces pays constitue la majeure partie de tous les financements reçus par l’agence des Nations Unies.

Israël a lancé la guerre contre Gaza le 7 octobre après que des groupes de résistance palestiniens ont mené une opération surprise contre l’entité occupante en réponse à l’intensification de sa violence contre les Palestiniens.

Depuis le début de la guerre génocidaire, le régime de Tel-Aviv a tué 30 878 Palestiniens et en a blessé 72 402 autres.

source : PressTV

INFOSPLUS

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DON'T MISS OUT!
Subscribe To Our Newsletter