La droite française décomposée et aux abois

La droite française décomposée et aux abois

La droite française est aux abois

La droite française qui a longtemps dirigé le pays donne actuellement une image pitoyable et triste. Les départs de LR (Les Républicains) vers LAREM (La République En Marche) et chez Eric Zemmour ne se comptent plus. Le pire scénario est à craindre pour LR s’il venait, comme cela est probable, à perdre l’élection présidentielle 2022. Il ne resterait alors que les souvenirs d’une droite qui a pourtant dirigé les affaires du pays durant des décennies.

La droite française a toujours eu à sa tête des personnalités très fortes qui proposaient, au-delà de leur caractère, de leur qualités intrinsèques et de leurs convictions intimes, des projets de société viables, crédibles et rassemblant des millions de citoyens derrière elles. Or, la candidate Valérie Pécresse ne parait pas avoir cette incarnation et une personnalité capable de transcender et de faire rêver. Un manque évident d’identité, de notabilité, de convictions et de leadership, lui fait cruellement défaut.

Un meeting plutôt raté malgré des milliers de spectateurs

On peut être très bon devant des caméras de télé, devant des journalistes qui vous interrogent, devant une classe d’élèves, ce n’est pas pour autant que l’on serait à la hauteur devant des foules vibrantes et qui emportent tout sur leur passage y compris les mauvais orateurs ou oratrices. Valérie Pécresse n’est pas elle-même parce qu’elle n’est pas sûre de ses idées. Dans ces conditions, il lui sera impossible d’imposer ses idéaux si elle-même en doute.

Mais en France, il est incroyable de constater comment toute la classe politique française se décharge de ses responsabilités, de ses erreurs, de ses fautes, et de ses incompétences durant des décennies, sur la thèse facile du Grand remplacement. C’est inouï.

J’ai des convictions de gauche extrêmement ancrées en moi, mais je n’avais aucun complexe à voter pour Jacques Chirac lorsque cela était nécessaire. Parce que la droite démocratique n’est pas l’extrême-droite ; parce que la droite républicaine traditionnelle avait de solides et puissantes valeurs morales et humaines. Ce n’est plus le cas aujourd’hui au sein d’une droite qui se meurt.

Eric Zemmour parasite la campagne

En vérité, cette élection présidentielle n’est pas comme les précédentes. Elle est vérolée par un hyper extrême extrémiste : Eric Zemmour. Quant au Rassemblement National on ne sait plus où le placer. Le Président sortant recueille des adhésions venant de droite, du centre et de droite. On n’y comprend plus rien, on s’y perd, bref, on est complètement désorienté.

Autrefois, il y avait des gens de gauche, des gens de droite. C’était peut-être simpliste mais au moins on savait où on déposait ses valises. Tandis qu’aujourd’hui nous avons affaire à des voyages sans destination précise.

Qui peut, à cet instant, nous dire ce qui se passera exactement au lendemain de l’élection du nouveau, ou nouvelle, président ? Personne. Et quel que soit le camp — on peut parler de camp et non plus de parti politique — du vainqueur.

INFOSPLUS

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x